La violence est dans notre sang

0
469

Paru dans Blanche Europe

Résistance !
Celui qui veut vivre doit se battre.
Celui qui ne veut pas se battre dans ce monde, où la lutte éternelle est la loi de la vie, n’a pas le droit d’exister.

Cette traduction tombe à pic. Dans un contexte particulièrement tendu, avec les nouvelles mesures de Macron pour lutter contre l’antisémitisme – en réalité, pour lutter contre les Blancs – il est bon de rappeler à tous que nous ne sommes pas de gentils moutons.

Souvent écartée par nos « penseurs », la violence serait contre-productive, serait trop sauvage pour nous ou alors indigne de notre intellect supérieur. Ce serait une mauvaise chose que de croire de telles affabulations. La violence est une des raisons à notre soumission, car nous ne le sommes plus.

Il est temps de se réveiller, intellectuellement et physiquement, puis de revenir aux sources de ce qui fait de nous des hommes Aryens. Et la violence fait partie intégrante de cet héritage.

Traduction du site The Purity Spiral.

En lisant les aveux d’un meurtrier, je suis frappé par un sentiment de familiarité. J’ai lu les mots d’un mes oncles, écrit il y a plus de 100 ans. Les noms des lieux me sont familiers, il parle de proches que j’ai découverts dans mon arbre généalogique. Cet oncle décrit comment il a débuté sa vie comme un fils désobéissant, promis à une vie de boisson et de jeux. Donné à une vie de vices, il a rejoint un groupe de bandits, qui ont ensuite rejoints le KKK pour couvrir leurs activités. C’est ainsi qu’a commencé une série d’évènements qui ont conduit mon oncle à la potence pour payer pour ses crimes.

Un autre membre de ma famille, plus âgé, était un alcoolique : celui-là, je le connaissais. Un jour que nous étions seuls, il m’a avoué cette part de culpabilité en lui qui était la raison pour laquelle il avait pris l’habitude de boire. Il m’a dit que lorsqu’il était jeune homme, deux types l’attaquaient tout le temps, la dernière fois ils l’avaient fait dans un endroit isolé durant la nuit. Il ne savait pas qui ils étaient et quelles étaient leurs intentions, alors il s’est défendu avec une petite hachette qu’il portait pour aller dans les bois. Les garçons n’ont jamais été revus. Je ne peux pas dire si je l’ai cru ou non, mais il avait l’air étrangement sérieux pendant qu’il racontait l’histoire. Quoiqu’il en soit, je ne pourrais jamais le savoir avec certitude, il est décédé depuis.

Encore un autre membre de ma famille a passé de dures années en prison, pour s’être vengé de quelqu’un qu’il connaissait. Durant le processus de vengeance, il a accidentellement pris la vie d’un innocent. J’ai trouvé la coupure de journal de cet incident à l’intérieur d’une boite à chaussures, un jour en fouillant un placard. Tous les deux provenons d’une lignée qui comprend la famille Hatfield, connue pour la sanglante querelle Hatfield-McCoy.

                                                                                      Ces gens

Différentes histoires qui trouvent leur point commun en moi. Ils ont vécu des vies difficiles et ont fait des choses brutales, quelque chose qui est trop souvent oublié aujourd’hui. La famille Hatfield a survécu à la guerre de Sécession mais il reste encore des choses à régler. Un membre de la famille McCoy, Asa, a été tué par un groupe de guérilleros confédérés, connu sous le nom de Logan Wildcats, qui avait en son rang des membres de la famille Hatfield. Asa venait juste d’être libéré de l’armée de l’Union. Cette plaie s’est infectée jusqu’au jour où un conflit mineur, au sujet d’un porc, a dégénéré en guerre de clans. Les deux familles décidèrent que leurs griefs ne pouvaient se régler qu’à coups de fusils. Ils ont finalement réussi à faire la paix mais seulement après avoir enterré ceux qu’ils aimaient.

Mon autre parent a vécu dans la culpabilité, mais si son récit est réel, alors par ses actions il a préservé sa propre vie. Mon oncle a décidé de chasser les hommes comme des animaux pour s’en sortir, et ses actions ont, finalement, nuit à sa propre famille. Sa bande avait décidé de tuer son beau père, mais mon oncle a déclaré qu’il ne voulait pas y participer et a essayé de prévenir ce dernier de partir. Il ne l’a pas écouté et le meurtre a été imputé à mon oncle. Sa belle-mère a témoigné qu’ils s’entendaient très bien entre eux, mais ils l’ont reconnu coupable quand même. C’est à peu près à cette époque qu’il a écrit ses aveux et qu’il a dénoncé sa bande.

Il y a beaucoup à apprendre de la mort de mon oncle et de la vie de mes ancêtres. Cela vaut aussi pour ceux qui lisent, la maxime ‘connais-toi toi-même » n’est pas une phrase vide de sens. Les hommes de notre race ont utilisé la violence dans le passé pour toutes sortes de raison, certaines meilleures que d’autres. Si nous voulons reconquérir notre liberté et mettre notre peuple sur la bonne voie, nous devons canaliser ce potentiel  violent en force vertueuse. Je pense à la violence que j’ai subie dans ma vie et cela ne semble que s’aggraver. Notre race est confrontée à une lutte pour sa survie, sans précédents dans l’Histoire. Nos ennemis utilisent la planète entière pour nous forcer à nous soumettre. Si nous continuons à utiliser la violence pour des raisons égoïstes, ou si nous l’évitons complètement, nous ne pourrons pas réussir. Si nous restons en paix alors que nos ennemis ne le sont pas, où cela nous mène-t-il ?

Un homme suffit pour créer un effet énorme, comme pour les cas de Dylann Roof, Anders Breivik et Robert Bowers. Nous devons nous souvenir de leurs sacrifices, et donner à ceux qui, comme eux, souhaitent asservir leurs ennemis, un réseau de soutien pour les aider. Un exemple du type de résistance que nous devons voir est l’IRA :

L’Armée Républicaine Irlandaise, en tant que représentants légaux du peuple Irlandais, est moralement justifiée de mener une campagne de résistance contre les forces d’occupation étrangères et les collaborateurs nationaux. Tous les volontaires sont et doivent se sentir moralement justifiés dans l’exécution des diktats du gouvernement légal; En tant qu’armée, ils sont l’Armée légale et légitime de la République Irlandaise qui a été forcée d’agir clandestinement par des forces écrasantes.
– Livre vert de l’IRA

L’exemple de l’IRA est couramment cité par des gens de notre mouvance pour une bonne raison, bien qu’ils ne soient pas des Nationaux-Socialistes. Nous devons commencer à penser de la même manière. Nous sommes un peuple occupé, des citoyens de seconde classe pour nos ploutocrates (((casher))) et les occupants non-Blancs qu’ils ont installés dans nos nations. Nous devons former de petites cellules de personnes soudées, construire une infrastructure dont nous avons grand besoin, nouer des amitiés et des alliances, créer une structure de commandement et, plus important encore, élaborer un objectif cohérent ainsi qu’un plan concret pour atteindre cet objectif.

Aucune loi de la Nature n’affirme que la violence est intrinsèquement mauvaise. En fait, cela peut être le contraire : la violence est ce que nous utilisions pour assurer de bonnes manières et une bonne conduite civile. Avant cela, nous l’utilisions pour acquérir de l’espace vital, chasser les animaux pour la nourriture et mettre fin définitivement à des menaces telles que prédateurs et tribus hostiles. La violence devient grave lorsqu’elle est utilisée au détriment de votre peuple, car vous ne faites que vous faire du mal. Le National-Socialisme consiste à unir le peuple, et cette pensée a guidé mes actions pendant des années. J’ai vu méthode après méthode se heurter à la violence, à la répression et à la calomnie. Ceux qui ont vécu plus longtemps que moi vous diront la même chose. Toutefois, quand on décide de riposter : il y a panique. Il est évident que nos ennemis ont peur et que ce sont des armes dans les mains des hommes prêts à les utiliser.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !