L’art préraphaélite sensuel de Valentine Cameron Prinsep

0
293

Par J. Belenger dans Renegade Tribune

Valentine Prinsep en 1867 par Julia Margaret Cameron.

Valentine Cameron Prinsep a une grande notoriété, non seulement pour avoir été contemporain (et ami proche) de grands noms du mouvement préraphaéliste, mais aussi pour avoir été un artiste remarquable au sein dudit mouvement lui-même. Mes tableaux préférés de Prinsep sont Il Barbagianni (la chouette, 1863), At the First Touch of Winter, Summer Fades Away (1897) et The Gamekeeper’s Daughter (1875), trois tableaux qui ne figurent pas sur la liste de ses œuvres majeures mais qui sont parmi les plus connus des amateurs. Je dois aussi mentionner sa lithographie d’Odin, le Dieu nordique de la guerre, qui (je crois) a été utilisée sur la couverture du livre de Ron McVan intitulé Temple of Wotan ; Livre saint des tribus aryennes – avec préface de Miguel Serrano – (Fourteen Word Press 2000) si la mémoire est bonne.

Comme il n’y a pas beaucoup d’informations sur Prinsep disponibles sur les interwebs, à l’exception de la proverbiale entrée Wikipedia bien sûr, ci-dessous est sa biographie dans laquelle plus de détails sur ses interactions avec d’autres artistes de l’époque, et autres informations intéressantes, sont donnés. J’espère que vous l’apprécierez. En passant, à l’exception de quelques images en noir et blanc, je n’ai trouvé aucune image des « grands tableaux » de Prinsep (tels qu’ils sont cités dans la biographie suivante), ce qui est assez étrange si vous me demandez.

Biographie

Valentine Cameron « Val » Prinsep RA (14 février 1838 / 11 novembre 1904) était un peintre britannique de l’école préraphaélite. Né à Calcutta, en Inde, il était le deuxième enfant d’Henry Thoby Prinsep, un fonctionnaire du Raj britannique, et de son épouse Sarah Monckton Pattle, fille de James Pattle. Sa mère était la sœur de la photographe Julia Margaret Cameron et Maria Jackson (née Pattle), grand-mère de Virginia Woolf et Vanessa Bell. Henry et Sarah Prinsep retournèrent en Angleterre en 1843. Ils s’installèrent en 1851 à Little Holland House, et en firent un centre de la société artistique.

Henry Thoby Prinsep était un ami du peintre George Frederic Watts, sous la direction duquel son fils a étudié pour la première fois, et a voyagé avec Watts en 1856-1857 pour assister aux fouilles d’Halicarnassus par Sir Charles Thomas Newton. Il se rend ensuite dans l’atelier de Charles Gleyre à Paris. James Abbott McNeill Whistler, Edward Poynter et George du Maurier étaient parmi ses camarades de classe, et il fut plus tard l’original de Taffy dans le roman Trilby de Du Maurier. Après Paris, Prinsep passa en Italie. Avec Edward Burne-Jones, il visita Sienne et y fit la connaissance de Robert Browning, qu’il vit beaucoup à Rome durant l’hiver 1859-60. Prinsep était un ami proche de John Everett Millais et de Burne-Jones, avec qui il voyagea plus loin en Italie.

Il a participé avec Dante Gabriel Rossetti et d’autres à la décoration de la salle de l’Union d’Oxford. Avec d’autres membres de la Fraternité préraphaélite, il a enseigné au Collège des travailleurs au milieu du XIXe siècle. Il expose pour la première fois à la Royal Academy of Arts en 1862 avec sa Bianca Capella, son premier tableau, qui attire l’attention comme un portrait du général Gordon en costume chinois (1866). Prinsep a prêté le costume à Millais qui l’a utilisé dans sa propre peinture Esther. De 1862 à sa mort, Prinsep a été un exposant annuel à l’Académie royale. Il a été élu A.R.A. en 1879 et R.A. en 1894. Son mariage en 1884 a fait de Prinsep un homme riche, et il est devenu un directeur d’entreprise et propriétaire foncier.

Les peintures majeures de Prinsep étaient Miriam Watching The Infant Moses (exposée à l’Académie Royale en 1867), A Venetian Lover (1868), Bacchus and Ariadne (1869), News from Abroad (1871), The Linen Gatherers (1876), The Gleaners, et A Minuet. En 1877, Prinsep retourna en Inde et peignit un grand tableau du Durbar de Delhi. C’était une commande de Robert Bulwer-Lytton, 1er comte de Lytton, vice-roi de l’Inde. Il fut exposé en 1880 à la Royal Academy, présenté à la reine Victoria et ensuite accroché au palais de Buckingham. Ce « travail colossal » a attiré les commentaires de la presse, positifs et négatifs. Plus tard, les expositions ont été À Versailles, L’Empereur Théophile choisit sa femme, L’idole brisée et La fille à l’oie. Prinsep a écrit deux pièces, Cousin Dick et Monsieur Le Duc, produites respectivement au Royal Court Theatre et au St James’s Theatre, et le roman Imperial India : an Artist’s Journal (1879).

Prinsep mourut à Holland Park, dans l’ouest de Londres en 1904, et est enterré au cimetière de Brompton, à Londres. Il a été enterré avec sa femme Florence. Le monument de style romain distinctif se trouve sur le chemin de l’ouest entre l’entrée nord et les bâtiments centraux. C’était un bénévole enthousiaste et l’un des fondateurs des Artists Rifles.

Note finale de l’auteur

Puisque cet article est dédié à l’un des plus grands artistes du mouvement préraphaélite, je voudrais mettre en lumière un de ses collègues, Sir Edward Poynter (1836-1919). J’aurais aimé avoir écrit un article sur cet artiste particulier (en fait, c’était mon idée depuis un certain temps), car je considère son art comme absolument brillant avec des peintures comme Andromède (1869) et Cave of the Storm Nymphs (1903). Malheureusement, Sir Edward Poynter était un franc-maçon bien connu. Cela, à mon humble avis, met une marque noire évidente sur son dossier. Il est triste de dire que ce n’est pas la première fois que je tombe sur des faits comme ceux-ci concernant des artistes de cette époque.

‘At the First Touch of Winter, Summer Fades Away’ (1897)

‘A Girl Carrying Grapes’ (formerly known as Salome) (1862)

‘Il Barbagianni’ (The Owl) (1863) 

 

‘Ayesha’ (1887)

‘Death of Siward The Strong’ (1890)

‘Medea The Sorceress’ (1880)

‘Odin the Northern God of War’ (attributed to) Valentine Cameron Prinsep

‘The Queen was in the Parlour, Eating Bread and Honey’ by Valentine Cameron Prinsep

‘The Gamekeeper’s Daughter’ (1875)

‘The First Awakening of Eve’ by Valentine Cameron Prinsep

‘Reclining Woman with a Parrot’ (aka The Lady of the Tooti-Nameh) (1865)

‘The Mandolin Player’ by Valentine Cameron Prinsep

‘Unprofessional Beauty’ (1885)

‘Time for Tea’ by Valentine Cameron Prinsep

‘Leonora di Mantua’ (1873)

‘Girl Blowing Soap Bubbles’ by Valentine Cameron Prinsep

 

 

 

 

 

 

 

 

‘The Goose Girl’ (1900)

J. Belenger

J.Belenger (prononcer avec un ‘G’ dur) est un musicien, compositeur et graphiste européen expérimenté pro-blanc. Il a participé à la bande originale de Hellstorm’ : Le véritable génocide de l’Allemagne nazie “ (film racontant ce que l’Allemagne a vécu de la part des 53 pays qui lui ont déclarés la guerre en 1939-1945) en 2015. Dans le passé, il a également collaboré étroitement avec Justice 4 Germans. Il est collaborateur régulier de Renegade Tribune.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !