Atrocités alliées : Le massacre de Metgethen

0
458

Paru dans Renegade Tribune

Le témoignage de Karl August Knorr

J’étais à l’époque un officier de la 561e Division de grenadiers civils chargé de rétablir l’ordre à Metgethen après qu’il ait été repris par notre camp. Dans une rue, j’ai découvert le corps de deux jeunes femmes, toutes deux d’une vingtaine d’années, qui avaient apparemment été attachées par les jambes, un membre chacune entre deux voitures, puis déchiquetées lorsque les véhicules étaient conduits dans des directions opposées. C’était un spectacle absolument dégoûtant. Dans cette même rue, je suis tombé sur une grande villa. Je ne me souviens plus du nom de la rue. La maison contenait environ 60 femmes, que nous avons toutes évacuées de la zone. La moitié d’entre elles ont dû être emmenées immédiatement dans un hôpital psychiatrique… en moyenne, elles ont été violées 60 à 70 fois par jour.

Le témoignage de Horst A.

Horst A., alors chauffeur du détachement I de la réserve de renseignement de Königsberg, a rapporté :

Quand nous sommes arrivés à Metgethen, nous avons été confrontés à un spectacle épouvantable : Nous avons trouvé plusieurs centaines de soldats allemands morts, dont beaucoup avaient été défigurés au-delà de toute reconnaissance. Des civils ont été assassinés dans presque toutes les maisons, également défigurés de la manière la plus bestiale. Par exemple, certaines femmes se sont fait couper les seins et, dans les jardins, nous avons trouvé des femmes à peine vêtues qui avaient été suspendues la tête en bas. Dans une maison, nous avons rencontré une femme de 63 ans encore en vie. En pleurant, elle nous a dit qu’elle avait été violée par 12 à 15 Russes. Elle était allongée sur le sol, couverte de sang. La fille de cette vieille dame s’était échappée dans la forêt voisine, mais son enfant d’un an avait été enlevé par les Russes. Dans les rues de Metgethen, ainsi qu’à la gare, nous avons trouvé environ 15 poussettes, certaines renversées, toutes vides. Nous avons conclu que cela signifiait que les Russes avaient également enlevé ces bébés.

Alfred-Maurice de Zayas, A Terrible Revenge: The Ethnic Cleansing of the East European Germans, 1944-1950 (New York: St. Martin’s Press, 1994), pp. 39-40.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !