Gazée et transformée en savon, la survivante de LOLocauste Leignel-Rosenberg se déchaîne contre les écoliers blancs pour qu’ils acceptent d’être soumis par l’islam

0
440

Pour vivre un siècle, la bête hébraïque boit le sang d’enfants blancs

Paru dans Démocratie Participative

J’ai de plus en plus de mal à répondre aux nombreuses personnes qui reprochent à Adolf Hitler son excès de générosité à l’égard des juifs.

J’essaie de contextualiser, de nuancer et d’exposer les raisons qui ont poussé le Führer à faire preuve de la plus extrême générosité vis-à-vis de cette race de serpents, mais on me reproche ensuite de justifier l’injustifiable.

Que voulez-vous, l’homme avait le coeur sur la main.

Il s’était par exemple lié d’une amitié toute spéciale avec une gamine juive, Bernile Nienau.

Mais les juifs ne peuvent s’empêcher de persécuter l’homme blanc le plus généreux et le plus pacifique, s’ingéniant à transformer sa vie en enfer.

Mais même en dépit de cela, là où n’importe qui aurait décidé de mettre un terme aux menées criminelles de ces gens, Adolf Hitler s’est évertué à se montrer aussi bienveillant que possible. Au delà du raisonnable, je veux bien en convenir.

Aujourd’hui, rien n’a changé.

En fait, c’est incomparablement pire.

L’Yonne Républicaine :

Lili Leignel-Rosenberg est l’une des dernières survivantes des camps d’extermination. De passage à Auxerrexpo vendredi 7 juin, elle s’est confiée, tout en dignité, sur son expérience et sa « revanche sur les nazis » face à 700 collégiens de l’Auxerrois.

Proposition n°1 : « Survivante »

Proposition n°2 : « Extermination »

Ne cherche pas à comprendre, goy, c’est miraculeux !

Deux heures, debout, son rouge sur les lèvres, son dynamisme inlassable et sa mémoire intacte, malgré ses 87 ans. Devant 700 collégiens icaunais, Lili Leignel-Rosenberg a témoigné de l’horreur qu’elle – à l’âge de 11 ans – et sa famille ont vécue dans les camps d’extermination de Ravensbrück et de Bergen-Belsen (Allemagne). Témoignage.

Le secret de jouvence de ces antiquités hébraïques est désormais connu : le bain de haine antigoy quotidien. Ou de sang blanc.

C’est un running gag vieux de 75 ans.

Ces juifs gazés vivent un siècle entier, régénérés en permanence par la seule excitation que leur procurent les tourments qu’ils infligent aux populations blanches sidérées.

Cette vieille sorcière en est la preuve vivante.

Et il faut attiser la haine dans les écoles contre la race blanche, sans cesse, pour se rassainir.

Qu’est-ce qui vous pousse à venir raconter votre histoire aux jeunes générations ?
« J’ai la conviction d’avoir une mission à remplir. Malgré mes 87 ans, j’ai encore la pêche et je n’hésite pas à me déplacer dans toute la France, de la Bretagne à l’Aveyron, en passant par Lyon ou Tours, et maintenant Auxerre. Des déportés, il n’y en a plus beaucoup aujourd’hui. Je suis la seule à pouvoir encore témoigner dans le Nord-Pas-de-Calais (elle est originaire de Roubaix, NDLR). Il me semble indispensable de le faire, sans fin, et qu’un maximum de jeunes entendent ce témoignage de paix et de tolérance et sachent qu’il y a un remède à tous ces fléaux actuels. Ils doivent comprendre qu’ils seront les témoins après notre départ. Je compte sur eux, ils sont la relève et la France de demain » .

Une « mission ».

« Soumets-toi à Yahvé, goy ! »

Bientôt 90 ans et cette vieille juive possédée par le Diable arpente la France submergée par le tiers-monde pour culpabiliser la jeunesse blanche et lui faire admettre sa propre disparition pour la plus grande gloire d’Israël.

D’ailleurs cette youpine ne semble pas trop préoccupée par la tolérance de la juiverie établie en Palestine vis-à-vis des autochtones.

La tolérance est probablement réservée aux seuls goyim que les juifs veulent empoisonner.

Voyez-vous un parallèle entre ce que vous avez vécu dans les camps de la mort et la situation géopolitique actuelle ?
« Oui, forcément. Aujourd’hui, que ce soit aux États-Unis, en Europe et même en France, avec les derniers résultats des élections européennes (où le Rassemblement national a terminé en tête, NDLR), ce nationalisme ambiant me fait très peur, il m’angoisse même. Il faut combattre à tout prix les fléaux de notre époque que sont la haine, la xénophobie ou l’antisémitisme. Alors que nous disions “Plus jamais cela” à notre retour de déportations, on voit malheureusement que le mal perdure et est partout. Que l’on soit noir ou blanc, juif, catholique ou musulman, nous sommes tous faits de la même façon, donc nous devons accepter nos différences, qui ne font que nous enrichir« .

Goy, profite de ces richesses !

Pourquoi voter pour la haine ?

Quel regard portez-vous sur la montée du nationalisme et des extrêmes aux quatre coins de la planète ?
« Le nationalisme est pervers, parce qu’il y a du chômage, de la misère… Il joue sur le malheur des gens, qui s’illusionnent et se laissent prendre par des discours portés par des dirigeants politiques qui savent s’exprimer, à l’image d’Hitler pendant la Seconde Guerre mondiale ».

Oy vey !

Soyons précis : le nationalisme des goyim est pervers.

Mais pas celui du petit peuple élu.

Il faut que les choses dites et bien dites.

Pour autant, êtes-vous confiante en l’avenir ?
« J’ai toujours été positive et je suis une éternelle optimiste. Je me dis que cela ne peut pas durer. Il ne faut pas se laisser faire et avoir le courage de répandre la vérité. Les jeunes générations doivent avoir conscience que l’union fait la force et qu’ils ont les cartes en main pour que le monde change et devienne meilleur. Grâce à eux, il y aura un monde de paix ».

Répandons la vérité.

Mais pas n’importe laquelle : la vérité juive.

La vérité aryenne, c’est-à-dire la vérité objective, n’a pas sa place dans une théocratie hébraïque.

Que sommes-nous censés faire face à un bloc de haine aussi monolithique que l’est cette juiverie fulminante, haineuse, fanatique ?

L’extrême bonté de l’homme blanc a été démontrée au delà de tout ce qui était concevable. Malgré les pires sévices commis contre lui, il fait encore et toujours preuve de bonne volonté face à ces conspirateurs juifs et à leurs associés dans le crime que sont les mahométans.

Si je devais formuler le crime le plus grave dont sont responsables les juifs, c’est de nous contraindre à devenir haineux et implacables pour survivre à ces machinations.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !