Une traînée de magistrate à la solde du pouvoir juif explosée au flashball chez elle

0
374

Paru dans Démocratie Participative

Vous avez les juges.

Et puis vous avez les justiciers.

Libération :

Ce lundi matin, Magali T., présidente de la cour d’assises de Versailles, a été agressée à son domicile des Yvelines. Selon nos informations, deux hommes se sont présentés chez la magistrate et ont sonné à sa porte pour lui livrer un colis. Lorsqu’elle a ouvert, elle a été touchée par un tir de lanceur de balles de défense au niveau de la tête sous l’œil. «Pour le moment, nous pouvons uniquement confirmer qu’il s’agit d’une arme non létale», a indiqué le parquet de Versailles, contacté par Libération. Il a ouvert une enquête pour «tentative d’homicide sur magistrat».

Disons que ça pique un peu.

Mais pas non plus de quoi faire toute une histoire.

Un accident du travail.

Les suspects ont pris la fuite et sont toujours recherchés par les autorités. Pendant ce temps, les investigations se poursuivent par l’audition de plusieurs témoins. Les enquêteurs cherchent notamment à établir si cette agression est liée aux fonctions de Magali T. Agée de 54 ans, la magistrate a été transportée par le Samu à l’hôpital. Son pronostic vital n’est pas engagé.

Némésis a frappé, châtiant sauvagement l’instrument de l’oppression judéo-financière.

«J’apprends avec indignation et émotion l’agression de la présidente de la cour d’assises de Versailles. Toutes les forces de l’ordre sont mobilisées pour retrouver les auteurs. Tout mon soutien à la magistrate, à sa famille et à la communauté judiciaire de Versailles», a réagi sur Twitter, ce lundi, Nicole Belloubet la ministre de la Justice.

Invoquons Khorne, le dieu du sang, pour que cette magistrate aux ordres des juifs garde le plus de séquelles possible.

Surtout psychologiques.

Qu’il apaise et égaie les âmes des Gilets Jaunes grâce au sang fraîchement versé par ces inconnus.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !