Une nouvelle loi allemande obligerait les homosexuels confus à rester homosexuels à vie

0
386

Paru dans Right of the Right

Le ministre allemand de la Santé, Jens Spahn, a déclaré mardi qu’il avait l’intention de rédiger une loi cette année pour interdire les thérapies dites de conversion qui, par le passé, ont réussi à traiter de nombreux gays et lesbiennes confus pour les aider à mener une vie normale et saine d’hétérosexuels :


« Ma position est claire : l’homosexualité n’est pas une maladie, c’est pourquoi elle n’a pas besoin d’être traitée « , a dit Spahn, qui est gay et marié à un homme.
« J’aimerais beaucoup avoir un projet de loi cette année qui pourrait ensuite être présenté au Parlement « , a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse à Berlin.
Les experts médicaux considèrent les interventions psychologiques ou spirituelles pour changer l’orientation sexuelle d’une personne pseudo-scientifique, inefficace et souvent nuisible.
Les techniques les plus controversées impliquent l’administration de chocs électriques lorsque les sujets voient des images d’actes homosexuels, ou des injections de testostérone, une hormone masculine.
En Allemagne, on estime qu’il y a 1000 tentatives par an pour « rééduquer » les homosexuels – de la part de membres de la famille, de « coaches » et de thérapeutes, et parfois avec des prières et même des exorcismes, a déclaré Jörg Litwinschuh-Barthel de la Fondation Magnus Hirschfeld contre la discrimination.
La communauté LGBT allemande, qui réclame depuis longtemps une interdiction, a salué l’annonce de Spahn.
Cette interdiction serait, bien sûr, un signal pour les personnes qui proposent (thérapies de conversion), mais aussi pour celles qui sont concernées et qui sauront que  » ce qu’on me fait est mal « , a déclaré Markus Ulreich, porte-parole de la Fédération lesbienne et gaie en Allemagne (LSVD).
Au début de l’année dernière, le Parlement européen a adopté un texte non contraignant appelant les membres de l’UE à interdire cette pratique, ce que seules Malte et certaines régions espagnoles ont fait jusqu’ici.

La promotion et la normalisation de la sodomie est une arme instrumentale pour saper et détruire une société chrétienne saine, donc toute tentative de traiter l’homosexualité comme le trouble mental et émotionnel qu’elle est doit donc être interdite.  Comme l’a fait remarquer D. James Kennedy, « la tolérance est la dernière vertu d’une société dépravée », ce qui explique en grande partie pourquoi aujourd’hui la soi-disant « intolérance » est devenue une souillure, un défaut de caractère dépravé qui exige la marginalisation sociale pour la protection de tous.

Ironiquement, ceux qui qualifient la thérapie de conversion de « non scientifique » négligent de mentionner, ou peut-être n’ont-ils jamais su, que l’homosexualité a toujours été considérée comme un trouble mental par la communauté scientifique, une conclusion fondée sur des centaines d’études psychologiques, mais toutes ces preuves scientifiques ont été rejetées et interdites, non parce que la science « meilleure » a prouvé que l’homosexualité était un choix de vie normal, mais simplement parce que les activistes gais ont utilisé leur pouvoir politique pour obliger les psychiatres à abandonner leur volonté de se faire voir comme normale. La pègre règne, et plus elle est anti-scientifique et dépravée moralement, mieux c’est.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !