Magistrate agressée à domicile : ce n’est que justice

0
313

Paru dans Blanche Europe

Magali Tabareau, présidente de la cour d’assises des Yvelines, a été victime le 17 juin d’une agression à son domicile par deux hommes s’étant fait passer pour des livreurs à moto et qui lui ont tiré dessus avec une arme type LBD.

La magistrate a été par la suite hospitalisée et opérée pour une fracture du plancher orbital. Elle est depuis le 20 juin sortie de l’hôpital visiblement sans avoir été éborgnée et a été placée immédiatement sous protection rapprochée par le procureur général de la Cour d’appel de Versailles Marc Cimamonti, une ordure maçonnique pur jus : c’est lui qui avait poursuivi le policier Sébastien Jalamion alors que celui-ci n’avait fait que réagir sur les réseaux sociaux après la décapitation d’Hervé Gourdel en postant un message montrant le calife de l’état islamique au centre d’une cible.

L’agression a été qualifiée de tentative d’assassinat et a suscité un grand émoi parmi les professionnels de justice.

C’est un émoi qu’ici à Blanche Europe nous ne partageons nullement. Nous sommes même plutôt déçus de la savoir sortie si vite de l’hôpital avec ses deux yeux encore valides. Si encore elle était sortie les pieds devant…

C’est que nous jugeons l’institution de la justice en France profondément malade, dans le sens où elle promeut un laxisme débridé pour toutes les islamo-racailles qui pullulent dans notre pays et dans le même temps se montre impitoyable pour tous ceux qu’elle condamne pour de simple délits d’opinion.

Par son laxisme, elle épuise les forces de l’ordre qui retrouvent en liberté ceux qu’ils ont arrêté la veille, ces derniers ne se privant pas de les narguer.

Elle met aussi en danger nos frères de race victimes d’agressions par les boucaques qui ont un sentiment croissant d’impunité.

L’émoi manifesté par juges, avocats à cette agression est des plus indécents. Lorsque des gilets jaunes se font éborgner par un tir de LBD, la justice se contente de parler de maintien de l’ordre.

Lorsqu’il s’agit d’un magistrat, il s’agit d’une tentative d’assassinat. Un deux poids deux mesures qui est la marque même du (((Système))). Les juges forment une caste moulée selon les plus purs standards de la république judéo-maçonnique.

Ils ne peuvent d’ailleurs progresser dans leur carrière qu’en se soumettant le mieux possible à leurs (((maîtres))). C’est une caste faite de gens souvent arrogants, méprisants pour le petit peuple, à l’instar de la classe politique dont elle attend parfois beaucoup, les nominations de procureurs de la république dépendants directement du ministère.

Une caste dont la majorité des membres sont pétris de dogmes, voire sont clairement politisés, défendant l’idéologie gauchiste dégénérée du syndicat de la magistrature.

Caste qui se croit intouchable, mais qui se fait malgré tout petit à petit remplacée dans les territoires bougnoulisés où le cadi rend la justice façon charia à la mosquée.

La récente annonce de la Garde des Sceaux de déresponsabiliser sur le plan pénal les mineurs de 13 ans ne sera pas pour déplaire à tous ces juges irresponsables. Par leur inconséquence, ces magistrats vont en effet donner une impunité de plus en plus totale aux allogènes, qui vont profiter de cette réforme pour faire faire leurs pires sales coups par des gamins des cités (qui sont d’ailleurs depuis déjà longtemps enrôlés pour le trafic de stupéfiants, faisant le guet pour éviter les descentes de police).

Bien formés, ces derniers seront capables de tuer s’il le faut : on peut donc s’attendre à une évolution à la brésilienne où la criminalité des mineurs des favelas est là-bas endémique et où les gosses savent jouer du couteau ou du flingue dès le berceau.

Et les enfants de djihadistes « français », comme ceux qui vont revenir de Syrie, pourront quant à eux commettre des attentats en toute tranquillité.

Dans cette affaire de magistrate agressée, il sera intéressant de connaître le profil des agresseurs. Le mode opératoire peut faire évoquer un acte d’intimidation du genre mafia. Ou une vengeance commanditée par une personne s’étant sentie injustement condamnée par cette magistrate. Un différend privé n’est pas exclu.

Le comble serait bien sûr qu’il s’agisse de boucaques, et alors ce ne serait qu’un juste retour des choses !

On pourrait aussi espérer une action de résistance Aryenne, car les juges représentent pour nous des ennemis à part entière, tant ils sont islamo-collabos et judéolâtres. Ils appliquent en effet une morale de youtre centrée sur l’individu, où le bien et le mal n’ont rien à voir avec notre vision du monde.

Car le bien et le mal n’ont de sens pour nous qu’en fonction des conséquences positives ou négatives qu’une action ou inaction peut avoir vis-à-vis de notre race.

Ainsi, une discrimination négative à l’égard des boucaques, invertis et youtres est dans notre système de valeurs une action à promouvoir dès le plus jeune âge et en aucun cas passible de sanctions. D’ailleurs, dans une société Blanche assainie, les délits soviétoïdes d’homophobie, de racisme, d’antisémitisme et j’en passe ne feraient plus leur apparition que dans les cours d’histoire du droit.

A l’inverse, une femme blanche en ménage avec un nègre (dans la période où ce dernier n’aurait pas encore été expulsé de France ou transformé en engrais bio pour nos champs) serait passible de poursuites judiciaires. Et un rappeur serait interdit de concert pour offense grave à l’art musical.

Au-delà de ces aspects juridiques, cette vision du monde doit gouverner l’homme Blanc sain, qui doit régulièrement se poser la question : En faisant cela, est-ce que j’agis bien dans l’intérêt de ma race ?

Si vous lisez Blanche Europe et en diffusez les idées, soyez assuré que la réponse est des plus positives !

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !