Loyauté tribale : les juifs d’Argentine avaient aidé le Mossad à enlever Adolf Eichmann

0
195

Paru dans Blanche Europe

Traduction de l’article du Daily Stormer.


En ce qui concerne l’holocaustologie, le procès-spectacle d’Adolf Eichmann est ce qui donne au mythe son sens contemporain.

En 1960, des agents du Mossad ont enlevé le citoyen argentin Adolf Eichmann et l’ont transporté en Israël. La seule conséquence qu’ils ont subi pour cela était une faible plainte du gouvernement [note du rédac-chef du DS : le gouvernement argentin était assez fâché, il n’avait seulement aucun recours].

S’étant vu demandé des explications, le gouvernement israëlien a dit au président de l’Argentine qu’ils avaient le droit de faire cela parce qu’ils étaient juifs qu’Eichmann était coupable d’avoir gazé 6.000.000 d’entre eux. Pourquoi, alors, n’ont-ils pas présenté des preuves et une demande d’extradition ?

Facile : cela ne s’est jamais produit.

Mais désormais, de nouvelles informations montrent que des juifs ordinaires vivant en Argentine ont eu un rôle décisif pour aider le Mossad dans cet enlèvement/meurtre politique. Cela vient montrer que, seulement parce que certains juifs paraissent ordinaires, ne signifie pas qu’ils ne collaboreront pas avec une conspiration illégale quand Israël les y appelle.

Jewish Telegraph Agency :

La communauté juive d’Argentine a donné à l’agence d’espionnage d’Israël toutes les voitures et certains des lieux sûrs utilisés pour enlever l’assassin nazi Adolf Eichmann, a révélé un agent du Mossad.
Avner Avraham, agent de carrière du Mossad, l’a révélé plus tôt ce mois, mettant fin à des décennies de secret officiel autour du rôle exact de la communauté juive d’Argentine dans l’opération Finale, lors de laquelle des agents du Mossad ont transporté par avion Eichmann de Buenos Aires à Israël en 1960 pour y être jugé pour son rôle dans le meurtre de centaines de milliers de juifs lors de l’Holocauste, ce pourquoi il a été pendu en 1962.
“La communauté juive a aidé. Ce n’est pas quelque chose que nous publions, mais la communauté juive a certainement aidé le Mossad avec des véhicules et aussi avec des lieux sûrs”, a déclaré Avraham lors d’un discours qu’il a prononcé plus tôt ce mois à la conférence Mahar sur les Juifs des Balkans, que la communauté juive du Monténégro avait organisé avec l’aide du Congrès Juif Eurasien dans la ville côtière de Budva.
Efraim Zuroff, un éminent chasseur de nazis pour le Centre Simon Wiesenthal, a dit à la JTA que, à sa connaissance, l’étendue de l’implication de la communauté juive dans la capture d’Eichmann – un épisode qui a conduit à l’expulsion de l’ambassadeur israëlien de Buenos Aires et à une rupture des relation bilatérales – n’était pas précédemment connue.
“Il était connu qu’il y avait eu une certaine implication, mais pas quoi exactement”, a-t-il dit.
Avraham avait organisé en 2011, avec la permission du Mossad, une exposition sur la capture d’Eichmann – un moment décisif en Israël que beaucoup d’universitaires identifient comme l’épisode qui a provoqué un débat ouvert sur le génocide en Israël, où il avait auparavant été une sorte de tabou en raison de ses effets traumatiques.
[…]
Si un petit nombre de juifs argentins ont volontairement aidé le Mossad […], au moins une, Luba Volk, a été utilisée par l’agence d’espionnage à son insu.
[…]
La femme d’un ingénieur qui travaillait dans une usine argentine, Volk, qui est décédé, elle avait reçu peu avant l’enlèvement une proposition de direction d’un bureau régional pour la compagnie aérienne nationale d’Israël, El Al, [bureau] qui avait été mis en place uniquement pour gérer le transport du nazi vers Israël. Une mère au foyer d’un enfant de trois ans, elle avait joyeusement accepté l’offre d’un employé d’El Al – qui ne connaissait pas non plus le but réel du nouveau bureau régional.

Donc les Juifs en Israël ne mentionnaient pas “l’Holocauste” avant le procès d’Eichmann ? C’est fascinant !

Film Holocauste avec Meryl StreepL’Holocauste n’était pas “l’Holocauste” jusqu’après le procès Eichmann, quand les universitaires ont commencé à établir le terme et à mettre en avant sa mythologie comme une vérité. Il a fallu attendre un film de Meryl Streep en 1978 pour que le terme devienne bien connu.

Le procès Eichmann était à peu près aussi équitable que vous pouvez l’imaginez. Quand je le qualifie de procès-spectacle, je l’entends au sens propre, puisque c’était le premier procès qui a été filmé et diffusé sur les télévisions à travers le monde. Le réquisitoire et la défense étaient tous plus ou moins scénarisés pour perturber les goyim et satisfaire l’appétit juif pour le sadisme.

En raison des circonstances, la défense d’Eichmann lors de cette parodie de procès l’a pressé de dire tout ce que les Juifs demandent comme seule chance de sauver sa vie. Les Juifs l’ont exécuté de toute façon.

La raison pour laquelle le “nationalisme” civique ne peut pas fonctionner est que les Blancs sont les seuls à suivre ses règles.

Eichmann, le citoyen argentin, partageait le même passeport que les Juifs qui l’ont fait enlever et tuer pour une opération de propagande dans un territoire étranger à des milliers de kilomètres de là.

La citoyenneté ne veut rien dire pour une clique criminelle internationale.

Et un homme innocent a été tué dans le processus. Quoique, en tant que national-socialiste, il aurait du savoir que les Juifs le pendraient peu importe ce qu’il dirait. Il aurait pu se tenir droit et leur dire d’aller se faire voir. Donner sa vie pour empêcher cette calomnie qui est aujourd’hui utilisée pour intimider l’Occident vers la destruction.

Peut-être que les jeunes juifs croient que l’Holocauste est réel, tout comme une jeune personne élevée dans n’importe quelle autre religion croira en ses dogmes. Je n’en suis pas sûr.

Mais les Juifs qui étaient là à l’époque ? Les chambres à gaz ? Les fours ? Le savon humain ? Les abat-jours en peau humaine ?

La nature de l’internement juif n’était pas différente de celle de l’internement japonais aux États-Unis, et a été faite pour les mêmes raisons (les Juifs constituaient une menace pour la sécurité nationale. La seule différence, c’est que la guerre s’est produite au coeur de l’Europe, et quelques centaines de milliers sont morts de faim ou du typhus, tout comme c’est arrivé au cours du conflit à des millions de non-juifs des deux camps.

La raison pour laquelle les Allemands croyaient que les Juifs étaient une menace collective à la sécurité nationale ? Eh bien, regardez comment ils ont eu Eichmann !

L’Holocauste ? Ce n’était réel que dans leurs “esprits” !

 

Vos partages nous permettent de continuer, merci !