Etats-Unis : les Blancs minoritaires chez les moins de 15 ans, un avant-goût de la guerre raciale à venir en France

0
255

Paru dans Démocratie Participative

Si vous voulez connaître le futur de la France et de l’Europe de l’Ouest, regardez le coeur du système auquel elles sont intégrées depuis 1945 : les Etats-Unis.

Ajoutez-y l’islam et vous avez les grandes lignes du programme.

Brookings.edu :

Pour la première fois, les résidents blancs non hispaniques représentent aujourd’hui moins de la moitié (49,9 %) de la population de moins de 15 ans du pays, selon les estimations récemment publiées par le U.S. Census Bureau en 2018. Les nouvelles données mettent en lumière la diversité raciale croissante de l’ensemble de la population du pays, pour laquelle les Blancs non hispaniques ne représentent plus qu’un peu plus des trois cinquièmes (60,4%) de tous les résidents. Mais le fait que les enfants blancs de moins de 15 ans soient déjà devenus une minorité dans leur groupe d’âge met un point d’exclamation sur le fait que la diversité de la nation est en train de percoler de la base vers le sommet à mesure que la population blanche vieillit. Ce phénomène, qui devrait se poursuivre, souligne la nécessité pour les institutions qui se concentrent sur les enfants et les jeunes familles de tenir compte de manière proactive des intérêts de populations plus diversifiées sur le plan racial, car ces dernières seront des acteurs clés dans l’avenir démographique et économique du pays.
Les changements dans la composition raciale/ethnique de la nation pour tous les résidents ainsi que pour les enfants de moins de 15 ans sont présentés à la figure 1 et dans le tableau ci-joint (télécharger le tableau A). Les deux populations présentent des parts plus faibles de Blancs depuis 1980, lorsque les Afro-Américains constituaient le groupe non blanc le plus dominant. Depuis lors, des gains particulièrement importants ont été réalisés dans la population hispanique, puis plus tard dans la population asiatique.

En 2018, pour la première fois, les populations non blanches combinées – Noirs, Hispaniques, Asiatiques, personnes s’identifiant comme multiraciales et autres races – représentaient la part dominante de la population des moins de 15 ans (50,1% contre 49,8% en 2017), les Hispaniques représentant plus du quart de cette population jeune. Comme nous l’expliquons ci-dessous, cela est dû en partie à la croissance de certaines de ces dernières populations. Mais ces tendances sont aussi la conséquence du déclin du nombre de jeunes blancs à mesure que la population blanche vieillit.
Cette population de moins de 15 ans fait partie de la population de la génération Z, âgée de 21 ans et moins en 2018, et contribue à rendre cette génération (qui est blanche à 50,9 %) plus diversifiée sur le plan racial que les générations Millennials (55,1 % blanche) et Xers (59,7 % blanche). La génération Z se distingue également des baby-boomers et des générations précédentes, qui se distinguent par leur profil racial et ethnique, avec plus de 70 % de Blancs dans chaque cas. En plus de ces disparités dans les proportions de la population blanche, les générations diffèrent également dans leur représentation d’autres groupes non blancs. Bien que les Hispaniques constituent le groupe non blanc dominant chez les personnes du millénaire et la génération Zers, les Noirs sont toujours plus nombreux que les non-Blancs chez les baby-boomers et leurs aînés.

Toutes les régions du pays n’ont pas une population de moins de 15 ans racialement diversifiée. Mais la tendance commence à se répandre. Les nouvelles statistiques du recensement révèlent que 14 États plus le district de Columbia abritent une minorité blanche de moins de 15 ans, dirigée par Hawaii, où seulement 14,6 % de ces enfants sont blancs (télécharger le tableau B). La liste comprend les quatre plus grands États du pays, la Californie, le Texas, la Floride et New York. En Californie, seulement un quart environ des jeunes de moins de 15 ans sont blancs, tandis que plus de la moitié sont hispaniques. La part de la population hispanique atteint 60 % au Nouveau-Mexique. Dans le Maryland, la Géorgie et le Mississippi, les Noirs constituent le groupe non blanc dominant ; en Alaska, les Amérindiens et les Autochtones de l’Alaska constituent la plus grande minorité.
Au-delà de ces 14 États, 11 autres, dont l’Illinois, le Connecticut, Washington et le Colorado, abritent des populations de moins de 15 ans où les minorités raciales/ethniques représentent au moins 40 % de leurs résidents. Dans ces États ainsi que dans les États où la population infantile est beaucoup plus blanche (Nouvelle-Angleterre, Appalaches et Midwest), la diversité a augmenté depuis 2010, alors que seulement dix États plus D.C. abritaient des populations blanches minoritaires de moins de 15 ans. En 2000, ce n’était le cas que pour six États plus D.C.
Une dispersion similaire a eu lieu parmi les 100 plus grandes régions métropolitaines du pays, où les populations blanches de moins de 15 ans sont minoritaires dans 42 régions métropolitaines et pas plus de 60% blanches dans 22 autres (télécharger le tableau C). Ces 42 zones métropolitaines comprennent la plupart des grandes villes du pays, et bon nombre des zones de population enfantine les plus diversifiées, situées dans le sud-ouest (Houston, Dallas) et l’ouest (Los Angeles, San Francisco, Las Vegas) abritent des populations hispaniques importantes. Pourtant, dans plusieurs autres régions métropolitaines, le mélange de diversité est différent, comme à Atlanta, où les jeunes Noirs sont deux fois plus nombreux que les Hispaniques, ou à Washington, D.C., où les jeunes Noirs et les Hispaniques ont une population semblable en taille.
Parmi les 3 141 comtés du pays, 672 abritent des minorités blanches de moins de 15 ans et, dans 321 autres, d’autres groupes raciaux et ethniques représentent au moins 40 % de la population. Comme le montre la carte ci-dessous, ces comtés sont répandus dans une grande partie du Sud, du Sud-Ouest et de l’Ouest, sur les deux côtes, et dans les zones urbaines de l’intérieur du pays. La diversité des jeunes s’éparpille aussi à l’intérieur d’eux-mêmes. Parmi les 381 régions métropolitaines de toutes tailles, 376 ont affiché une diminution depuis 2010 de la part des Blancs dans leur population de moins de 15 ans, comme ce fut le cas pour 2 838 comtés.

Le virage accentué vers la diversité raciale et ethnique au sein de la population enfantine du pays n’est pas seulement dû à la croissance des groupes raciaux et ethniques non blancs. Elle est également facilitée par le déclin des jeunes blancs. Dans l’ensemble, la population blanche du pays a connu une croissance tiède de 0,1 % depuis 2010. Selon les nouvelles estimations, il a diminué de 247 000 entre 2016 et 2018. Mais le nombre d’enfants blancs de moins de 15 ans a diminué de 2,2 millions au cours de la période 2010-2018, poursuivant une tendance déjà observée dans la première décennie du siècle.
Cette baisse chez les jeunes Blancs reflète la baisse du taux de natalité chez les Blancs. Mais plus important encore à long terme, elle reflète le vieillissement de la population blanche, qui a entraîné une diminution proportionnelle du nombre de femmes en âge de procréer. Les projections du recensement montrent que les enfants blancs perdront du terrain pour les décennies à venir, plus de jeunes Blancs âgés de plus de 15 ans que ceux qui sont nés ou ont immigré aux États-Unis.
Ainsi, ce sont les gains de jeunesse de plusieurs autres groupes raciaux, en particulier les Hispaniques, les Asiatiques et les personnes s’identifiant à deux races ou plus, qui serviront de contrepoids aux pertes subies par les jeunes blancs à l’échelle nationale. Ce fut le cas pour la période 2010-2018, lorsque la population totale d’enfants a en fait diminué de 342 000. Cependant, cela représente un équilibre entre le déclin de 2,2 millions d’enfants blancs et des gains importants (1,3 million) parmi les enfants hispaniques et d’autres groupes.

Il n’y a pas eu de pertes de population infantile dans tous les États au cours de cette période. Bien que le nombre d’enfants blancs ait diminué dans 46 États, les gains des jeunes minorités ont compensé ces pertes (ou ont complété de petits gains blancs) pour entraîner des gains globaux de la population infantile dans 22 États plus D.C. (télécharger le tableau D). Les gains hispaniques ont été les principaux facteurs de croissance dans la plupart de ces États, y compris au Texas, qui a connu de loin le gain le plus important d’enfants de moins de 18 ans. Comme le montre la figure 3, tous les gains extraordinaires des enfants du Texas proviennent de groupes raciaux et ethniques non blancs.

A l’autre extrême se trouvaient les 28 États où il y a eu des pertes globales de population infantile. Tous ont subi des pertes blanches, alors que leurs gains de la part de groupes non blancs n’ont pas été suffisants pour les contrer. Plusieurs États, dont l’Illinois, l’État de New York, la Californie et la Pennsylvanie, ont également enregistré un déclin de leur jeune population noire. Ces pertes reflètent l’exode des Noirs, mais aussi le vieillissement des populations noires de ces États. L’État de New York, le deuxième plus grand État en termes de pertes d’enfants, illustre une tendance commune : pertes d’enfants blancs de grande taille, pertes moins importantes de Noirs et gains pour d’autres groupes non blancs.
Les nouvelles estimations du recensement, combinées à des projections à plus long terme, brossent un tableau d’un pays où la population blanche vieillit et où la diversité raciale des jeunes augmente. Il est peu probable que cela change, étant donné que l’âge médian des Blancs (43,6 ans) est supérieur à celui des Hispaniques (29,5 ans) ou des multiraciaux (20,7 ans). Les nouvelles estimations montrent également que les Blancs représentent moins de la moitié des naissances déclarées aux États-Unis depuis 2010 et que, au cours des sept dernières années, la population blanche vieillissante a enregistré ce que les démographes appellent une « diminution naturelle » (un excédent de décès sur les naissances). D’autre part, ils montrent que la grande population, surtout blanche, âgée de 60 ans et plus, a augmenté de 27 % depuis 2010, alors que les baby-boomers sont entrés dans ses rangs, comparativement à la croissance modeste (1,6 %) des personnes de 15 à 59 ans et à un léger déclin de la population des enfants de race diverse. Comme on l’a vu plus haut, toute croissance future de la population plus jeune repose sur la contribution démographique des groupes raciaux et ethniques non blancs.
Ces tendances démographiques montrent clairement qu’à mesure que les jeunes générations raciales diverses deviendront membres de la population active, de l’assiette fiscale et de la base de consommation, le pays devra trouver un équilibre entre les intérêts et les besoins distincts de ces groupes dans des domaines comme l’éducation, les services familiaux et le logement abordable et les besoins de santé et de soutien social d’une population vieillissante importante et croissante qui prendra sa retraite à un rythme de croissance rapide. En effet, le point de basculement de la jeunesse « blanche minoritaire » que révèlent les nouvelles statistiques du recensement doit être dûment pris en compte. Elle a des implications importantes pour l’avenir de l’Amérique.

Vous pouvez avoir l’impression que la situation raciale n’est pas aussi dramatique en France. En fait, à bien des égards, elle est pire mais en différé.

Le basculement des naissances aux USA a eu lieu en 2011.

En France, il aura lieu entre 2025 et 2030.

Les Blancs représentent actuellement environ 60% du total de la population américaine. Les projections US les plus fiables sur le sujet estiment que les Blancs seront en minorité aux Etats-Unis en 2045.

L’Etat Français interdisant les statistiques ethniques sous l’influence juive et marxiste, on ne peut qu’établir des projections générales sur les évolutions raciales de la France. Les extra-européens, toutes ethnies confondues, y sont actuellement environ 15 millions d’individus. En 2019 la France est donc blanche à 78% avec 52 millions de personnes de souche européenne.

Sous réserve de changement imprévu, la tendance actuelle fait croître la masse d’allogènes de 5 millions tous les dix ans. Les non-Blancs devraient être environ 30 millions en 2050 (45% du total) dont près de 20 millions seront musulmans (30% du total) contre 10 millions actuellement.

Compte tenu du vieillissement et de la dénatalité de la population blanche, le basculement devrait avoir lieu en France aux alentours de 2070, c’est-à-dire dans 50 ans.

C’est la durée qui nous sépare de 1969.

La révolution judéo-communiste de Mai 68 mettrait donc environ 100 ans à produire ses effets complets.

C’est un décalage approximatif de 25 ans avec les Etats-Unis qui, rappelons-le, ont entamé leur processus de destruction racial avec un socle de nègres considérable, de l’ordre de 10% de la population au début du 20ème siècle.

La France, elle, était intégralement blanche jusque dans les années 60.

Les USA, en dépit de leur situation raciale, pourront gérer, dans une certaine mesure, les tensions interethniques même si l’état fédéral devient une sangsue antiblanche totalement corrompue et négrifiée.

Contrairement à la France, les USA disposent d’un espace vital très important sous contrôle blanc qui permet de mettre d’importantes distances entre les différents groupes raciaux, grandes villes exceptées.

Si l’état fédéral devient totalement dysfonctionnel, des états majoritairement blancs pourront toujours s’organiser pour résister régionalement, voire faire sécession. Aucune armée négro-hispanique ne sera en mesure de vaincre des milices blanches financées par des états américains entiers.

En France, l’extrême faiblesse des échelons politico-administratifs inférieurs rend impossible un tel scénario. Même défaillant, l’Etat jacobin, structuré pendant 8 siècles, sera toujours suffisamment fort pour imposer sa politique raciale et fiscale aux Blancs dispersés dans les différents territoires.

Ensuite, ni les hispaniques ni les nègres n’ont de culture alternative à la culture blanche qui pourrait se structurer contre elle. D’autant que les hispaniques sont partiellement de souche européenne et culturellement chrétiens.

A contrario, en France, il existe un facteur unificateur, agressif et expansionniste contre les Blancs : l’islam.

Son caractère rudimentaire, générique et fanatique en fait le véhicule idéal de la guerre raciale antiblanche pour les peaux sombres à bas QI venus d’Afrique et d’Orient. Si l’on y ajoute la soif de revanche post-coloniale, ce système politico-religieux peut proposer un semblant d’organisation contre la culture aryenne française.

L’activation du djihad est à cet égard inéluctable sur le territoire français.

D’autant que l’adhésion à l’islam apporte immédiatement le soutien de plus d’une cinquantaine d’états musulmans à travers le monde pour des chefs politiques allogènes suffisamment habiles pour se hisser à la tête de ces dizaines de millions de peaux sombres.

Aux USA, la guerre raciale sera donc essentiellement animée par des commissaires politiques juifs dissimulés derrière un verbiage démagogique marxiste qui exciteront des nègres et des hispaniques contre les Blancs. Mais ces Blancs seront toujours 200 millions, surarmés et retranchés dans d’immenses espaces, leur conférant le bénéfice de la profondeur stratégique.

Le stock génétique blanc américain, même s’il a subi d’importants dégâts sous l’effet de l’ingénierie sociale juive, a toujours un réel potentiel de résistance.

En France, l’interdiction des armes, l’islamo-négrification croissante de la police, de l’armée et de la justice couplée au bolchevisme culturel qui domine les esprits, pour ne rien dire du maillage territorial islamique, placent les Blancs dans un état de désarmement et de désorganisation général.

Les Français de race ne savent pas qui ils sont, où ils sont, ce qu’ils doivent faire, sont totalement soumis à l’Etat après des siècles de pacification et de légalisme. En comparaison, abattre des vaches est probablement plus risqué en 2019.

L’avantage temporel dont bénéficie la France en comparaison de l’Amérique au plan racial est pour ainsi dire effacé par la désorganisation totale des populations blanches de l’Hexagone qui sont contrôlées d’une main de fer par le gouvernement juif.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !