L’amour raciste

0
454

Une opinion couramment répandue veut que les racistes soient haineux et violents. Ce n’est que partiellement vrai, et pour de bonnes raisons.Les racistes ont des haines, vivaces et multiples, mais qui ne sont que les conséquences logiques et nécessaires de leurs passions. Ils ont la haine de l’antiracisme, parce qu’ils ont l’amour de leur race ; ils détestent l’universalisme, parce ceux qui affirment aimer tout le monde n’aiment en fait personne; ils exècrent l’égalitarisme, parce qu’ils ont le culte du juste ; ils haïssent les lois dites « mémorielles », parce qu’ils bataillent passionnément pour la vérité… je pourrais prolonger cette énumération et montrer que toutes les haines qui gonflent le cœur des racistes ont pour cause leur inébranlable attachement à leurs convictions, que ces haines sont légitimes et fécondes, qu’elles sont vertueuses et nobles.

Nous autres racistes ne sommes pas naturellement haineux, mais bien au contraire de tempérament affectueux et sensible, ouverts à l’amitié, à l’amour, à la solidarité, à tout ce qui est de nature à rapprocher les Blancs; et il ne saurait en être autrement, puisque le plus cher de nos rêves et notre but, c’est de supprimer tout ce qui dresse les Blancs en une attitude de combat les uns contre les autres : gouvernements depuis la fin de la seconde guerre mondiale, églises panraciales, associations juives et antiracistes, franc-maçonneries.

Les haineux sont les immigrationnistes qui ferment les yeux au tableau de la délinquance qui nous opprime et dont ils sont la cause ; ce sont les législateurs qui persécutent ceux qui osent le dénoncer ou même s’en défendre; ce sont les exécrables profiteurs qui ramassent des fortunes par une immigration toxique; ce sont les policiers et gendarmes qui, pourtant violentés par les délinquants chromatodermes, violentent à leur tour les Blancs qui se dressent contre cet état de fait ; ce sont les magistrats qui, sans sourciller, condamnent au nom de la loi et de la société multiculturelle, les Blancs qu’ils savent être les victimes de cette loi et de cette société.

Le raciste n’est donc pas haineux de nature, bien au contraire, mais par réaction, comme un organisme employant toutes ses ressources pour combattre un anticorps : il s’agit là d’une haine instrumentale, contrôlée, salutaire et salvatrice.

Source : Sororité Aryenne

Vos partages nous permettent de continuer, merci !