Le zoo d’Amsterdam utilise des pingouins ‘bisexuels’ pour promouvoir l’agenda ‘fierté’ des LGBT auprès des enfants

0
364

Paru dans Christians for Truth

Au cours de la Pride Amsterdam cette semaine, le zoo d’Artis montrera à quel point la nature est sexuellement diverse avec des visites guidées de pingouins bisexuels, de poissons qui changent de sexe et de volées d’oiseaux mâles qui élèvent des poussins ensemble :

La conférence annuelle de la Fierté portera également sur ce sujet. « Préférences sexuelles différentes, alternance de couples, changements de sexe ou absence de sexe : rien n’est étranger aux règnes animal, végétal et microbien », a déclaré Artis dans un communiqué de presse.
Selon Artis, l’accouplement homosexuel et le comportement de reproduction ont déjà été observés chez plus de 1 500 espèces d’oiseaux et de mammifères, dont les éléphants, les gorilles, les pingouins, les lions et les vautours. Les couples de même sexe qui élèvent ensemble leurs petits sont courants dans la nature, surtout chez les espèces d’oiseaux, où les couples de même sexe sont connus pour chasser de leur nid les couples de sexe masculin et féminin et faire éclore les œufs ensemble. Dans certains cas, cela augmente même les chances de survie des poussins, selon le zoo.
Ce n’est pas seulement la préférence sexuelle qui est de nature très diverse, le sexe est aussi très flexible chez diverses espèces. Beaucoup de bactéries et de champignons n’ont pas de sexe du tout, alors que d’autres microbes ont plusieurs sexes en même temps. Le tétrahymena unicellulaire a sept sexes différents, chaque sexe étant capable de se reproduire avec l’un des six autres, mais pas avec son propre type. Il y a aussi des espèces qui peuvent changer leur sexe, comme le poisson clown.
Ce week-end et le week-end prochain, Artis proposera des visites guidées sur les exemples d’animaux sexuellement divers dans le zoo. Le jeudi 1er août, Charlotte Vermeulen, biologiste artistique, et Gert Hekma, ancien professeur d’études gaies et sexospécifiques, donneront la conférence annuelle Pride Lecture.

Une partie intégrante des troubles mentaux plus communément appelés homosexualité est le narcissisme extrême, qui implique souvent la projection de leur propre psychopathie sur le monde qui les entoure, et dans ce cas, même sur les animaux dans un zoo.  Dans leur désir de se sentir « normaux », les sodomites trouvent du réconfort dans l’idée que les pingouins de l’Antarctique ont la même tendance à la dégénérescence, à la toxicomanie, à la promiscuité et au suicide.

Bien sûr, le sous-texte de ce programme est aussi de renforcer l’idée que les Blancs ne sont rien d’autre que des animaux, une pensée qui, si elle est vraie, devrait suffire à faire monter en flèche le taux de suicide.  Comment un animal trouve-t-il un but et un sens à sa vie, ou a-t-il une relation avec Dieu ?  Dans cette version de la réalité, Jésus-Christ était un gardien de zoo, pas le Fils de Dieu, et toute chose vivante a une âme et aura une place égale dans le ciel, ou quelque chose comme ça.  Si vous pensez que vous êtes plus haut qu’un singe, alors vous êtes un « suprémaciste humain » et probablement un néo-nazi.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !