Le président US Jared Kushner veut « relâcher en Europe » 2,500 djihadistes

0
92

Paru dans Démocratie Participative

On atteint des niveaux stratosphériques de sémitisme.

Le président Kushner ne fait même plus semblant de nous haïr. C’est le programme officiel de son gouvernement.

Sputnik News :

Les États-Unis sont prêts à relâcher jusqu’à 2.500 prisonniers du groupe terroriste Daech* dans les pays d’Europe si ces derniers ne les acceptent pas volontairement, selon Donald Trump.
«Nous souhaitons que l’Europe reprenne 2.500 djihadistes de Daech*, qu’ils retournent en Europe: en France, en Allemagne, dans d’autres endroits. Si elle ne les prend pas, nous devrons probablement les relâcher en Europe», a-t-il déclaré aux journalistes jeudi 1er août.
Fin avril, Donald Trump a rappelé que les États-Unis détenaient 1.800 membres de Daech* capturés lors des combats en Syrie.
Selon lui, les États-Unis sont en train de décider quoi faire de ces prisonniers dangereux.
«Les pays européens n’aident pas, même si cela a été fait pour leur bien. Ils refusent de reprendre les prisonniers de leurs pays respectifs», a-t-il déploré via Twitter.

C’est ahurissant.

Après avoir tenté pendant près d’une décennie de renverser le gouvernement syrien pour y installer un émirat djihadiste, ces juifs de la Maison Blanche ont l’audace d’exiger le service après-vente.

Parce que cela marche tellement bien.

J’ai une alternative : que tous ces égorgeurs d’allah soient renvoyés chez leurs propriétaires, en Israël.

C’est leur véritable place.

Sans cet état terroriste, il n’y aurait pas eu de guerre en Syrie. Ni en Irak d’ailleurs.

C’est simple : ces juifs détruisent tout, partout où ils passent.

Le président Kushner ne doit pas être très heureux du fait que les Européens, après 20 ans de guerres juives au Moyen-Orient et en Afrique, aient décidé d’arrêter les frais en refusant de déclarer la guerre à l’Iran.

Même nos politiciens ahuris ont finalement fait le lien entre la submersion migratoire et ces conflits juifs avec pour conséquence la montée générale du vote populiste en Europe. Montée qui ne fait pas leurs affaires, électoralement parlant.

Pour se venger, Kushner veut donc faire égorger nos filles par leurs animaux.

Une fois n’est pas coutume, Macron semble vouloir résister un peu à l’appétit hébraïque.

Quoique dévoué aux juifs, Macron ne l’est peut-être pas au point de participer activement au déclenchement d’une apocalypse militaire au Moyen-Orient.

Les juifs commencent d’ailleurs à perdre patience et font courir des rumeurs de collusion sur le compte de Macron, grâce à leur presse.

Le Monde :

Si les services de renseignement occupent aujourd’hui une place centrale dans les affaires du monde, ils doivent, parfois, taire leurs exigences face au pouvoir politique. Ce fut ainsi le cas, en juin, lors d’un conseil de défense qui réunit, chaque semaine, les principaux acteurs de la sécurité du pays autour du chef de l’Etat, Emmanuel Macron.
Alors que la discussion abordait la question iranienne et le rôle que pouvait jouer la France pour sauver ­l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien, il fut demandé aux services secrets français, pour faciliter le dialogue avec Téhéran, de mettre en sourdine leurs inquiétudes sur ce qu’ils qualifient de « terrorisme d’Etat » de Téhéran.
Les services français ont toujours à l’esprit, en effet, le projet d’attentat avorté ayant ciblé, le 30 juin 2018, un rassemblement, à Villepinte, au nord de Paris, des Moudjahidine du peuple, mouvement d’opposition au régime iranien. La tentative avait échoué après l’arrestation en Belgique, le jour même, d’un couple d’origine iranienne. Les enquêteurs avaient trouvé dans leur véhicule 500 grammes d’explosifs de type TATP et un détonateur. A en croire les services de renseignement, ils recevaient leurs ordres d’un diplomate iranien, Assadollah ­Assadi, en poste en Autriche depuis 2014.
Une grande part des informations avaient été fournies aux Français et aux Belges par le Mossad, l’un des services secrets israéliens. « Cette affaire est gravissime, elle aurait pu faire un carnage, assure un membre de la communauté du renseignement français, c’est notre Skripal à nous [Sergueï Skripal, un ex-agent russe passé à l’ennemi britannique, fut victime, en mars 2018, d’une tentative d’empoisonnement, dans le sud de l’Angleterre, perpétrée par le renseignement militaire russe], mais il faut faire profil bas. »

Ces fameux « moudjahidine du peuple » sont des terroristes inféodés à Israël qui n’ont aucune réalité sur le terrain en Iran.

Seuls les juifs peuvent baver sur un « carnage » concernant cette canaille.

D’ailleurs, ce fameux meeting, au vu de l’énorme provocation qu’il constitue, porte la signature de la juiverie belliciste. C’est comme si l’Iran organisait un meeting de l’État Islamique en plein Téhéran avec pour thème, « faire de la France un émirat islamique ».

Macron a donc raison de faire taire ces agents provocateurs étrangers infiltrés dans le renseignement français qui essaient de monter une campagne anti-iranienne dans les médias.

Pour une fois que Macron fait quelque chose de bien, c’est à souligner.

Mais les juifs ne vont certainement pas le laisser agir très longtemps.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !