Écoute, goy, puisqu’on te dit que le Grand Remplacement est une théorie conspirationniste

0
209

Paru dans Démocratie Participative

Avec la destruction partielle de 8chan suite à l’incident d’El Paso ce week-ned où un type a fait des trucs, les bots pro-diversité de Twitter se sont déchaînés pendant 48 heures non stop pour démontrer que

«  » »la théorie » » »

du Grand Remplacement n’existe pas.

Le plus drôle dans tout ça, c’est que ce sont généralement des culs blancs de gauche avec des salaires mensuels approchant les 5 chiffres.

Même le VRP du Qatar Cédric Mas a passé son week-end a twitté frénétiquement.

« Oh, goy, (((Rosa Schwartzburg))) a dit que les Blancs déliraient sur l’immigration ! Lis un peu ça ! »

L’Obs a fait un papier sur toute l’affaire qui reprend la même narration.

Nouvel Obs :

Il aurait conduit 9 heures pour se rendre à l’endroit où il a effectué son massacre. Samedi 3 août, un tireur a fait 20 morts et 26 blessés dans un supermarché Walmart de la ville d’El Paso, une des rares grandes villes du Texas à être situées directement sur la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique.
Depuis la fusillade, on en sait un peu plus sur l’identité du suspect. Il s’agirait, selon CNN d’abord et d’autres médias américains, d’un jeune homme blanc de 21 ans, nommé Patrick Crusius et originaire d’Allen, dans la banlieue de Dallas, au nord de l’Etat conservateur.
Dix-neuf minutes avant le premier appel qui alertera les autorités de la fusillade, un manifeste de quatre pages est posté sur le forum anonyme 8chan, une plateforme très fréquentée par l’extrême droite nationaliste. Pour la police d’El Paso, il s’agit très probablement des mots du tueur. Et cet écrit ne laisse planer que peu de doutes quant aux motivations de son crime : la haine et le racisme.
Intitulé « Une vérité dérangeante », le manifeste s’ouvre sur un hommage à l’attaque terroriste de Christchurch en Nouvelle Zélande, une fusillade qui avait fait 50 morts dans une mosquée en mars. L’auteur dénonce ensuite « l’invasion » des immigrés hispaniques, en s’inspirant de la théorie du « grand remplacement » de l’écrivain français d’extrême droite Renaud Camus, selon laquelle la société occidentale blanche est en voie de se faire remplacer par les immigrés qu’elle accueille.
L’auteur divise son texte non signé en cinq sections : les raisons politiques de l’attaque, les raisons économiques, l’équipement utilisé, la réaction auquel il s’attend à la suite de son acte et enfin ses pensées et raisons personnelles. Dans une rhétorique conspirationniste, il y vilipende autant les républicains que les démocrates, que le mariage interracial, ou l’influence des grandes entreprises sur le gouvernement, et propose de diviser la nation en territoires par races.
Dans la partie plus personnelle, l’auteur écrit avoir passé sa vie à se préparer pour un futur qui n’existe pas, sans donner plus de détails. Il exprime sa volonté « d’agir » ainsi que de mourir après son attaque, par peur de finir en prison, condamné à la peine capitale tout en sachant que sa famille le détesterait. Il conclut en affirmant que son idéologie suprémaciste blanche a mûri bien avant l’arrivée de Donald Trump au pouvoir, et que son attaque n’a donc aucun lien avec le président.
Depuis la découverte du manifeste, la police enquête sur un possible motif « haineux » à ce crime. Aux Etats-Unis, cette désignation est utilisée pour les attaques que l’on estime motivées par l’origine, la religion ou encore l’orientation sexuelle des victimes. Une enquête pour « terrorisme intérieur » a été ouverte par le procureur fédéral John Bash. » Jaime Esparza, procureur d’El Paso, a déclaré, au cours d’une conférence de presse :
« « Le chef d’accusation de l’Etat est la peine capitale et donc il encourt la peine de mort, nous allons requérir la peine de mort. » »
Le choix d’El Paso ne semble en effet pas anodin. Située à plus de 1 000 kilomètres de la ville d’origine du suspect, elle compte une population à 83 % hispanique, selon les statistiques de 2018.

Un rapide coup d’oeil à la situation démographique du Texas suffit à démontrer qu’en effet la théorie du Grand Remplacement n’est qu’une théorie conspirationniste sans aucune espèce de réalité.

1565034974357.gif

Tout cela n’a rien d’un secret contrairement à ce que ces branleurs de commentateurs gauchistes ne cessent d’affirmer avec leur ton de profs prétentieux à la con.

Aux USA, tout est recensé, à commencer par les statistiques raciales.

Il suffit de consulter la littérature officielle de l’état du Texas au sujet de la démographie de ce territoire pour accéder aux chiffres et aux projections.

En seulement 16 ans, la population blanche est passée de 53% à 43% et les hispaniques de 32% à 39%.

Les projections à 30 ans donnent la mesure du Grand Remplacement.

De 65% en 1980, les Blancs passeront à 25% de la population totale en 2050. C’est-à-dire en 70 ans, l’équivalent de 2 ou 3 générations.

Quand des journalistes de merde ou des « experts » payés par les juifs où les pétromonarchies viennent répandre leurs insanités sur Twitter, cherchez les chiffres quand ils existent. Notamment aux USA et dans les pays anglo-saxons.

Faites des captures d’écran et collez-les sur leur TL pour affranchir les gens lambdas et faire dérailler leur narration.

La seule théorie conspirationniste qui existe actuellement est celle selon laquelle il n’y a pas de Grand Remplacement.

Ce que nous apprend l’incident d’El Paso

Ce qui est vraiment intéressant à observer, c’est le torrent de haine antiblanche qui se déverse à chaque fois qu’un incident isolé à lieu comme à El Paso.

C’est de plus en plus clair.

Et les pires, dans tout ça, ne sont pas tellement les métèques. Ce sont les bourgeois de gauche qui se font du fric en travaillant pour l’envahisseur.

Le programme est sans ambiguïté : les Blancs doivent se laisser submerger en remerciant les hordes de sauvages qui viennent détruire leurs vies avec l’aide des élites globalistes.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !