Le Premier ministre hongrois Orbán inspire la renaissance européenne

0
79

Paru dans The Ethnic European

La plupart des personnes ayant une cellule cérébrale sont familières avec la « migration de remplacement », un programme mondialiste visant à inverser le déclin et le vieillissement de la population européenne grâce à l’immigration massive. En un mot, la Grande-Bretagne ne peut être sauvée en remplaçant les Britanniques. Si vous remplacez les Britanniques, la Grande-Bretagne n’est plus britannique. C’est juste un morceau de terre habité par d’autres. Nombreux sont les dirigeants européens à l’avoir accepté sans sourciller, mais pas tous.

Le Premier ministre hongrois, Viktor Orbán, ne l’a pas fait. M. Orbán s’est efforcé d’augmenter le taux de fécondité de la population hongroise. Comme Orbán veut garder la Hongrie hongroise, il veut encourager la croissance de la population par le biais des familles, plutôt que par l’immigration.

La Hongrie doit augmenter son taux de fécondité d’environ 1,5 à 2,1. C’est un objectif qu’Orbán s’est fixé pour 2030. Soulignant que les préoccupations financières sont la principale raison pour laquelle de nombreux couples ont du mal à avoir des enfants, M. Orbán a proposé les mesures suivantes en 2017 :
◾Toute femme qui a une dette d’études verra son solde impayé réduit de 50% si elle a deux enfants. Si elle a trois enfants ou plus, sa dette sera complètement effacée.
◾Les parents qui donnent naissance à trois enfants verront leur solde hypothécaire réduit d’un peu plus de 2.500 €.
◾Les parents avec au moins deux enfants bénéficieront de nouveaux avantages fiscaux.
◾Le gouvernement hongrois construira et financera de nouvelles crèches et garderies.
◾Le gouvernement hongrois créera un institut de recherche qui étudiera la démographie et étudiera les moyens d’accroître organiquement la population du pays.

M. Orbán, qui a lui-même cinq enfants, a ajouté : « Le gouvernement hongrois offre aux couples mariés un prêt de 30 590 euros, qu’ils n’ont pas à rembourser s’ils ont trois enfants. »

Ce prêt s’inscrit dans le cadre du Plan d’action pour la protection de la famille d’Orbán, une politique en sept points annoncée lors du discours, qui consacre 4,8% du PIB à des programmes de soutien aux familles et d’encouragement à l’accouchement.

Parmi les autres points du plan figurent un programme de prêts pour soutenir l’achat d’une maison, des subventions sur les voitures pour les familles nombreuses et une exonération à vie de l’impôt sur le revenu des personnes physiques pour les femmes qui ont élevé au moins quatre enfants. Les couples doivent répondre à des critères précis pour obtenir le remboursement du prêt en premier lieu :
◾Ils doivent être mariés
◾L’un des deux conjoints ne doit avoir été marié qu’une fois.
◾L’épouse doit être âgée de 18 à 40 ans
◾L’un des deux conjoints doit avoir payé des cotisations sociales au cours des 3 dernières années et au moins 180 jours en Hongrie

Pour les couples qui ont un enfant dans un délai de cinq ans, l’intérêt sur leur prêt est suspendu pour toujours et les remboursements mensuels sont interrompus pendant trois ans. L’adoption compte aussi. La naissance d’un deuxième enfant leur permet de bénéficier d’un délai de remboursement supplémentaire de trois ans, les sommes qu’ils ont versées leur étant restituées et le prêt étant radié lors de la naissance d’un troisième enfant. Si le couple ne parvient pas à produire un enfant en cinq ans ou divorce, il doit rembourser tout ce qu’il a emprunté plus les intérêts en quatre mois (120 jours). Elles sont exemptées si elles peuvent fournir un certificat médical expliquant pourquoi elles n’ont pas eu d’enfant.

Entre son lancement le 1er juillet et le 15 juillet, 2 400 familles ont demandé le prêt, selon le Trésor public hongrois, tandis que 14 000 familles ont demandé au moins un élément du plan à ce jour.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !