L’extrême-droite anglaise se radicalise grâce à de jeunes Nationaux-Socialistes

0
127

Paru dans Blanche Europe

Depuis que le gouvernement Anglais a déclaré que la National Action était un groupe terroriste – un prétexte totalement bidon pour empêcher de jeunes pro-Blancs de combattre pour le maintien de la race Blanche en Grande-Bretagne – il ne se passe plus grand chose d’intéressant.

Les seules nouvelles qui nous parviennent concernent Tommy Robinson, mais il n’a pas la force de propagande et les slogans destructeurs de la National Action.

Mais interdire le mouvement de la NA, n’a pas fait disparaître les membres – tous jeunes et très radicaux – qui se sont donc incorporés dans d’autres mouvements ou bien qui se sont fait discrets un certain temps.

Certains se refont remarquer pour leur radicalisme et selon les médias Anglais ils participeraient à la radicalisation de l’extrême-droite outre-Manche !

Daily Record :

Selon un rapport, le Royaume-Uni fait face à une violente résurgence de l’extrême-droite qui est alimentée par de jeunes néo-nazis.

Des jeunes qui maîtrisent les codes de propagande, des réseaux sociaux et qui savent très bien comment diffuser rapidement les idées.

Avoir dans son mouvement des personnes avec de l’expérience est une très bonne chose, il faut aussi avoir des membres plus jeunes et de milieux différents pour dominer. Tout le monde apporte son expérience et les jeunes, en plus d’apporter de l’énergie, se servent des nouvelles technologies pour recruter et promouvoir nos idées.

Le groupe anti-extrémisme Hope Not Hate a découvert que des adolescents d’à peine 13 ans étaient regroupés sur Internet par des groupes de droite dure.

13 ans n’est pas une norme, ce sont des exceptions. Il n’est pas rare, en effet, de trouver beaucoup d’adolescents car c’est un âge où l’on commence à se poser des questions et que l’on constate certains problèmes.

Durant l’adolescence il y a une remise en question d’énormément de choses, on commence à vouloir regarder le monde d’une autre manière. On apprend de nouvelles choses et on se rend, parfois, compte des nombreux mensonges qui nous ont été racontés durant notre scolarité.

Et quand on commence à mettre le doigt dans l’engrenage, ce qui nous entoure devient plus clair. A treize ans, on ne peut pas parler d’un recrutement mais plutôt du début d’un enseignement. Il faut plusieurs années pour avoir une véritable réflexion, construite et déterminante pour la suite de sa propre existence.

Avant de devenir adulte, on fait des choix : être un pion de cette société pour vivre égoïstement ou alors commencer à œuvrer pour changer les choses.

Ne pas vouloir de cette société anti-Blanche.
Dans son rapport annuel sur l’état de la haine il déclare que « La tendance du néo-nazisme plus jeune et plus violent est une préoccupation réelle est doit être surveillée de près ».

Les néo-nazis qui se réveillent sur Internet sont plus importants que les bougnoules assassins de Daech ou que des Pakistanais violeurs de jeunes Blanches. C’est vrai que ces derniers ne le font que parce qu’ils sont exclus de la société Britannique.

Un sondage Hope Not Hate a révélé que quatre personnes sur dix interrogées avaient déjà visionné ou entendu une vidéo du voyou Tommy Robinson sur les réseaux sociaux, ce qui prouve qu’Internet est un outil dangereusement efficace pour les mouvements néo-nazis.

Tommy Robinson n’est aucunement un Néo-Nazi. C’est un patriote Anglais, à la limite du nationalisme mais il n’est pas issu d’un mouvement néo-nazi.

On retrouve, dans les journaux Anglais comme Français, de vilains amalgames. C’est un peu comme chez nous quand on peut lire que Marine Le Pen est une personne dangereuse qui soutient les néo-nazis. Bon, j’exagère, les gens ne diraient pas de choses aussi stup… ah si !

Le rapport a également identifié une menace croissante de terroristes – des loups solitaires – y compris des suprémacistes Blancs qui se radicalisent sur Internet.

En même temps, Internet reste un des seuls lieux où l’on peut encore discuter – sous pseudo et avec de nombreuses précautions – sans se prendre la justice en pleine face. Le réveil se fait donc, souvent, en ligne car on arrive plus facilement à diffuser notre idéologie sur internet que dans la rue.

Et il n’est pas difficile de le comprendre.

[…] Les réseaux sociaux sont de plus en plus utilisées pour cibler les jeunes et un chercheur décrit le fascisme comme étant un « culte » qui attire les jeunes mécontents.

Donc plutôt que de se demander pourquoi les jeunes sont mécontents et se radicalisent, il faut pleurer et se plaindre que l’extrême-droite prend de l’ampleur !

Duncan Cahill a ajouté : « Ils veulent être remarqués, redoutés et respectés. Beaucoup d’entre eux en sortiront, mais pas tous ».

Oh non, c’est nous avoir mal compris. Nous cherchons simplement le retour du beau et du sain.

Nous ne nous attendons pas à être glorifié ou déifié, notre but est de détruire le Système anti-Blanc qui provoquer lentement notre génocide et nous désirons un juste retour à l’ordre.

Ceux qui sortent du combat sont ceux qui, trop faibles, préfèrent vivre dans le déni et avoir une vie paisible plutôt que de lutter pour préserver leur race. Les couards n’ont pas leur place dans notre mouvement et qu’ils partent n’est pas une mauvaise chose pour nous. Les faibles doivent être écartés de nos rangs.

Le groupe néo-nazi National Action, fondé par deux étudiants en 2013, est devenu notoire pour avoir ciblé les universités avec de la propagande raciste. Il a depuis été interdit.

La culture de l’identité Européenne, s’opposant à l’Islam, à l’immigration et au multiculturalisme gagne en popularité avec des adhésions d’adolescents et de vingtenaires.
[…] Duncan ajoute que : « Pour la nouvelle génération de Nazis, Hitler n’est pas suffisant. L’idéologie est maintenant plus dure, plus sombre et plus engagée que jamais, car ils ne voient pas un autre moyen que la guerre raciale.
Mais le rapport a également révélé que les jeunes attirés par le fascisme constituaient encore une infime minorité, 76 % des 18-24 ans estiment que la diversité fait partie intégrante de la culture Britannique.

24% de jeunes n’est pas une « infime minorité ». Et on ne compte pas les jeunes NS qui n’ont pas répondu honnêtement au sondage. Avoir peur de se retrouver fiché après avoir répondu à un tel sondage peut donc modifier votre réponse.

Le reste de l’article rappelle que l’islamophobie est en hausse et que les fans de football devenaient très radicaux et proches de l’extrême-droite. L’article se conclu sur :

La nature de l’extrême-droite est en train de changer et nous devons comprendre cela.

Évolution. Voilà ce qu’il se passe. Révolution. Voilà ce qui va arriver.

Nous avons de longs jours devant nous et plus les choses s’enveniment, plus nous aurons de membres et de soutiens. La guerre raciale approche à grands pas, la seule question qui se pose est : serez-vous prêts ?

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !