La Russie présente son premier drone lourd : 20 tonnes, 2,000 kilos d’explosifs embarqués

0
177

Paru dans Démocratie Participative

Les Russes viennent de sortir leur nouveau drone lourd.

The Aviationist :

Selon les agences de presse russes, le nouveau drone russe Sukhoi S-70 Okhotnik ou « Hunter-B » a effectué son premier vol le samedi 3 août 2019. L’article a été officiellement publié à la suite du vol d’essai réussi par le ministère russe de la Défense via l’agence de presse gouvernementale TASS. Aucune vidéo du vol d’essai réussi n’a été diffusée avant ce matin. Le projet d’avion a également été appelé « Udarno-Razvedyvatelnyi Bespilotnyi Bespilotnyi Kompleks » ou « Strike-Reconnaissance Unmanned Complex » selon certains rapports tels que celui du 25 janvier 2019 de Kyle Mizokami, analyste Défense pour Popular Mechanics.
Le premier vol montré dans la vidéo était une sortie de jour par temps couvert. La vidéo montre l’avion en course au décollage, en rotation pour le décollage suivi d’une montée, puis d’une vidéo air-air du drone Su-70 Hunter-B effectuant quelques virages de base jusqu’à son atterrissage. Il s’agit d’un profil assez standard pour le premier vol d’un avion.
Le premier vol du nouveau Sukhoi S-70 « Hunter-B »est important, car il s’agit du premier drone lourd, à réaction, armé et à longue portée de la Russie. L’avion téléguidé, ou « RPA », est basé sur un prototype de conception RPA 2005 de Mikoyan-Gurevich (MiG) appelé « Skat », qui a été présenté pour la première fois comme une maquette au salon aéronautique MAKS 2007 d’Aviasalon en dehors de Moscou.
Le nouveau Su-70 Hunter-B aurait des capacités d’observation à très basse altitude, ce qui lui permet de pénétrer dans des espaces aériens fortement défendus sans être détecté pour effectuer des frappes de précision secrètes. L’avion téléguidé peut également être chargé de travailler comme pénétrateur de « pointe avancée de combat « , effectuant les premières frappes telles que la suppression de la défense aérienne ennemie pendant la phase initiale d’une guerre aérienne majeure.
Le Su-70 Hunter-B est un gros RPA pesant près de « 20 tonnes » selon les rapports, soit presque le double du poids d’un F-16 Fighting Falcon construit aux États-Unis. Une caractéristique remarquable du nouveau Su-70 est son système d’échappement rond de configuration conventionnelle. Les modèles UCAV/RPA américains, comme le Northop Grumman X-47B, sont dotés d’une configuration d’échappement à lamelles plates pour réduire la section transversale radar (RCS) afin d’améliorer la faible observabilité et de modérer la signature thermique infrarouge (IR) de l’avion. Cet échappement rond semble en contradiction avec les indices de conception de l’admission avant du Su-70, une entrée d’air trapézoïdale qui semble être configurée pour cacher les pales du ventilateur du moteur de la réflexion radar provenant du bas/de l’avant de l’avion afin d’améliorer la furtivité. Plusieurs sources suggèrent également que l’avion est fait principalement de matériaux composites, ce qui est probablement une autre caractéristique d’observation à basse altitude.

Le Su-70 évolue donc dans la même catégorie que le X-47C américain. Du moins, en termes d’emport.

Il existe deux autres programmes : le programme nEUROn de Dassault et Taranis de BAE.

Ces deux systèmes vont servir de base au futur système de combat aérien robotisé européen. Du moins, s’il voit jamais le jour.

Le X47 est la version robotisée du bombardier B2 américain également développé par Northrop.

Et dire que l’Europe dirigée par le Troisième Reich avançait déjà sur l’aile volante en 1944.

Avant que les juifs et leurs golems ne fassent tomber l’Europe dans l’insignifiance.

Le Horten Ho 229 devait pouvoir embarquer 1,000 kilos de bombes, voler à une altitude de 16,000 mètres pour une vitesse de  1,000 kilomètres par heure sur un rayon d’action de près de 2,000 kilomètres.

Le moteur unique du Su-30 Hunter-B serait le Saturn AL-31 Turbofan développé à l’origine par la société russe Lyulka, fabricant et concepteur. Ce moteur à réaction a fait ses preuves sur la famille d’avions Su-27 et sur le dérivé chinois Chengdu J-10 du Su-27. Selon la version, le Saturn AL-31 délivre une poussée d’environ 30 000 lb, ce qui pourrait fournir au Su-70 Hunter-B un rapport poussée/poids d’environ 1:1.
Il est intéressant de noter que l’an dernier, un exemple du nouveau Sukhoi Su-57 russe a été vu avec la forme de plan grossière d’un drone Hunter-B poché sur ses surfaces supérieures et des graphiques sur la queue qui montraient la vue en plan d’un Hunter-B avec un Su-57 en plan relié par un éclair stylisé. L’insigne du Su-57 suggère un lien opérationnel entre le Su-57 et le Hunter-B, que ce soit dans les essais ou dans l’utilisation opérationnelle proposée. Le nouveau Hunter-B pourrait éventuellement fournir des capacités améliorées de détection à longue portée pour la surveillance et le ciblage par le Su-57 via une liaison de données similaire à celle du F-35 Joint Strike Fighter des États-Unis.

Le concept de cette arme est d’associer une nuée de drones lourdement armés pouvant accompagner un chasseur et l’aider à remplir des missions de plusieurs niveaux en parallèle.

Dans le futur, les flottes des grandes puissances seront totalement robotisées et voleront indéfiniment. De véritables essaims de drones équipés d’armes nucléaires tactiques et de missiles intelligents pourront fondre sur un état et le réduire en poussière en quelques jours.

Ces flottes évolueront très probablement dans l’espace.

Encore quelques années et mon VF Macross sera disponible.

Les juifs ne vont pas pouvoir éternellement m’en priver.

Le grand projet du futur sera le porte-avions nucléaire aéroporté.

Quand j’aurais ma flotte de VF robotisés, j’entreprendrais la grande tâche de ma vie : la destruction des nègres et des arabes dans leurs cités pourries à coup de bombes à haute pression qui font éclater les poumons dans des quartiers entiers.

Ça approche.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !