Hervé Ryssen – La liste des bobards conspirationnistes

0
317

Par Hervé Ryssen dans son blog

A l’heure d’internet, où tout le monde peut écrire tout et n’importe quoi, il est nécessaire de contrecarrer certaines analyses qui ne tendent qu’à brouiller les pistes et embrumer le cerveau des dissidents. Ainsi, peut-on apprendre ici et là, Hitler aurait été financé par de puissants industriels américains, voire par des financiers internationaux, et même des financiers juifs, peut-on lire sur certains sites “dissidents”.

À l’appui de cette thèse, on trouve en premier lieu le livre d’Antony Sutton, “Wall Street and the Rise of Hitler” (Wall Street et l’ascension de Hitler). Antony Sutton montre que des relations d’affaires ont existé entre des compagnies américaines et allemandes après l’accession de Hitler au pouvoir en 1933. La belle affaire ! Ce n’est ni une révélation majeure ni un fait extraordinaire.

Certains gros industriels américains qui travaillaient avec l’Allemagne depuis des décennies ont continué un temps à commercer avec l’Allemagne. Cela ne faisaient pas d’eux des sympathisants du régime nazi. Il y a certes le constructeur automobile Henry Ford, qui avait de la sympathie pour le régime hitlérien, mais cela ne signifie pas que “l’oligarchie” a financé les nazis.

Surtout, Antony Sutton se base sur un livre intitulé “Hitler’s Secret Backers”, d’un banquier juif nommé Sydney Warburg. Or, ce “Sydney Warburg n’a vraisemblablement jamais existé, selon Michael Collins Piper, un auteur américain, journaliste, conférencier et animateur d’émission de radio (American Free Press, 28 janvier 2013).

D’autres citent ce livre comme preuve que la famille Bush, de concert avec les intérêts bancaires Harriman, aurait financé Hitler. En fait, Sutton dit seulement que les Harriman — comme de nombreux groupes financiers américains — avaient des liens avec les intérêts des entreprises en Allemagne. Et il conclut que cela « ne suggère pas que les Harriman aient directement financé Hitler ». À aucun moment il ne fait mention des Bush. (voir l’excellent article du blog pascascher.blogspot.com en date du 19 septembre 2011).

L’idée qu’Hitler aurait été poussé par la finance internationale a été réfutée par James Pool dans “Who Financed Hitler ?”, qui démontre que la majeure partie des fonds du parti nazi provenait de petites  et moyennes contributions. Aucun Rothschild n’a jamais soutenu Hitler. C’est un mythe.

De l’argent d’une banque juive a bien été versé à des nazis, c’est vrai, mais il s’agissait des frères Strasser, les principaux opposants à Hitler au sein du parti national-socialiste. Georg Strasser avait été financé par un certain financier juif du nom de Paul Silverberg, et ce afin d’empêcher Hitler d’arriver au pouvoir.

Ce qui est un peu plus logique, il nous semble.

sutton

 

Il faut encore démonter cette histoire débile d’un Hitler juif et sioniste.

Des hurluberlus prétendent en effet qu’Hitler était juif, enfant adultérin d’un Rothschild, chez qui sa mère faisait des ménages. Certains auteurs prétendent aussi qu’il n’avait qu’un seul testicule. Ces ragots viennent toujours d’écrivains juifs souffreteux. Dans les notes de travail du psychanalyste juif new-yorkais O. Spielvoger, on lit qu’un de ses patients, juif orthodoxe, « très intelligent, bavard compulsif, extrêmement narcissique  et exhibitionniste… incapable de mettre fin à sa diarrhée verbale… attribue son malheur à deux sortes de traumatisme : physique (un testicule non descendu) et psychique (une mère qui menaçait de l’abandonner et qui lui faisait peur en le menaçant d’un couteau pour le faire manger). » (in Bruno Bettelheim, Survivre, 1952, Robert Laffont Poche, 1979, pp. 474, 476).

Ceux qui avancent l’idée d’un Hitler pro-sioniste se basent sur le fait que, pendant une brève période, le régime a effectivement encouragé certains sionistes dans leurs efforts visant à promouvoir l’immigration des juifs d’Allemagne vers la Palestine, tel que décrit dans le livre de Edwin Black The Transfer Agreement. Toutefois, au même moment, d’autres forces sionistes en appelaient dès 1933 à la guerre contre Hitler. La légendaire “collaboration nazi-sioniste” ne fut qu’une brève parenthèse sans conséquence géopolitique réelle. Hitler avait depuis interdit aux juifs d’Allemagne d’aller en Palestine « à cause du noble et vaillant peuple arabe qui a déjà suffisamment souffert ».

Voici ce qu’il écrit dans Mein Kampf, en 1924 : « Ils ( les sionistes ) n’ont pas du tout l’intention d’édifier en Palestine un État juif pour aller s’y fixer ; ils ont simplement en vue d’y établir l’organisation centrale de leur entreprise charlatanesque d’internationalisme universel ; elle serait ainsi douée de droits de souveraineté et soustraite à l’intervention des autres États ; elle serait un lieu d’asile pour tous les gredins démasqués et une école supérieure pour les futurs bateleurs. »

L’administrateur du blog “pascasher.blogspot.com” a réalisé un gros travail de recensement de tous ces mythes qui polluent l’esprit de la dissidence européenne. Son article du 19 septembre 2011 mérite d’être lu intégralement et archivé. Nous en reproduisons ci-dessous la majeure partie, sans y inclure les nombreux liens vers des vidéos, souvent censurées par Youtube. Hervé Ryssen.

Mythe: « Le nouvel ordre mondial, un 4e Reich nazi, fasciste ; les nazis et les fascistes n’ont pas vraiment perdu la guerre, ils tirent les ficelles du nouvel ordre mondial »:

-Jim Marrs (son livre « The Rise of the Fourth Reich », publié par les éditions HarperCollins de Rupert Murdoch, a fait la liste promotionnelle du New York Times!)

-Max Keiser

-David Icke

-Alex Jones

-Jim Fetzer

-Webster Tarpley

-Gordon Duff

-Fritz Springmeier

-Henry Makow

-Jordan Maxwell

-John Coleman (ancien agent du renseignement britannique)

-Pierre Hillard

-Alain Soral

-Serge Monast

-Nicole Guihaumé (blog de Nicole)

-LLP

-Thierry Meyssan (Réseau Voltaire)

-Pierre Jovanovic

Réalité:

Aucune documentation sérieuse montre que des nazis sont aux commandes des USA ou du nouvel ordre mondial. Les dirigeants du nouvel ordre mondial et des USA sont plutôt férocement anti-nazis et pro-judaïques (et les non-juifs peuvent prouver qu’ils sont pas antisémites en devenant sionistes!). Dans un contexte où critiquer les juifs et le sionisme est une chose risquée, un nazi serait mis au rancart assez rapidement.

Mythe: « L’OSS, qui est à l’origine de la CIA, regroupa d’anciens SS et le gouvernement américain a fait venir des scientifiques nazis (ex: Paperclip project) »

-Pierre Hillard

-Max Keiser

-Larouche / EIR

-David Icke

-Jim Marrs

-Alex Jones

-Jim Fetzer

-Webster Tarpley

-Gordon Duff

-Fritz Springmeier

-Henry Makow

-Jordan Maxwell

-John Coleman (ancien agent du renseignement britannique)

-Alain Soral

-Serge Monast

-Nicole Guihaumé (blog de Nicole)

-LLP

-Thierry Meyssan (Réseau Voltaire)

-Pierre Jovanovic

Réalité:

L’OSS était plutôt sous le contrôle des juifs et travaillait en collaboration avec des chasseurs de nazis. D’anciens SS sont effectivement entrés dans l’OSS… mais c’était après avoir infiltré les nazis pour le compte des juifs! Ce fut le cas de Reinhard Gehlen, un agent d’Israël qui était infiltré chez les nazis avant de se retrouver à l’OSS. De par sa position au sein de l’OSS, il a contribué à établir de nombreux ponts avec Israël. Son rôle alla plutôt dans le même sens que la traque des nazis réfugiés un peu partout dans le monde. Pour ce qui est de Paperclip, les scientifiques allemands n’étaient pas forcément nazis, mais il est vrai que des chercheurs nazis et leurs inventions (ainsi que leurs brevets) ont été récupérés (pillés!) par les « bienveillants Alliés », en particulier les États-Unis.

Mythe: « Les nazis sont une création des Illuminati »

-William Guy Carr (ancien agent du renseignement canadien)

-Anthony Sutton

-David Icke

-Michael A Hoffman II

-Jim Marrs

-Alex Jones

-Jim Fetzer

-Fritz Springmeier

-Henry Makow

-Jordan Maxwell

-John Coleman (ancien agent du renseignement britannique)

-Alain Soral

-Serge Monast

-Père Régimbald

-Nicole Guihaumé (blog de Nicole)

-LLP

Réalité:

Rien de solide à part une prétendue lettre du grand maître FM Albert Pike à Mazzini remplie d’anachronismes évidents, censée prouver que les Illuminati ont monté de toute pièce l’opposition « nazis-fascistes » et le monde libre démocratique capitaliste occidental allié aux Soviets. (Pour plus de détails sur les quelques vérités parasitées par ce canular, voir tout au bas de cette page, la section sur l’ancien agent du renseignement canadien William Guy Carr.

Mythe: « Hitler et les nazis ont laissé filer les riches et puissants juifs sionistes, pour s’acharner sur de pauvres juifs innocents « 

-Jim Condit Jr

-Michael A Hoffman II

-David Icke

-Jim Marrs

-Alex Jones

-Jim Fetzer

-Webster Tarpley

-Gordon Duff

-Fritz Springmeier

-Henry Makow

-Jordan Maxwell

-John Coleman (ancien agent du renseignement britannique)

-Pierre Hillard

-Alain Soral

-Serge Monast

-Michael A Hoffman II

-Nicole Guihaumé (blog de Nicole)

-LLP

-Thierry Meyssan (Réseau Voltaire)

-Pierre Jovanovic

Réalité:

Hitler et les nazis ont confisqué les propriétés et les avoirs des Rothschild (juifs sionistes) et d’autres riches familles juives (juives sionistes aussi), comme l’indiquait le biographe officiel des Rothschild lui-même, Niall Ferguson.

Mythe: « Hitler et les nazis ont été financés par l’élite financière internationale, Hitler était leur agent, sinon leur idiot utile »

-William Guy Carr (ancien agent du renseignement canadien)

-Webster Tarpley

-Max Keiser

-Larouche / EIR

-Michael A Hoffman II

-Antony Sutton

-David Icke

-Jim Marrs

-Alex Jones

-Jim Fetzer

-Webster Tarpley

-Gordon Duff

-Fritz Springmeier

-Henry Makow

-Jordan Maxwell

-John Coleman (ancien agent du renseignement britannique)

-Pierre Hillard

-Alain Soral

-Serge Monast

-Nicole Guihaumé (blog de Nicole)

-LLP

-Thierry Meyssan (Réseau Voltaire)

-Pierre Jovanovic

Réalité:

Concernant Hitler, James Pool a révélé, dans son livre Who Financed Hitler, que son rival Georg Strasser avait été financé par un certain financier juif du nom de Paul Silverberg, et ce afin d’empêcher Hitler d’arriver au pouvoir. Antony Sutton (Wall Street and the Rise of Hitler), de son côté, se base sur un faux intitulé « Hitler’s Secret Backers » (d’un certain « Sydney Warburg » qui n’a vraisemblablement jamais existé). Des relations d’affaires ont existé entre des compagnies américaines et allemandes. Ce n’est rien d’exceptionnel. Certains industriels américains importants aimaient l’Allemagne sans forcément être pro-nazis. Certains d’entre eux étaient favorables aux nazis (ex: Henry Ford) mais cela ne veut pas dire que « l’oligarchie » a financé les nazis (Ford étant un opposant reconnu à l’oligarchie et à la juiverie). Concernant le rôle de Schacht dans le « miracle » économique nazi, lire « La révolution européenne » de Francis Delaisi. Certains ont accusé les nazis d’avoir engagé Schacht, mais Hitler a confié à Otto Wagener avoir utilisé les « talents » de Schacht pour enrichir l’Allemagne, avant de se débarrasser de lui dès qu’il eut semblé probable qu’il allait tenter de nuire au pays. Hitler opéra alors un grand virage à 180 degrés et préconisa l’autarcie, à l’inverse de Schacht qui voulait plutôt ramener l’Allemagne dans le giron du Capital-Or. Schacht a été éjecté en 1937 et mis sous surveillance de la gestapo.

Mythe: « À l’origine du sionisme se trouve en fait le sionisme teutonique, ou le sionisme britannique, qui se sert du judaïsme comme d’un masque afin justement de faire porter le blâme sur le dos des pauvres juifs normaux, boucs émissaires innocents qui ne portent aucune responsabilité dans toute cette histoire »

-David Icke

-Jim Marrs

-Alex Jones

-Jim Fetzer

-Webster Tarpley

-Fritz Springmeier

-Henry Makow

-John Coleman (« Rothschild et son conseil de 13 druides »)

-Jordan Maxwell

Réalité:

Le sionisme est une extension politique du judaïsme, qui est née à un moment où les juifs contrôlaient déjà une bonne part de l’économie, des médias et de la politique. Le sionisme de Herzl n’est pas le sionisme de l’État d’Israël, qui se fonde plutôt sur le nationaliste raciste Jabotinsky et sur Menachem Begin le terrorisme de l’Irgoun. Le sionisme le plus intégriste est ultra-religieux (ex: Meir Kahane, JDL, le mouvement des colons, etc.). Le sionisme existe de manière latente depuis la destruction du Temple et se perpétue dans le mythe de la reconstruction du 3e Temple. Au départ, les Rothschild, internationalistes, ne voulaient pas du sionisme, mais ils ont finit quand même par devenir son plus grand parrain. Aujourd’hui, les Bronfmans (les dits « Rothschild du Nouveau Monde ») occupent cette fonction déléguée de parrain d’Isräël (nombreuses fondations, organisations et lobbys), en plus de gérer une fortune colossale, digne d’un empire (« The Billionnaire gang of Four » sont tous juifs: autrefois Rothschld, Bronfman, Oppenheimer, Hammer, aujourd’hui Rothschild, Bronfman, Murdoch, Oppenheimer. Murdoch est en partie juif mais reste très puissant. Sheldon Adelson, juif des casinos, se proclame « le juif le plus riche de la planète ».)

Mythe: « Hitler était sioniste pro-Israël et les sionistes ont provoqué l’Holocauste pour créer l’État d’Israël »

-Jim Condit Jr

-Michael A Hoffman II

-David Icke

-Jim Marrs

-Alex Jones

-Jordan Maxwell

-Jim Fetzer

-Gordon Duff

-Henry Makow

-Alain Soral

-Nicole Guihaumé (blog de Nicole)

-LLP

Réalité:

Cette thèse des plus loufoque a été popularisée par cette fumisterie intitulée « Hitler Founder of Israel », un ouvrage qui n’a aucune crédibilité et ne se base sur rien de solide. Lenni Brenner a documenté les relations très brèves entre les organisations sionistes et les nazis dans son livre « 51 documents: Zionist collaboration with the Nazis ». Dès 1936, l’accord de transfert était relégué aux oubliettes et il n’y avait plus aucune collaboration entre les deux camps, notamment parce que les nazis préféraient conserver leurs liens avec le monde arabe et musulman, qu’ils se seraient aliénés s’ils avaient persisté à collaborer avec les sionistes. Sur l’accord de transfert: The Transfer Agreement and the Boycott Fever of  1933, par Udo Walendy, p.20-23, 27-32. Voir aussi Jewish Emigration From the Third Reich, par Ingrid Weckert.

« Une partie de sa race se reconnaît ouvertement pour un peuple étranger, non sans d’ailleurs commettre un nouveau mensonge. (…) Ils ( les sionistes ) n’ont pas du tout l’intention d’édifier en Palestine un État juif pour aller s’y fixer ; ils ont simplement en vue d’y établir l’organisation centrale de leur entreprise charlatanesque d’internationalisme universel ; elle serait ainsi douée de droits de souveraineté et soustraite à l’intervention des autres États ; elle serait un lieu d’asile pour tous les gredins démasqués et une école supérieure pour les futurs bateleurs. » (Adolf Hitler, Mein Kampf).

Mythe: « L’élite franc-maçonnique a apporté son appui aux nazis et aux fascistes et en retour les nazis et les fascistes ont laissé les francs-maçons dormir tranquille »

-William Guy Carr (ancien agent du renseignement canadien)

-Michael A Hoffman II

-Jim Condit Jr

-David Icke

-Jim Marrs

-Alex Jones

-Jim Fetzer

-Gordon Duff

-Fritz Springmeier

-Henry Makow

-Jordan Maxwell

-John Coleman (ancien agent du renseignement britannique)

-Serge Monast

-Père Régimbald

-Nicole Guihaumé (blog de Nicole)

-LLP

Réalité:

Le grand leader juif Samuel Untermeyer a lancé un ultimatum à l’Allemagne nazie pour qu’elle rouvre les loges maçonniques qu’elle avait fermées, en menaçant de leur déclarer la guerre. Lors d’une réunion rapportée dans le « The Jewish Chronicle » du 14 décembre 1934, Samuel Untermeyer fit approuver la résolution suivante: « Le boycott de l’Allemagne par les Juifs devra continuer jusqu’à ce que le gouvernement allemand ait rendu aux Loges leur statut et leurs propriétés dont elles ont été dépouillées ». L’Italie fasciste de Mussolini s’est attiré les foudres de la franc-maçonnerie pour avoir persécuté les communistes (qui cherchaient à imposer leur régime communiste à l’Italie)… Au début, Mussolini a été intronisé comme franc-maçon à titre honorifique, mais rapidement, il s’est distancié d’eux en signalant qu’un Franc-Maçon anglais ou américain sert les intérêts de son pays, mais que jamais un FM Italien ou européen ne peut servir son pays en même temps, il ne peut que servir les intérêts étrangers, internationaux, des pays anglo-saxons. De plus, rappelons que les franc-maçons italiens se plaignaient d’être persécutés par les fascistes, ce qui est évident quand on y pense, sachant que les fascistes combattaient les communistes et que de nombreux francs-maçons italiens étaient sympathisants communistes.

Mythe: « Hitler était juif et peut-être même un descendant des Rothschild »

-Jim Condit Jr

-David Icke

-Jim Marrs

-Jim Fetzer

-Gordon Duff

-Fritz Springmeier

-Henry Makow

-Jordan Maxwell

-Nicole Guihaumé (blog de Nicole)

-LLP

– Ajoutons Plonplon le dingo (ndlr).

Réalité:

Aucune documentation ne vient étayer la thèse de l’origine juive d’Hitler, mis à part des documents frauduleux et des théories fumeuses (ex: « Hitler avait une grand-père juif Frankenberger », ou « sa mère était nourrice pour la maison Rothschild et Adolf est une de leur progéniture illégitime », etc.).

Mythe: « Les Rothschild sont en fait de bas niveau, ils font le sale boulot de la véritable Élite »

-William Guy Carr (ancien agent du renseignement canadien)

-Larouche / EIR

-Max Keiser

-Jim Marrs

-Alex Jones (2e heure, 19:20)

-Jim Fetzer

-Webster Tarpley

-Fritz Springmeier

-Henry Makow

-John Coleman (ancien agent du renseignement britannique)

-Jordan Maxwell

-Thierry Meyssan (Réseau Voltaire)

-Pierre Jovanovic

Réalité:

Les Rothschild sont la plus riche et la plus puissante famille à la tête de l’élite financière internationale. Ils contrôlent la City de Londres, les banques juives de New York et le système monétaire international. Ils possèdent la plus importante richesse sur terre à l’heure actuelle et ce depuis plus d’un siècle.

Mythe: « Les Rothschild ne sont pas juifs, ce sont de faux juifs » (Khazars ou pas)

-Jim Condit Jr

-David Icke

-Jim Marrs

-Alex Jones

-Jim Fetzer

-Webster Tarpley

-Gordon Duff

-Fritz Springmeier

-Henry Makow

-Jordan Maxwell

-John Coleman (« Rothschilds lucifériens et leur conseil de 13 druides »)

-Pierre Hillard

-Serge Monast

-Père Régimbald

-Christopher Bollyn

-Nicole Guihaumé (blog de Nicole)

-LLP

Réalité:

D’après le biographe des Rothschild S. J. Cohen: (The Exemplary Life of the Immortal Banker Mr Meyer Amschel Rothschild) « Meyer Rothschild était un croyant zélé du livre du Talmud et l’a choisi comme unique principe de vie dans toutes ses actions. »

“More on the Khazar Theory”: Koestler Admitted He Wrote His Book to Further Jewish Interests Koestler admet avoir pondu son livre sur les Khazars pour servir les intérêts juifs, en mettant en échec une fois pour toute les théories antisémites. Blâmer des Khazars non-juifs convertis au Moyen-âge fut un excellent moyen de distraction. De plus, en « démontrant » que les Khazars n’ont pas le droit de retourner en Israël parce qu’ils viennent en fait du Caucase et n’ont aucun lien avec la population indigène palestinienne et juive (sémite), il soutient indirectement le « droit » des juifs sémites de retourner en Israël! MDR! Quelle arnaque! Ça prenait un juif sioniste pour inventer ça. Vous ignorez pas que Koestler était non seulement juif mais aussi sioniste convaincu?

Rethinking the Khazar Theory by Dr. David Duke

Mythe: « Israel n’a pas pu faire le 11 septembre, aucune preuve qu’Israel est impliqué »

-Thierry Meyssan (Réseau Voltaire)

-Alex Jones (blâme LBJ et pas Israël pour l’attaque du USS Liberty. Blâme aussi LBJ pour l’assassinat de J.F.Kennedy)

-Webster Tarpley

Réalité:

Les indications pointant dans la direction d’Israël ne manquent pas, les connexions entre le 911 et Israël sont nombreuses et évidentes quand on y pense le moindrement. Il n’y a pas plus de preuve fumante que c’était les USA qui ont fait le coup. On n’a aucune preuve fumante de toute manière, et pas besoin d’en avoir pour être certains de l’identité responsables. Les USA n’avaient aucun intérêt à déclencher cette guerre contre le terrorisme en tuant plus de 3000 de leurs citoyens. C’est Israël qui avait tout intérêt à lancer le monde occidental chrétien contre les musulmans et les arabes. Les USA ont plein d’ennemis maintenant au Moyen-Orient et dans le monde, avant le 11 septembre ils en avaient presque pas, et ça ne sert pas leurs intérêts de se faire autant d’ennemis (de son côté, Israël ne cesse de consolider son réseau d’ « amitiés » – de gré ou de force – à travers le monde). Et de tout ça les USA ne récoltent que la déchéance de la crise économique. Les USA ne profitent pas de la guerre au terrorisme, ce sont les élites financières et les groupes organisés du sionisme et tout le reste, qui en profitent. Les USA se sont fait sucer le sang à un rythme encore plus grand. Ils ont perdu des milliers de soldats en Irak et en Afghanistan, et là tout leur fric est envoyé en armement pour Israël. Désolé, les USA n’ont pas profité du 11 septembre et de la guerre au terrorisme. Le gouvernement américain est sioniste, c’est pas Israël qui a un gouvernement « américain ». L’Irak et le Moyen-Orient n’étaient pas une menace pour les USA ils étaient une menace pour Israël (de leur point de vue)! Quand Wesley Clark disait que le plan de guerres en série au Moyen-Orient (Libye, Syrie, Irak, Iran etc.) est un plan américain et pétrolier, il camouflait la réalité que c’était les juifs sionistes néocons qui sont derrière ça (il a à peine mentionné Paul Wolfowitz). Il faut lire A New Strategy for Israel in the Nineteen Eighties, Clean Break: A New Strategy for Securing the Realm, Project for the New American Century, pour voir le plan israélien derrière tout ça. Et ce plan parlait d’utiliser les USA comme machine de guerre. Les USA ont été utilisé pour commettre des atrocités et aujourd’hui ils continuent d’être utilisés ainsi et d’en payer le prix, car le but des sionistes est de pousser cette nation autrefois chrétienne à sa destruction, un peu comme la destruction de l’empire de Rome-Esau dans la tradition juive (Esau et Amalek ne représentent pas seulement les Perses du récit du Livre d’Esther lié à la fête de Pourim, mais aussi Rome et la chrétienté).

Mythe: « JFK s’en est pris au monopole de la Réserve fédérale américaine et c’est une des raison, sinon la raison principale de son assassinat »

-Pierre Hillard

-Alain Soral

-Hervé Ryssen (en note de bas de page).

-David Icke

-Jim Marrs

-Alex Jones

-Max Keiser

-Jim Fetzer

-Webster Tarpley

-Gordon Duff

-Fritz Springmeier

-Henry Makow

-Jordan Maxwell

-John Coleman (ancien agent du renseignement britannique)

-Serge Monast

-Nicole Guihaumé (blog de Nicole)

-LLP

-Thierry Meyssan (Réseau Voltaire)

-Pierre Jovanovic-et pratiquement tous la communauté « conspirationniste » (sauf Michael Collins Piper)!

Réalité:

JFK ne s’en est jamais pris à la Réserve fédérale, du moins pas durant les années de son mandat. (Ce qui n’exclut pas l’existence d’un plan d’action à long terme, graduel et patient…) La prétendue preuve des « Greenbacks » de JFK n’en est pas une, d’autant plus qu’on a la preuve que de tels billets ont été émis plusieurs années après la mort de JFK. Le journal The Spotlight est la source fournie par les propagateurs de cette théorie, or The Spotlight a publié dans un numéro suivant un Erratum destiné à corriger cette malheureuse erreur. The Spotlight rectifie les faits: « En réalité, l’EO 11110 concernait l’octroi au secrétaire du Trésor du pouvoir d’édicter des règles et règlements relativement à la compétence du secrétaire d’agir sans l’approbation du président sur les ventes de lingots d’argent. En tant que président, JFK a révoqué ces deux éléments avec l’EO 11110. Qui plus est, ce fut l’administration Reagan — et non pas LBJ — qui a finalement abrogé l’EO 11110. Et cet EO concernait des certificats d’argent — non pas des billets verts — quand Reagan a signé l’EO 12608, qui a révoqué plusieurs décrets dépassés, y compris celui dont il est ici question. Je répète: l’émission de ‘US Notes’ n’était pas l’objet de l’EO 11110 de JFK. En outre — et cela est très important — les prétendus « billets verts de JFK » ont été émis conformément à la très ancienne législation fédérale exigeant qu’un certain nombre de billets US soient constamment mis en circulation par le Trésor. Cela n’avait rien à voir avec un quelconque décret (ordre exécutif) ou une quelconque mesure secrète particulière de la part de JFK. En d’autres termes, les « Greenbacks de JFK » émis en 1963 seraient entrés en circulation de toute manière, peu importe quel président occupe la Maison Blanche à ce moment-là. »

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !