Un entrepreneur classe proche du Parti nationaliste attaqué sur ses vêtements

0
327
Peter Patrik Roth. Image DR.

Par Necker

La presse juive, la droite juive et les rouges ont déclenché une campagne de haine visant à criminaliser les militants nationalistes suisses.

But de la manœuvre à la veille des élections fédérales du 20 octobre : détourner l’attention du public qui verrait bien la vague nationaliste venant de déferler en Allemagne à l’occasion de scrutins dans deux régions majeures se poursuivre en Suisse.

La cible toute trouvée : un entrepreneur à succès, proche du Parti nationaliste suisse-alémanique (PNOS), auquel il est reproché d’avoir posé en tenue de sport arborant la roue solaire, une variante de l’ancien symbole occidental universellement vénéré.

20min.ch

Peter Patrik Roth (48 ans) est gérant et propriétaire de l’usine bernoise de matelas Roviva Roth & Cie. Il fait aussi régulièrement des apparitions dans les médias. Professionnellement, il pose souvent à des photos publicitaires. Mais en privé, il aime se montrer au gymnase.
Une photo pourrait maintenant lui causer des ennuis, comme le révèle une recherche conjointe du « Tages-Anzeiger »et de la « SRF Rundschau »: Elle montre Roth en tenue de sport avec des croix gammées et des soleils noirs. Ces derniers sont, selon la protection constitutionnelle allemande, un symbole populaire dans la scène d’extrême droite. C’est une roue solaire à douze rayons – ou seulement trois croix gammées les unes sur les autres.
Proximité des membres de Pnos
Roth porte également des chemises avec le logo de l’étiquette White Rex au bureau, avec deux croix gammées l’une sur l’autre. Le symbole est populaire parmi les néo-nazis russes, comme l’écrit le Tages-Anzeiger. La marque s’adresse aux artistes martiaux qui croient en la supériorité de la race blanche. Dans le canton de Berne, Roth a fondé une SA avec un partenaire qui vend les produits du label. En tant que directeur général de l’entreprise, le vice-président du parti d’extrême droite National Orientierte Schweizer (Pnos), Florian Gerber, est inscrit au registre du commerce.
Selon l’avocat de Roth, l’apport dans l’entreprise est un investissement. Mais le jeune homme de 48 ans est également proche d’autres membres du Pnos. De plus, il connaît personnellement le fondateur de White Rex, comme l’écrit le journal. Il s’agit du Russe Denis Nikitin, qui s’est récemment vu imposer une interdiction d’entrée en Rhénanie du Nord-Westphalie. Cela s’applique à l’ensemble de l’espace Schengen.
« La joie des personnages »
Quiconque affiche des croix gammées et des soleils noirs dans les médias sociaux s’expose à des poursuites judiciaires. Si une idéologie raciste fait l’objet d’une telle publicité, l’Office fédéral de la justice en informe le journal sur demande. Si c’est le cas en l’espèce, devrait décider d’un tribunal.
Face à ces allégations, Roth ne veut pas commenter les deux médias. Son avocat Valentin Landmann a dit au « Rundschau » : « Mon client aime les signes, la langue des signes. » Ce n’était pas une déclaration politique. Mercredi soir, Landmann veut prendre une position détaillée dans le programme « Rundschau ».
L’entreprise ne veut pas commenter le style vestimentaire du patron
Pour l’expert de l’extrême droite Hans Stutz Landmann, les déclarations de ce dernier ne sont pas crédibles : « Si vous voyez qui porte ces T-shirts de droite et dans quelles marches ils sont montrés, vous le savez immédiatement », a-t-il dit à la « Rundschau ».
Pour Roviva, « commenter le style de l’entraînement physique de notre CEO est loin d’être le nôtre ». « Les vêtements que M. Roth porte pendant son temps libre sont son affaire privée. Cela n’a rien à voir avec son rôle dans Roviva. »

Exactement ! Notre style vestimentaire c’est pas votre affaire.

Au fait, plein d’images de roues solaires (soleil noir, vril, etc) ici : Vril / Soleil Noir (Black Sun) – 508 photos / mèmes

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !

Aux fédérales, les nationalistes se présentent dans les trois cantons de Vaud, Berne et Bâle-Ville