Un « diplomate » arrêté pour avoir co-organisé un « groupe terroriste d’ultra-droite » avec Guy Sibra, ex-flic juif membre de la franc-maçonnerie

0
260
« Christian, Charles Martel aurait soutenu Israël »

Paru dans Démocratie Participative

Les gens sont vraiment stupides.

Le Parisien :

Au terminal 3 de l’aéroport de Roissy, trois hommes scrutent l’arrivée du vol Iberia 3740 en provenance de Madrid. Il est 20h12, ce dimanche 2 juin 2019, lorsque ces policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), munis d’une photographie de leur cible, repèrent Marc-Antoine G. dans le flot des passagers au poste de contrôle. Le suspect de 51 ans est aussitôt interpellé puis placé en garde à vue à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). Soupçonné d’être membre de l’AFO, cette cellule d’ultra-droite qui voulait lutter contre un prétendu « péril islamique », il présente un profil pour le moins inattendu…
Voilà plusieurs mois que les enquêteurs attendaient le retour de ce haut fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères : ancien consul adjoint au Gabon, Marc-Antoine G. occupe les fonctions d’adjoint à l’ambassadeur de France au Salvador. Mis en examen le 6 juin pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle », le diplomate a été placé sous contrôle judiciaire avec l’interdiction de quitter la France. Il a par ailleurs été suspendu de ses fonctions par le Quai d’Orsay, qui n’a pas souhaité « commenter une procédure judiciaire en cours ».
Il s’agit là du 14e suspect mis en examen dans ce dossier nébuleux. Depuis la première vague d’interpellations en juin 2018, les policiers tentent de faire la lumière sur le réseau « Action des forces opérationnelles », composé d’hommes et de femmes âgés de 33 à 70 ans. Un groupuscule islamophobe implanté sur l’ensemble de la France dans lequel on trouve des retraités adeptes du survivalisme, convaincus que l’État est incapable de les protéger, et des radicalisés prêts à commettre des attentats contre la communauté musulmane.
Si plus aucun suspect n’est en détention provisoire, les policiers ont découvert l’existence de projets qui ont clairement dépassé le stade du fantasme : empoisonnement de nourriture halal en supermarchés, meurtre d’imams, attaques de mosquées, lancer d’explosifs dans des voitures conduites par « des Nord-Africains »…
« Le projet initial de l’AFO consistait, lors d’une attaque terroriste de type 13 Novembre, à être en mesure dans les heures qui suivaient de frapper à travers toute la France des cibles reconnues comme étant radicales », a avoué Marc-Antoine G. en garde à vue, citant « l’exemple de l’imam de Brest ». Selon l’ex-numéro 2, il s’agissait avant tout de « mesures de représailles » mais certains membres considéraient que « l’attaque était aussi une option ». Aucune date précise de passage à l’acte n’avait toutefois été fixée.
Les enquêteurs sont remontés jusqu’à Marc-Antoine G. après avoir exploité les nombreux échanges entre les 13 autres suspects. Dans un document saisi en perquisition, il est ainsi mentionné qu’un certain « Cortes » – le pseudonyme du diplomate – a été nommé chef de la région Île-de-France de l’AFO à l’été 2017 par Guy Sibra, ancien policier et fondateur de l’organisation clandestine. Dans le même temps, Marc-Antoine G. a été muté à l’ambassade du Salvador. Mais les policiers ont découvert qu’il donnait des consignes à distance et se tenait au courant de l’avancée des projets violents de ses camarades, recevant des comptes rendus de réunions par mail. « Les entraînements militaires comportaient du tir, de la course, de la marche et de la fabrication d’explosif à faible teneur », a détaillé le diplomate devant les enquêteurs.
Marc-Antoine G. est par ailleurs soupçonné d’avoir recruté plusieurs membres AFO pour la cellule francilienne. Dont Daniel R., un ancien militaire des Yvelines qui confectionnait chez lui « des petits plats » : autrement dit du TATP… Des messages révèlent que le fonctionnaire a envisagé de ramener des armes du Salvador par « valise diplomatique ». Ce qui lui aurait permis d’échapper à tout contrôle. Une liste mentionnant des armes à feu (« Fusil, Uzis, Kalachnikovs… ») a été découverte dans un grenier à son domicile en région parisienne.
« Admirateur de de Gaulle », « patriote », Marc-Antoine G. a admis qu’il avait effectué un court séjour en mai 2018 en France pour assister à une réunion de l’AFO à Nogent-le-Rotrou (Eure-et-Loir). Réunion au cours de laquelle « l’opération halal » – consistant à injecter de la digitaline ou de la mort-aux-rats dans des produits destinés aux musulmans – a été validée par les instances d’AFO. « Cela m’a écœuré, ça ne correspondait pas à mes idées », s’est défendu le quinquagénaire. On ne peut pas faire plus lâche et traître que ce projet. »

Nous avons déjà parlé de ce fameux groupuscule dont Le Parisien – sur son édition papier seulement – avait longuement et complaisamment interrogé le fondateur, l’ancien flic juif Guy Sibra qui arbora pour l’occasion sa magnifique bague maçonnique accompagnée de son étoile de David.

Parce qu’en France, les groupes terroristes « d’ultra droite » sont dirigés par des flics circoncis dûment affiliés à une loge.

Je ne suis pas mécontent que cet hameçon grossier ait fonctionné : il a permis de nous débarrasser d’abrutis dont la culture politique se résume à liker des pages Facebook administrées par des Boomers à la con.

Ce sont les mêmes qui partagent des montages de Marine Le Pen déguisée en Jeanne d’Arc.

« Marine d’Arc », pardon.

Quant au terme « patriote », c’est généralement utilisé pour pouvoir faire passer des antillais et des juifs à la douane par la droite émasculée. Plus quelques bicots.

C’est si vrai que cette pédale de Philippot en a fait le nom de sa cabine téléphonique.

Si ces vieux machins pouvaient crever en silence et avec eux le 20ème siècle, ce serait bien pour tout le monde.

Cela nous éviterait aussi d’avoir autour de nous des juifs occupés à nous savonner la planche.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !