Deepfake de Trump qui annonce la guérison du Sida : un échec cuisant

0
136

Paru dans Blanche Europe

Nous avons le droit depuis quelques semaines à de multiples articles évoquant le danger des Deepfakes, qui permettront de propager de fausses informations avec des vidéos très réalistes.

Rapide résumé pour ceux qui n’en auraient pas eu vent, un deepfake est une vidéo – imaginons un discours d’un homme politique – qui va être mélangée avec une autre – imaginons un autre orateur qui lit un texte. Grâce à un logiciel de traitement d’image mélangeant Intelligence Artificielle et logiciel de retouche vidéo on arrive à superposer les deux vidéos et faire dire au politicien ce que l’orateur lit… avec la voix du politicien, ainsi que le mouvement de son visage. De même, on peut aussi tout simplement changer la tête du politicien et mettre un autre à sa place, par exemple Macron.

Si vous voulez voir une vidéo d’explication/démonstration de cette technologie, rendez vous ici.

Lorsque les logiciels permettant ces modifications vont se retrouver en libre accès, attendez vous à en voir de partout. Et c’est notamment ce qui dérange. Non pas que nos États trouvent la technologie dangereuse en elle même, c’est surtout l’accès public qui serait une catastrophe.

Car tout le monde pourrait donc inventer des scènes réalistes et faire dire n’importe quoi à n’importe qui, mais cela voudrait aussi dire que nos élites ne seraient plus les seuls à pouvoir manipuler, aussi efficacement, les informations.

Demain on pourrait voir une vidéo de Poutine qui déclare bombarder toute l’Europe : c’est un exemple loufoque mais possible.

Et c’est un exemple qui pourrait être créé aussi bien par un énergumène dans sa cave, que dans le bureau d’une agence gouvernementale.

L’association Solidarité Sida (ne pas confondre avec la SS) a donc joué cette carte pour promouvoir son association et sa lutte contre la maladie. Sauf que, leur FakeNews, a été prise au pied de la lettre par les internautes.

France Bleu :

L’enfer est parfois pavé de bonnes intentions. C’est ce que l’on se dit lors du visionnage de la nouvelle campagne de l’association Solidarité Sida : on y voit le président Donald Trump, derrière les drapeaux américains, annoncer qu’il a “éradiqué le Sida. Bien évidemment, cette vidéo est une fausse nouvelle, une fake news et même un deepfake : avec l’aide de l’intelligence artificielle, on peut faire dire n’importe quoi à n’importe qui, en simulant les mouvements du visage et la voix.

Le choix de Donald Trump n’est pas anodin, cela va permettre de faire tomber dans le panneau encore plus de personnes. Un président ne pourrait pas mentir de cette manière…

Après trente secondes de fausse allocution présidentielle, le président d’honneur de l’association, Antoine De Caunes, remet les pendules à l’heure : “C’est la première (fakenews) qui pourrait devenir vraie

Et c’est là la véritable erreur de Solidarité Sida, le temps ! 30 secondes, avant d’annoncer que c’est une fausse vidéo. Le temps de concentration des gens sur les réseaux sociaux étant d’à peu près 10 secondes, mettre une vidéo de 30 secondes nous conduit à une seule issue : la mauvaise compréhension du message.

Combien de débiles gens mentalement déficients sont donc allé raconter à qui veut bien l’entendre que Donald Trump avait affirmé dans une vidéo qu’il avait guéri le sida ?

Beaucoup, assurément.

Et quand tout ce beau monde comprendra que c’était faux, soit le sous-doué passera pour un être stupide – ce qu’il est – soit le président passera pour un être stupide – ce qu’il est aussi, mauvais exemple.

Nous sommes donc sur un problème de stupidité. Les gens qui réagissent avant la fin de la vidéo sont stupides et ceux qui ont pensé à faire ce spot publicitaire n’ont pas la lumière à tous les étages. Ils propagent eux mêmes la rumeur !

Antoine de Caunes qui appelle ensuite les internautes à partager la vidéo et à rejoindre la mobilisation sur les réseaux sociaux. Sauf que l’effet sur internet n’est pas celui escompté par l’association : de nombreux internautes ne vont pas au bout de la vidéo, certains se posent des questions sans continuer la lecture, et d’autres critiquent très ouvertement ce mode de communication du deepfake, très décrié.

Et regarder les réactions de ceux qui ont cru au Deepfake est… consternant. Petit florilège.

  •  Enfin je pourrais continuer de baiser sans capote et dormir en toute tranquillité
  •  C’est bon à savoir. Hâte à Fini le cancer!
  •  Il est vraiment à la masse [Trump, explicitement]
  •  Mongolien j’ai cru que c’était vrai
  • J’y ai vraiment cru
  • Des malades mentaux ces dirigeants.
  • Je met un billet de 10€ à celui qui auras la tête de trump
  • Neu Neu a encore dérapé !
  • C’est un fake ???
  • comment peut il dire une énormité pareille s’il était un bon président jamais il ne dirait cela….
  • ntr wsh j’y ai cru
  • Il “s’en est occupé personnellement”?!
  • Quel connard

Passons, sans parler de l’orthographe absente des commentaires – c’était sur Twitter, sans surprise – les cerveaux sont peu connectés. Il y a quand même un commentateur sur deux qui n’a pas compris que c’était du fake… et certains pensent que c’est une fausse information… qui viendrait de Trump lui-même : la crème de la crème !

Sous de nombreux commentaires, Solidarité Sida est obligé de préciser que : “Bonjour. C’est une deepfake mais pas n’importe laquelle : la première qui pourrait devenir vraie et contribuer à mettre ainsi fin au sida. L’idée étant de susciter l’intérêt avant de donner de l’information et sensibiliser aux enjeux bien réels de la lutte contre le sida.” ou bien “”Nous avons éradiqué le sida.”
Cette phrase, Donald Trump ne l’a jamais prononcée. Cette vidéo deep fake a été réalisée pour lancer l’alerte : l’avenir du sida se joue aujourd’hui à Lyon et les gouvernements doivent prendre leurs responsabilités.”

Leur campagne se retourne contre eux, les gens sont ignorants et ne comprennent pas la réalité de la chose – alors que la vidéo est de piètre qualité, le son pas coordonné avec l’image et Trump n’a pas le bon ton de voix.

Cette histoire est révélatrice sur plusieurs points.

Les membres de Solidarité Sida ont une dent contre Trump, en l’utilisant comme marionnette pour leur campagne. Pas surprenant, Antoine De Caunes est derrière, aux manettes.

La masse est stupide et n’a ni le sens critique, ni la patience pour déceler si une information est réelle ou non.

Les deepfakes vont, s’ils ne sont pas régulé ou détectables aisément avec une logiciel, devenir très importants et risquent de remettre en cause toutes les informations que l’on pourrait voir. Entendons, encore plus qu’à l’heure actuelle.

Voyez ? Encore un deepfake avec un blackface en somme ! Aucun nègre ne pourrait être aussi cruel… saloperies de fausses informations.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !