Élections fédérales 2019 : les nationalistes au plus bas, formation d’un nouveau mouvement

0
351

Les élections fédérales 2019 auront vu une forte poussée des partis écologistes – espérée par tous les médias officiels – et une érosion d’à peu près toutes les autres formations dont l’UDC qui reste le premier parti de Suisse.

Cependant, aucun bouleversement. Les élections fédérales dénotent comme à l’habitude d’une relative stabilité des forces politiques qui gouvernent le pays.

Les résultats de ce dimanche suggèrent malheureusement que les Suisses sont très en deça de prendre la mesure de la tournure infernale que prend sur nos sociétés occidentales l’invasion migratoire soutenue par l’idéologie multiculturaliste et la répression de l’identité blanche.

Nous aurions espéré un sursaut d’orgueil ethno-national qui aurait aussi marqué la Suisse, apportant à notre mouvement un soutien populaire qui lui faisait défaut jusqu’ici. Il n’en a rien été. Tant dans le canton de Vaud, où le PNS présentait des candidats, que dans les canton de Bâle-Ville et de Berne où son pendant alémanique le PNOS était en lice, les scores affichés sont quasi misérables. Ils sont même en recul par rapport à ceux de 2015.

Les raisons à cette déroute sont en partie externes: le mouvement nationaliste est criminalisé par l’Etat et les médias – et le sera toujours, jusqu’à la victoire ; en partie internes: cette incapacité à sortir des sentiers battus dans l’affirmation de nos convictions et ambitions.

Continuer la lutte politique dans une telle marginalité et sans ambition, mes amis, n’est tout simplement plus envisageable. Je vous annonce la création prochaine d’un nouveau mouvement politique décomplexé et vainqueur !

Vive la Suisse ! l’Europe ! la Nation !

Alexandre Bender

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !

Les infos en primeur avec la newsletter GrandFacho.com !