Un taux d’échec de 60 % « inexplicable » au test de conduite standard dans une ville riche en diversité, Bruxelles

0
262

Paru dans Christians for Truth

Bruxelles a la plus forte population d’immigrés non-blancs en Belgique, et c’est « par hasard » qu’elle a le taux d’échec le plus élevé à ses tests de compétence standard pour les conducteurs :


Dans la région bruxelloise, 60% des candidats ont échoué à leur examen de conduite et 63,3% des candidats ont échoué à leur examen théorique de conduite en 2018.
En 2017, ce chiffre était encore plus bas, avec seulement 35% de candidats bruxellois ayant réussi le test.
Ces statistiques suggèrent qu’il y a un problème avec le système d’examen du permis de conduire, a déclaré la ministre bruxelloise de la Mobilité, Elke Van den Brandt, en réponse à une question posée par Anne-Charlotte d’Ursel, membre du Parlement de la Région de Bruxelles-Capitale.
L’allongement de la durée de l’examen de 45 minutes à une heure, ce qui donnerait plus de temps à l’examinateur pour préparer le candidat à l’examen et à l’évaluation ultérieure, a été proposé comme une solution au problème.
Toutefois, cette mesure augmenterait le coût du test déjà coûteux, rapporte New Mobility.
« Pour les cours avec l’auto-école, il faut payer environ 1200 euros pour une vingtaine d’heures… en cas d’échecs répétés, le coût peut s’élever à plusieurs milliers d’euros », explique d’Ursel.
Depuis la réforme du permis de conduire qui a eu lieu en 2018 et qui a fait des tests une préoccupation régionale, la région bruxelloise a enregistré une hausse des taux d’échec, rapporte La Capitale.
Cependant, selon le cabinet de Van den Brandt, la majorité des réformes sont entrées en vigueur en novembre 2018, ce qui signifie que les taux d’échec élevés en 2018 ne peuvent s’expliquer uniquement par la réforme.

Et vous pouvez parier que les 40% qui réussissent le test sont en grande partie les quelques Blancs qui restent dans une Bruxelles « vivante » où la criminalité est omniprésente.

Il est comique de voir ces bureaucraties politiquement correctes s’attaquer à des problèmes clairement causés par des différences raciales qu’il leur est strictement interdit de reconnaître comme existantes.  Comme nous l’avons déjà signalé, les Pays-Bas voisins ont connu une augmentation de 200 % du nombre d’accidents de la circulation depuis que le pays a été inondé de migrants du tiers monde.

Tout d’abord, ils blâment le test, bien sûr, même si avant l’invasion des migrants, le test était parfaitement bien et la plupart des gens l’ont réussi.  Ensuite, donnez plus de temps aux candidats pour passer le test, ce qui est un aveu tacite que les migrants sont mentalement plus lents que les Blancs.  Lorsque cela ne fonctionne inévitablement pas, effectuez une nouvelle étude coûteuse du problème.

Donner des permis de conduire aux migrants équivaut à leur donner des armes chargées, et les victimes seront en grande partie des Belges de souche respectueux des lois qui mourront sur leurs propres autoroutes aux mains d’étrangers incompétents qui ne pourront jamais être élevés à leur niveau de civilisation.  Mais rassurez-vous, Belges, au moins vous mourez pour une bonne cause.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !

Les infos en primeur avec la newsletter GrandFacho.com !