Les forces armées belges ont reçu l’ordre de continuer à patrouiller les rues suite à l’invasion de migrants

0
93

Paru dans Christians for Truth

Le Conseil national de sécurité belge a rejeté une demande de l’armée visant à réduire le nombre maximum de militaires déployés dans les grandes villes belges dans le cadre de l’opération Vigilant Guardian (OVG) pour soutenir la police fédérale, a indiqué une source gouvernementale vendredi dernier :


La décision du Conseil, rendue jeudi, signifie que l’armée sera toujours appelée à déployer jusqu’à 550 personnes, la limite existante, bien que le nombre réel de bottes sur le terrain soit inférieur.
Le chef d’état-major de la Défense réclame depuis des mois une réduction des effectifs militaires déployés dans le cadre de l’opération de sécurité interne, commencée il y a près de cinq ans et prolongée sur une base mensuelle, afin que les unités puissent se concentrer davantage sur leurs tâches principales.
Les journaux’Het Belang van Limburg’,’Gazet van Antwerpen’ et’Het Nieuwsblad’ ont rapporté vendredi que le chef des opérations de l’armée, le général de division Johan Peeters, avait invoqué une pénurie de personnel pour justifier sa demande lors d’une visite jeudi aux troupes belges déployées en Lituanie. Selon les quotidiens, le major-général Peeters souhaite que la présence militaire dans les rues soit réduite de 450 à 220 personnes.
Toutefois, le Conseil national de sécurité, composé du Premier ministre, des vice-premiers ministres, des ministres concernés et des chefs de la police, des services de renseignement et de l’Organe de coordination de l’évaluation des menaces (OCAM), a rejeté cette demande lors de sa réunion de jeudi, selon deux sources citées par l’agence de presse Belga.
Vendredi, le Conseil des ministres a décidé de maintenir l’effectif militaire maximum de l’OVG à 550 hommes pour un mois supplémentaire.
L’opération Vigilant Guardian a débuté en janvier 2015, atteignant un maximum de 1.800 soldats après les attaques terroristes perpétrées le 22 mars 2016 à l’aéroport de Zaventem et la station de métro Maelbeek à Bruxelles. Les chiffres ont ensuite été revus à la baisse et l’effectif maximal est maintenant de 550, bien que le nombre réel, selon les chiffres du début octobre, soit maintenant d’environ 420.

Cette présence armée dans les rues est le résultat direct de la diversité imposée par le gouvernement.  Les différentes races ne « jouent pas naturellement bien » ensemble, et des « conflits » inévitables surgissent lorsque des formes de multiculturalisme sont imposées, mais pour qu’il fonctionne, il doit être renforcé par une présence militaire armée dans les rues.

Et parce que tant de migrants musulmans sont « antisémites », les Juifs de Belgique ont besoin d’une protection armée spéciale, ce qui peut expliquer pourquoi la demande de réduction des forces armées patrouillant dans les rues a été rejetée.

Bien sûr, les citoyens belges n’ont pas le droit d’être armés pour se protéger et protéger leur famille de la violence inévitable causée par la diversité, de sorte que les seules personnes encore armées en Belgique seront les criminels migrants et l’armée.  C’est l’idéal utopique qui sert de modèle à toutes les nations occidentales.

Quand la Belgique était blanche, elle était sûre, propre, prospère et apparemment ennuyeuse, c’est pourquoi il fallait la « renforcer » en y ajoutant un million d’Africains et de musulmans.  Au moins maintenant, avec tous les crimes, la saleté, le viol, le vol et le meurtre, ce n’est plus ennuyeux en Belgique.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !

Quelle est la véritable raison pour laquelle la Belgique a toujours une armée ?