Bayonne : un papy résistant échoue dans sa tentative de protection de la salubrité publique

0
158

Paru dans Blanche Europe

84 ans, et dans une volonté de nettoyage de l’espace public, il fut arrêté par les forces de l’ordre.

C’est ainsi que se termine la course de Claude Sinké, un retraité qui aura tenté – à la fin de sa vie – de faire quelque chose contre l’invasion des colons allogènes.

Un grand-père au visage sympathique, commun, qui aurait pu nous rappeler le nôtre, et qui n’a pas perdu, avec l’âge, son courage et une certaine lucidité quand aux événements qui touchent notre pays.

Le Monde :

Il était un peu plus de 15 heures, lundi 28 octobre, à Bayonne, lorsqu’un octogénaire, ex-candidat local du Front national, s’en est pris à la mosquée de la ville, muni d’un jerrican d’essence et d’une arme à feu. Geste fou d’un retraité déséquilibré ? Ou passage à l’acte à caractère terroriste d’un individu connu pour ses opinions xénophobes ? Alors que deux fidèles ont été blessés dans l’attaque, la justice privilégiait la première hypothèse, lundi soir. Le Parquet national antiterroriste ne s’était pas saisi de l’affaire. Mais la condamnation du monde politique n’en était pas moins unanime. « La République ne tolérera jamais la haine », a notamment déclaré le chef de l’Etat, Emmanuel Macron.

Seulement deux blessés, et pas d’incendie de la mosquée. Bon, il a quand même tiré sur deux envahisseurs, et a brûlé une de leur voiture : déjà pas mal, pour quelqu’un de 84 ans. Parce que nous attarder sur le cas du tireur de Halle, souligner ses graves fautes et remettre en question l’efficacité de son attaque : c’est normal, le type était jeune, avec toute sa tête, apte physiquement et avec une capacité d’action gigantesque. Il a échoué dans sa tâche, comme nous le relations.

Ici, on parle d’un nonagénaire, qui a tenté de nettoyer la ville de Bayonne ! C’est donc tout à son honneur, d’avoir essayé de rendre cette ville un peu plus belle en enlevant un bâtiment hideux, qui abrite quotidiennement des ennemis de notre race.

Selon les premiers éléments de l’enquête, l’auteur des faits, Claude Sinké, 84 ans, interpellé peu de temps après le drame et placé en garde à vue pour « tentative d’assassinat », est d’abord arrivé aux abords de la mosquée muni d’un bidon d’essence, avec l’intention d’y mettre le feu. C’est alors que deux fidèles âgés de 78 et 74 ans, très impliqués dans l’animation du lieu de culte, se seraient précipités à l’extérieur du bâtiment pour l’entraver. Claude Sinké les aurait pris pour cible avec son arme : visés par plusieurs coups de feu, ils ont été grièvement blessés et transportés d’urgence au centre hospitalier de la côte basque. Tous les deux étaient mardi matin dans un état stable à l’hôpital.

Pas si grièvement blessés que ça, s’ils sont tous les deux dans un état stable. Leurs blessures non mortelles sont la résultante d’une non-volonté de tuer de la part du retraité.

De son côté, Claude Sinké a pris la fuite après les tirs, tout en mettant le feu à une voiture. Mais des témoins ont relevé sa plaque d’immatriculation. Il a alors été rapidement interpellé par les policiers de la brigade anticriminalité sur la commune voisine de Saint-Martin-de-Seignanx (Landes), où il est domicilié. Une perquisition a été menée sur place et une arme de poing a notamment été retrouvée dans sa voiture. Le retraité, tireur sportif, était également détenteur de trois armes déclarées de catégorie B et de grenades d’exercice à plâtre. En garde à vue, il aurait reconnu être l’auteur des tirs, selon le parquet de Bayonne.

Dans sa fuite, il prend donc le temps de s’arrêter et incendie un véhicule – appartenant sans doute à un fidèle. Il aura vraiment tenté le tout pour le tout. Au moins, il n’a pas reculé devant l’action. C’est bien confirmé, si l’on prend en compte le fait qu’il était tireur sportif et qu’il possédait plusieurs armes – ce qui induit qu’il devait quand même toucher sa cible la plupart du temps – il n’avait donc pas la volonté de tuer les deux bicots rabats-joie.

Malgré ces premiers aveux, les motivations de Claude Sinké, pied-noir né à Meknès (Maroc) au début des années 1930, doivent encore être étayées. Inconnu des services de police et de renseignement, ce retraité a eu une carrière militaire avant de bifurquer vers l’éducation nationale.
Artiste sculpteur à ses heures, graphomane – auteur notamment d’un livre sur la misère humaine –, il s’est surtout fait un nom lors des élections départementales des 22 et 29 mars 2015, où il s’est présenté avec l’étiquette du Front national. Sur Facebook, où il était inscrit, Claude Sinké ne cachait pas non plus il y a quelques années son admiration pour le polémiste d’extrême droite Eric Zemmour et sa haine des musulmans.

Malgré sa relative naïveté vis-à-vis des réseaux sociaux, il n’avait pas l’air d’être un homme stupide, mais plutôt cultivé et intelligent, qui a le goût pour les arts et les sciences humaines. Le contraire de la vision du “raciste” que veulent nous offrir les médias : inculte, ignorant des autres cultures, sans études…

Selon le quotidien régional Sud-Ouest, Claude Sinké avait adressé le 25 octobre une lettre rageuse au bâtonnier de Bayonne et au procureur de Dax, avec copie à la rédaction du journal. Dans ce courrier, remplis de propos « discriminatoires et xénophobes », selon Sud-Ouest, il annonçait sa volonté de porter plainte contre Emmanuel Macron.

Une lettre qui serait si “violente” d’après les journaleux de Sud-Ouest, qu’ils ne souhaitent pas en publier la copie pour le moment ! On se doute bien qu‘il ne devait pas prendre des gants pour dénoncer les actes de Macron et de tout son gouvernement anti-Français.

Et les propos qu’il tenait l’avaient écarté du FN, on se demande bien pour quelle raison…

20 Minutes :

[…] Des propos qui auraient poussé le Front national à « écarter » son candidat à l’issue du scrutin. Le parti les a jugés « contraires à l’esprit et à sa ligne politique ». « Il n’a, depuis, plus participé à la moindre action du mouvement et n’est plus adhérent », précise la formation de Marine Le Pen, devenue depuis le Rassemblement national dans un communiqué.

Eh oui, maintenant que tout le monde sait qu’il était au FN, le RN crie au pas d’amalgames et se dédouane au plus vite de ce monsieur. Faudrait pas penser que le Rassemblement National compte un terroriste ultra-raciste-à-la-retraite dans ses rangs !

Et pas le temps de finir l’article, des informations de dernière minute viennent de tomber, avec l’appui des images de vidéo-surveillance !

Le Monde :

L’audition de Claude Sinké, 84 ans, « a permis de recevoir ses aveux quant à l’incendie de la porte d’entrée de la mosquée et également de l’incendie du véhicule entièrement détruit », a déclaré le procureur, qui a ajouté que « le gardé à vue conteste avoir eu la volonté de tuer quiconque », précisant qu’il avait pris soin de faire du repérage afin de mener son action à un moment où la mosquée serait vide.
Des aveux contredits en partie par la vidéosurveillance. D’après les images, Claude Sinké a tiré sur l’un des deux hommes blessés qui tentait de fuir à bord de sa voiture. Celle-ci a terminé sa course un peu plus loin. Le suspect aurait ensuite aspergé le véhicule d’essence, puis y aurait mis le feu, alors que la victime se trouvait toujours à l’intérieur.

Oh ! J’avoue que là, c’est un peu gros pour dire qu’il ne voulait pas tuer le mahométan… il n’avait pas à essayer de fuir, voilà tout.

Quant aux motifs de son attaque, le mis en cause « explique son geste par la volonté de venger la destruction de la cathédrale de Paris, affirmant que l’incendie de cet édifice a été provoqué par des membres de la communauté musulmane », précise M. Mariée.
L’audition du suspect « interroge sur son état de santé psychique », a dit le procureur. « Nous sommes en contact permanent avec le procureur national antiterroriste », afin de savoir si ce dernier doit se saisir, a-t-il conclu.

Étant donné que Mr Sinké semblait avoir une réputation de raciste, xénophobe et j’en passe, ce ne doit pas être la raison principale de son action.

Il semblerait plutôt qu’une certaine lucidité l’ai poussé à passer à l’action avant de rendre l’arme à gauche, à 84 ans il n’est pas dit que l’avenir soit très long – mais on a parfois de bonnes surprises ! Rendons tout de même hommage, malgré le faible score, à notre papy résistant, qui ne sera sans doute pas le dernier.

Pour conclure, finissons sur les douces paroles de Kader Bouazza dépêché en urgence par ce gros loukoum de Dalil Boubakeur :

« J’ai rencontré des gens qui ont peur alors qu’ils vivent dans un havre de paix. J’essaie de comprendre comment un homme a pu s’engager ainsi sur le chemin de la haine », explique-t-il, avant d’ajouter : « C’est peut-être le résultat du climat ambiant. Depuis des semaines et des semaines on stigmatise les musulmans avec n’importe quel prétexte. On ne doit pas s’étonner que ce discours trouve écho chez des extrémistes. Il faut que les médias arrêtent de tendre le micro à tous ceux qui crachent sur les musulmans et essaient de répandre leurs idées nauséabondes. Je suis vraiment inquiet pour le futur et j’espère que les deux blessés vont s’en sortir. »

Victimisation, typique. Pourvu que leurs fantasmes de musulmans opprimés deviennent un jour réalité, qu’ils regrettent un peu l’époque actuelle.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !