Ni l’Allemagne ni le Japon n’ont « presque construit » une bombe atomique

0
203

Par John Wear

Méthodes de fabrication d’une bombe atomique

Les matières fissiles nécessaires à la fabrication d’une bombe thermonucléaire ne peuvent provenir que de deux sources : le plutonium, ou l’U(uranium)-235. La production de plutonium en quantité suffisante pour construire une bombe atomique nécessite l’utilisation d’un réacteur nucléaire. Puisque tout le monde s’accorde à dire que l’Allemagne et le Japon n’avaient pas de réacteur nucléaire en état de marche pendant la Seconde Guerre mondiale, la seule façon possible pour l’Allemagne ou le Japon de produire une bombe atomique aurait été d’utiliser de l’U-235.

La séparation de l’U-235 de l’uranium (U-238) trouvé sous forme de minerai s’est avérée être un processus extrêmement complexe et coûteux en raison de la similitude de la densité de l’U-235 et de l’U-238 (une différence à peine supérieure à 1 %). Niels Bohr, le grand physicien danois, déclarait en 1939 qu’il faudrait transformer l’ensemble des États-Unis en usine pour produire l’U-235 enrichi en produits fissiles nécessaire à la fabrication d’une bombe[4] En effet, le programme américain de bombes atomiques, appelé Projet Manhattan, était un gigantesque chantier industriel et technique qui a nécessité des ressources énormes, comme celles dont l’Allemagne et le Japon ne disposaient ni pendant la Seconde Guerre mondiale, ni pendant la guerre mondiale[5]

Efforts américains de production d’U-235

Le général Leslie R. Groves, chef du projet Manhattan, acheta 59 000 acres de terres appalachiennes au Tennessee en septembre 1942 pour construire les usines qui produiront du U-235 fissile. Pour construire ces usines, l’armée américaine devait d’abord améliorer les communications et construire une ville. Les entrepreneurs ont coupé 55 milles de voie ferrée et 300 milles de routes et de rues pavées, tout en améliorant les routes importantes du comté pour en faire des autoroutes à quatre voies. La ville nouvellement construite d’Oak Ridge, initialement prévue pour 13 000 travailleurs, était clôturée avec des barbelés et contrôlée par sept portes gardées[6].

Lorsque le général Groves rencontra pour la première fois un groupe de scientifiques en octobre 1942, il leur dit que le projet de bombe atomique était de la plus haute importance pour le ministère de la Guerre. Groves a dit aux scientifiques que le temps était plus important que l’argent. S’il y avait le choix entre deux méthodes pour générer de l’U-235, alors utilisez les deux. Une mauvaise décision qui a donné des résultats valait beaucoup mieux que pas de décision du tout[7].

Le Projet Manhattan était en proie à des impondérables massifs. En octobre 1942, le général Groves demanda à un groupe de physiciens : En ce qui concerne la quantité de matières fissiles nécessaire pour chaque bombe, dans quelle mesure les scientifiques pensaient-ils que leur estimation était exacte ? Groves exigeait une réponse correcte dans un délai de 25 %, mais en obtint une que les physiciens admettaient avec constance qu’elle pouvait être 10 fois plus mauvaise. Il s’agit en fait d’une sous-estimation, les calculs concernant la masse critique ayant jusqu’à présent varié d’un facteur 100[8].

Le général Groves a écrit au sujet de cet écart dans l’estimation des matières fissiles nécessaires à la fabrication d’une bombe atomique :

Cela signifiait, par exemple, que s’ils estimaient que nous aurions besoin de 100 livres de plutonium pour une bombe, la quantité exacte pourrait se situer entre 10 et 1 000 livres. Plus important encore, elle a complètement détruit toute idée de planification raisonnable pour les usines de production de matières fissiles. Ma position pourrait être comparée à celle d’un traiteur à qui l’on dit qu’il doit être prêt à servir entre 10 et 1 000 convives. Mais après une longue discussion sur ce point, j’ai conclu qu’il n’était tout simplement pas possible d’arriver à une réponse plus précise[9].

Les usines conçues pour mettre au point l’U-235 fissile de l’U-238 ont été construites à Oak Ridge, au Tennessee. La construction d’usines utilisant le procédé électromagnétique et le procédé de diffusion gazeuse fut autorisée à la fin de 1942, et une usine de diffusion thermique fut également construite en 1944. Une discussion complète sur les usines d’Oak Ridge et sur la recherche et la théorie qui les sous-tendent dépasse le cadre du présent article. Qu’il suffise de dire que la construction de ces usines a été extrêmement difficile et coûteuse, sans garantie de succès pour aucun des procédés[10].

Le Projet Manhattan s’est avéré plus difficile et plus coûteux que prévu. On estime que les centrales d’Oak Ridge consommaient à elles seules environ un septième de l’électricité alors produite aux États-Unis[11] Le Projet Manhattan a dû faire face à d’importants défis pour se procurer de si grandes quantités d’électricité dans une économie de guerre qui commençait seulement à surmonter des pénuries chroniques[12].

Le Projet Manhattan était également unique en son genre par ses besoins en main-d’œuvre et ses problèmes. Le Projet Manhattan employait près de 129 000 personnes dans ses diverses opérations à son apogée en juin 1944. Ce chiffre comprend l’emploi de 84 500 travailleurs de la construction et de 40 500 employés d’exploitation par des entrepreneurs. De plus, il y avait un peu moins de 1 800 militaires affectés au projet et un nombre égal d’employés de la fonction publique[13] Le coût du Projet Manhattan a atteint la somme faramineuse de 2 milliards de dollars à la fin de la Deuxième Guerre mondiale[14].

Aussi massives soient-elles, les installations d’Oak Ridge et de Hanford, dans l’État de Washington, n’étaient qu’une partie de l’exploitation complète du projet Manhattan. En 1945, il y avait des usines, des laboratoires et des mines dans 39 États ainsi qu’au Canada et en Afrique qui appuyaient les opérations à Oak Ridge et à Hanford[15] Cette énorme opération permit aux États-Unis de construire avec succès deux bombes atomiques en juillet 1945. Si la construction de la bombe atomique aurait pu facilement prendre plus de temps, il est difficile d’imaginer comment cet exploit aurait pu être accompli plus rapidement[16].

Efforts allemands pour construire une bombe atomique

Des physiciens allemands ont étudié la faisabilité de la mise au point d’une bombe atomique. Ils sont allés assez loin pour comprendre que la séparation des isotopes de l’uranium exigerait un énorme effort industriel, et ils ont conclu qu’un tel effort industriel majeur n’était pas réalisable en temps de guerre en Allemagne[17].

Le 4 juin 1942, de hauts physiciens allemands rencontrèrent Albert Speer, le ministre de l’Approvisionnement, ainsi que d’autres responsables gouvernementaux et militaires. Werner Heisenberg a parlé ouvertement de la possibilité de construire une bombe atomique capable de détruire une ville entière. Albert Speer a été impressionné, mais incapable de donner suite au rapport Heisenberg. Adolf Hitler avait récemment proclamé une politique selon laquelle aucun nouveau projet d’armement ne pouvait être lancé si les résultats n’étaient pas garantis dans les six mois. Comme les scientifiques allemands avaient prédit qu’il faudrait plusieurs années avant qu’une bombe atomique puisse être construite, Speer a dû réduire le programme des bombes atomiques[18].

L’historien et économiste britannique Adam Tooze déclare au sujet du programme allemand de bombes atomiques :

Après des mois d’argumentation organisationnelle, à l’été 1942, les physiciens firent une importante présentation devant un auditoire comprenant Albert Speer. Toutes les personnes présentes ont été impressionnées par l’extraordinaire potentiel de ce projet, mais, lorsqu’ils ont été pressés, Werner Heisenberg et ses collègues ont confirmé le point de vue de M. Fromm selon lequel une bombe atomique était une proposition à long terme. Le projet se concrétiserait au plus tôt dans deux ou trois ans et nécessiterait un investissement énorme. Compte tenu de la situation de l’Allemagne en 1941, cela n’avait pas d’importance. Ce que la direction du Troisième Reich attendait, c’était un succès décisif sur le front de l’Est au cours de l’été prochain[19].

Après la guerre, dix scientifiques allemands ont été détenus en Angleterre pendant six mois dans une maison nommée Farm Hall. Leurs conversations étaient secrètement enregistrées par des microphones cachés. Kurt Diebner a expliqué pourquoi il était difficile d’obtenir l’approbation du programme des bombes atomiques : « Parce que le peuple officiel ne s’intéressait qu’aux résultats immédiats. Ils ne voulaient pas travailler sur une politique à long terme comme l’a fait l’Amérique »[20].

Max von Laue, un physicien lauréat du prix Nobel de physique interné à Farm Hall, a écrit une lettre à son fils le 7 août 1945 expliquant pourquoi l’Allemagne n’a jamais construit de bombe atomique :

La principale question qui se pose naturellement est pourquoi nous ne sommes pas arrivés à la bombe en Allemagne. Il y a ceci à dire : 1) les physiciens allemands n’auraient jamais reçu les moyens que l’Angleterre et l’Amérique ont mis à la disposition de leurs scientifiques à cette fin. Ni la main-d’œuvre ni l’argent n’auraient pu être obtenus en de telles quantités. Pour cette seule raison, aucun physicien n’a sérieusement envisagé de demander de tels moyens. L’affirmation de Churchill selon laquelle la production de la bombe atomique n’était pas située en Angleterre en raison du danger des raids aériens prouve que le bombardement continu et de plus en plus sévère de toutes les villes aurait été un obstacle supplémentaire. 2) Toute notre recherche sur l’uranium visait la création d’une machine à uranium comme source d’énergie… parce que personne ne croyait en la possibilité d’une bombe dans un avenir prévisible…[21].

Werner Heisenberg, le principal physicien théorique allemand, a également déclaré que la construction d’une bombe atomique était un problème industriel qui dépassait de loin les capacités de l’Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale[22] Aucun des autres scientifiques allemands internés à Farm Hall n’a jamais mentionné que l’Allemagne avait presque construit une bombe nucléaire pendant la guerre. Comme les scientifiques allemands de Farm Hall ne savaient pas que leurs conversations étaient enregistrées, il est inconcevable que de telles discussions n’auraient pas eu lieu si l’Allemagne était sur le point de construire une bombe atomique[23].

La mission Alsos était une équipe de militaires, de scientifiques et de personnel du renseignement des États-Unis organisée pour découvrir les progrès allemands dans la construction d’une bombe atomique. Samuel Goudsmit était le conseiller scientifique en chef de la mission Alsos. Goudsmit s’est vite rendu compte que le projet allemand de bombe atomique était un petit projet de recherche à temps partiel, mal financé, qui ne dépassait pas Square One[24] Goudsmit a commenté : « Nous nous demandions parfois si notre gouvernement n’avait pas dépensé plus d’argent pour notre mission de renseignement que les Allemands n’en avaient dépensé pour l’ensemble de leur projet »[25].

Matt Easley conclut : « Autrement dit, l’Allemagne a été incapable de mettre au point une bombe atomique pendant la Seconde Guerre mondiale. Ils n’avaient pas le peuple. Ils n’ont pas eu la coopération entre les gens qu’ils avaient. Ils n’avaient pas l’argent. Ils n’avaient pas de laboratoire ou d’usine. Enfin, à la fin de la guerre, ils n’avaient pas le pouvoir d’empêcher les Alliés de détruire ce qu’ils possédaient[…] Les capacités industrielles et scientifiques de l’Allemagne étaient insuffisantes pour la portée de ce projet »[26].

Efforts japonais pour construire une bombe atomique

Les services de renseignement américains ont toujours su que le Japon n’avait pas la capacité de fabriquer une bombe atomique pendant la guerre. Le général Leslie Groves a écrit au sujet du programme japonais de bombes atomiques :

Nous n’avons pas fait d’effort appréciable pendant la guerre pour obtenir des informations sur les développements atomiques au Japon. Premièrement, et c’est le plus important, il n’y avait même pas la moindre possibilité que le Japon ait suffisamment d’uranium ou de minerai d’uranium pour produire les matières nécessaires à la fabrication d’une arme nucléaire. De même, l’effort industriel qui serait nécessaire dépassait de loin ce dont le Japon était capable. Les discussions avec nos physiciens atomiques de Berkeley, qui connaissaient personnellement les principaux physiciens atomiques japonais, nous ont amenés à la conclusion que leur personnel qualifié était trop peu nombreux pour qu’ils puissent produire une arme efficace dans un avenir prévisible[27].

Conclusion

Les États-Unis ont été le seul pays au monde à disposer des ressources industrielles et techniques nécessaires à la fabrication d’une bombe atomique pendant la Seconde Guerre mondiale. Il n’existe aucune preuve crédible qu’un autre pays ait produit du plutonium ou de l’U-235 en quantité suffisante pendant la guerre pour fabriquer une bombe atomique. S’il est possible que d’autres pays aient construit un type de « bombe sale » radioactive, pour des raisons techniques, il n’aurait pas pu s’agir de réactions nucléaires de fission ou de fusion[28].

La journaliste Annie Jacobsen spécule que l’Allemagne n’a pas construit de bombe atomique parce qu’Adolf Hitler considérait la physique atomique comme une science juive[29], mais ce n’est pas la raison pour laquelle l’Allemagne n’a pas construit de bombe nucléaire. L’Allemagne n’avait ni le temps, ni le personnel, ni les ressources nécessaires pour mener à bien un projet aussi gigantesque, et elle n’aurait pas pu construire une bombe atomique, peu importe ce que Hitler pensait de la physique atomique.

Werner Heisenberg avait fait des estimations exagérées de la quantité d’U-235 nécessaire à la construction d’une bombe atomique lorsqu’il a appris pour la première fois à Farm Hall que les États-Unis avaient lâché une bombe atomique sur Hiroshima[30] Certains historiens affirment que c’est la raison pour laquelle l’Allemagne n’a pas construit une bombe atomique.Cependant, lors d’une conversation privée à Farm Hall avec le chimiste allemand Otto Hahn, Heisenberg a dit qu’il n’avait jamais fait le calcul, car l’Allemagne n’avait aucun moyen d’obtenir de l’U-235 pur[32] L’Allemagne ne pouvait, conclut-il, avoir construit une bombe atomique même si ses scientifiques avaient su exactement combien il lui fallait pour en construire une.

Enfin, Thomas Powers, dans son livre bien documenté Heisenberg’s War, laisse entendre que Werner Heisenberg a saboté intentionnellement le projet allemand de bombe atomique. Powers écrit :

Les transcriptions de Farm Hall montrent clairement que Heisenberg n’a jamais expliqué la fission rapide à Gerlach, qu’il a mis au point une méthode plausible d’estimation de la masse critique qui donne une réponse en tonnes, et qu’il savait bien comment fabriquer une bombe avec beaucoup moins, mais qu’il gardait le savoir pour lui. Il n’est pas étonnant qu’avec un tel conseiller, les autorités allemandes aient conclu qu’une bombe les dépassait[33].

S’il est vrai que Heisenberg n’a jamais voulu construire une bombe atomique, il n’est pas vrai qu’il a saboté intentionnellement le projet allemand de bombe atomique. Comme le montre cet article, l’Allemagne ne semble pas avoir eu suffisamment de ressources pendant la guerre pour mener à bien un projet aussi gigantesque.

Notes


[1] For example, see Farrell, Joseph P., Reich of the Black Sun: Nazi Secret Weapons and the Cold War Legend, Ill., Adventures Unlimited Press, 2004; Karlsch, Ranier, Hitler’s Bomb: The Secret History of German Nuclear Weapons Research, Munich, Germany: Deutsche Verlags-Anstalt, 2005.

[2] Hydrick, Carter, Critical Mass: How Nazi Germany Surrendered Enriched Uranium for the United States Bomb, 2nd edition, Whitehurst & Co., 2004.

[3] Wilcox, Robert J., Japan’s Secret War: Japan’s Race against Time to Build Its Own Atomic Bomb, New York: William Morrow and Company, Inc., 1985.

[4] Cornwell, John, Hitler’s Scientists: Science, War and the Devil’s Pact, New York: Penguin Books, 2003, p. 299.

[5] Norris, Robert S., Racing for the Bomb: General Leslie R. Groves, The Manhattan Project’s Indispensable Man, South Royalton, Vt.: Steerforth Press, 2002, p. 187.

[6] Rhodes, Richard, The Making of the Atomic Bomb, 25th Anniversary Edition, New York: Simon & Schuster, 2012, pp. 486-487.

[7] Norris, Robert S., Racing for the Bomb: General Leslie R. Groves, The Manhattan Project’s Indispensable Man, South Royalton, Vt.: Steerforth Press, 2002, pp. 231-232.

[8] DeGroot, Gerard J., The Bomb: A Life, Cambridge, Mass.: Harvard University Press, 2004, p. 35.

[9] Groves, Leslie R., Now It Can Be Told: The Story of the Manhattan Project, New York: Harper & Row, 1962, p. 40.

[10] Ibid., p. 94.

[11] Farmelo, Graham, Churchill’s Bomb: How the United States Overtook Britain in the First Nuclear Arms Race, New York: Basic Books, 2013, p. 255.

[12] Jones, Vincent C., Manhattan: The Army and the Atomic Bomb, Washington, D.C.: Center of Military History United States Army, 1985, p. 377.

[13] Ibid., p. 344.

[14] Jungk, Robert, Brighter Than a Thousand Suns, New York: Harcourt, Brace & World, Inc., 1958, p. 177.

[15] Norris, Robert S., Racing for the Bomb: General Leslie R. Groves, The Manhattan Project’s Indispensable Man, South Royalton, Vt.: Steerforth Press, 2002, pp. 226-227.

[16] Ibid., p. 376.

[17] Bernstein, Jeremy, Hitler’s Uranium Club: The Secret Recordings at Farm Hall, 2nd edition, New York: Copernicus Books, 2001, p. 334.

[18] DeGroot, Gerard J., The Bomb: A Life, Cambridge, Mass.: Harvard University Press, 2004, p. 31.

[19] Tooze, Adam, The Wages of Destruction: The Making and Breaking of the Nazi Economy, New York: Penguin Books, 2006, p. 510.

[20] Bernstein, Jeremy, Hitler’s Uranium Club: The Secret Recordings at Farm Hall, 2nd edition, New York: Copernicus Books, 2001, p. 123.

[21] Beyerchen, Alan D., Scientists under Hitler: Politics and the Physics Community in the Third Reich, New Haven, Conn.: Yale University Press, 1979, p. 197.

[22] Walker, Mark, Nazi Science: Myth, Truth, and the German Atomic Bomb, New York: Plenum Press, 1995, p. 225.

[23] Bernstein, Jeremy, Hitler’s Uranium Club: The Secret Recordings at Farm Hall, 2nd edition, New York: Copernicus Books, 2001, p. 78.

[24] Powers, Thomas, Heisenberg’s War: The Secret History of the German Bomb, New York: Alfred A. Knopf, 1993, p. 369.

[25] Bernstein, Jeremy, Hitler’s Uranium Club: The Secret Recordings at Farm Hall, 2nd edition, New York: Copernicus Books, 2001, p. 50.

[26] http://www.vanderbilt.edu/AnS/physics/brau/H182/Term%20papers%20’02/Matt%20E.htm.

[27] Groves, Leslie R., Now It Can Be Told: The Story of the Manhattan Project, New York: Harper & Row, 1962, p. 187.

[28] Cassidy, David C., Beyond Uncertainty: Heisenberg, Quantum Physics, and the Bomb, New York: Bellevue Literary Press, 2010, p. 303.

[30] Bernstein, Jeremy, Hitler’s Uranium Club: The Secret Recordings at Farm Hall, 2nd edition, New York: Copernicus Books, 2001, p. 117.

[31] For example, see Rose, Paul Lawrence, Heisenberg and the Nazi Atomic Bomb Project: A Study in German Culture, Berkeley, Cal.: University of California Press, 1998, p. 77.

[32] Bernstein, Jeremy, Hitler’s Uranium Club: The Secret Recordings at Farm Hall, 2nd edition, New York: Copernicus Books, 2001, p. 128.

[33] Powers, Thomas, Heisenberg’s War: The Secret History of the German Bomb, New York: Alfred A. Knopf, 1993, p. 452.

Source : Incovenient History

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Les infos en primeur avec la newsletter GrandFacho.com !