Le viol de la Roumanie par les vautours mondialistes

0
225

Paru dans The Ethnic European

58234_110563_31AY8e

La Russie est aujourd’hui libérée de la dette. La Russie a réduit son commerce en dollars, détient des stocks d’or records et est autosuffisante malgré les sanctions imposées par Washington et la deuxième République de Weimar.

La Fédération de Russie et d’autres nations prospères font de même que l’Allemagne d’Hitler de 1933. Nous ne pouvons qu’espérer que cette fois, la Russie, la Chine et l’Iran sont trop puissants pour être détruits par l’Axe du mal allié.

32859500316_fdbf501c28_z-530x354

La Roumanie, membre de l’Union européenne depuis 2007, est probablement la nation la plus pauvre de l’UE. Comment est-ce possible ? La Roumanie, comme l’Ukraine voisine, en ressources naturelles est potentiellement l’un des pays les plus chanceux du monde.

La Roumanie a été occupée par les grandes entreprises de l’Union européenne. Marine le Pen décrit ainsi la disparition du pays : « L’espace, une terre en friche, une salle de marché où il n’y a que des consommateurs et des producteurs. »

8099172_orig.jpg

La Roumanie est le plus grand producteur de maïs de l’Union européenne, mais les Roumains mangent du maïs importé parce que la Roumanie est privée d’usines de transformation. Les agriculteurs n’ont pas d’entrepôts où stocker leurs céréales. Ils exportent la quasi-totalité de leur production immédiatement après la récolte. Le maïs laisse à l’agriculteur roumain 65 kilogrammes d’argent et retourne au pays sous la forme de produits qu’il paie 10 fois plus cher.

L’agriculteur roumain Victor Burciu a cultivé 350 hectares de maïs cette année, soit deux tonnes de moins que l’année dernière. Mais, privé de crédit par les banques mondialistes, il n’a pas de dépôt.

A man rides a bicycle along an empty road in Aninoasa, west of Bucharest

Il devra donc vendre le maïs immédiatement après la récolte, alors que tout le monde offre le prix le plus bas. Déjà 70% de la production est contractée par des entreprises mondialistes opérant sur le marché des céréales.

Nicolae Sitirau est un producteur de maïs : « Nous, les agriculteurs, vendons en général aux grandes entreprises de vente au détail qui sont présentes dans le monde entier. Les agriculteurs européens ne savent pas dans quel pays leur maïs arrive. La plus grande partie du maïs que nous produisons est exportée parce que privés de fonds, nous ne sommes pas en mesure de le transformer en nourriture. »

18840865_303

« Depuis deux ans, la Roumanie est le premier producteur de maïs de l’UE. Nous cultivons plus de 2,6 millions d’hectares et nous vendons près de 80 % de notre production à d’autres pays. »

Alina Cretu de l’Association des producteurs de maïs de Roumanie : « Tout ce que nous voyons dans les magasins d’alimentation, les produits transformés : salami, cosmétiques, produits pour bébés, presque tous ces produits contiennent des dérivés du maïs. Il est dommage que l’industrie locale ne se soit pas adaptée et que nous ne produisions pas davantage de ces produits en Roumanie. »

Romania

Pourquoi ? Parce que les vautours perchés à Bruxelles, Berlin et Westminster refusent délibérément les subventions de l’UE qui rendraient la Roumanie autoproductrice. Les bénéfices pourraient alors être réinvestis dans l’agriculture, les infrastructures et les services sociaux roumains.

La plupart des jeunes générations roumaines ont fui leur pays en raison de son appauvrissement. Le mondialisme est bolchevisme ; le bolchevisme équivaut à la famine dans les pays producteurs de blé et de viande. Pour plus d’explications, il faut tenir compte du fait que la Roumanie et les Roumains se trouvent aujourd’hui dans une situation pire qu’à l’époque où la Roumanie était un satellite de l’Union soviétique.

6051585_orig

Nicolae Sitaru indique que la production de bioéthanol, de biocarburants, pourrait être un important utilisateur de maïs. « Produisons au moins le porc que nous mangeons. Dans les rayons du magasin, deux assortiments de farine et de maïs sur cinq sont importés. La plupart des colis proviennent de Bulgarie et d’Italie. Certains produits portent même des noms roumains, bien qu’ils soient fabriqués dans d’autres pays. »

« Tout ce que nous produisons en Roumanie va à l’étranger, ils mangent nos bonnes choses et nous mangeons ce qu’ils nous offrent », dit un acheteur. Cette année, les estimations montrent qu’en raison de la sécheresse, la production de maïs sera inférieure d’environ 4 millions de tonnes à celle de l’an dernier.

3536603C’est une conséquence du mondialisme, du corporatisme, qui se traduit par le bolchevisme d’entreprise. Vous comprenez ici le sens de la description d’Adolf Hitler du capitalisme et du bolchevisme comme étant les deux faces d’une même médaille.

4978074_orig

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !