Des « antifas » agressent brutalement une employée d’agence immobilière chez elle

0
256
ZAKARIA ABDELKAFI/AFP/Getty Images

Des extrémistes allemands d’extrême gauche « antifas » sont entrés par effraction dans l’appartement d’un employé d’une société immobilière et l’ont violemment battue dans une guerre en cours contre un complexe d’appartements de luxe à Leipzig.

L’attaque a vu deux extrémistes d’extrême gauche envahir l’appartement de l’agent immobilier de 34 ans vers 19 heures dimanche et l’ont frappée au visage avec leurs poings plusieurs fois, selon le porte-parole de la police Andreas Loepki, rapporte le tabloïd allemand Bild.

Après l’attaque, Loepki a dit que les extrémistes d’antifa avaient lancé à la femme : « Au revoir, ‘Salutations de Connewitz.' »

Le quartier Connewitz de Leipzig est depuis longtemps associé aux antifas, puisque le groupe possède même sa propre page Facebook.

Cette année, le groupe antifa a été en guerre pour le développement de plusieurs chantiers de construction à Leipzig, mettant le feu à deux grues le 3 octobre dernier sur un site exploité par la même société pour laquelle la victime, une femme de 34 ans, travaille et causant environ dix millions d’euros de dommages.

Selon le porte-parole de la police, M. Loepki, l’invasion de domicile et l’agression sont une tactique entièrement nouvelle de la part des extrémistes d’extrême gauche.

« Il y avait déjà des visites à domicile comparables dans le spectre de gauche. Mais ils ont toujours été contre les extrémistes de droite », a-t-il dit.

Le maire de Leipzig, Burkhard Jung, membre des sociaux-démocrates de gauche (SPD), a également condamné la violence : « Une limite a été franchie : la scène militante de gauche n’hésite même pas à attaquer les femmes sans défense. »

« La ligne diffusée par la scène d’extrême gauche, selon laquelle ils ne sont violents que contre les choses et les institutions étatiques, mais pas contre les gens, est exposée pour ce qu’elle a toujours été : un mensonge », a-t-il ajouté.

« La primauté du droit doit être appliquée de façon cohérente. Nous devons veiller à ce que, dans le débat actuel sur le terrorisme de droite, nous ne perdions pas de vue l’extrémisme de gauche et son mépris pour l’humanité, qui n’est pas inférieur à celui de la droite », a-t-il déclaré, avertissant que des assassinats politiques de gauche pourraient être à l’horizon.

Les extrémistes impliqués dans l’attentat se sont attribués le mérite de la plateforme d’édition d’extrême gauche Indymedia en déclarant qu’ils « ont décidé de rencontrer les responsables de la construction d’un projet problématique dans le sud de Leipzig où cela leur fait vraiment mal : en pleine face ».

Indymedia a été utilisé à maintes reprises par des extrémistes antifa en Allemagne pour s’attribuer le mérite d’actes de violence et de sabotage, y compris la tentative d’assassinat du député allemand Frank Magnitz de l’Alternative populiste pour l’Allemagne (AfD) plus tôt cette année à Brême.

Les extrémistes antifas ont également publié un « guide de l’assassinat » sur la plate-forme en février avec des conseils sur la façon de tuer les politiciens de l’AfD et d’autres ennemis politiques.

Suite aux plus de 2 000 crimes, dont l’agression de centaines de policiers, par des extrémistes antifas du bloc noir lors du G20 de Hambourg en 2017, le gouvernement allemand a fermé le célèbre site « Linksunten » hébergé sur Indymedia.

Le site était bien connu non seulement pour les extrémistes qui voulaient se vanter de leurs attaques, mais aussi pour se donner des conseils sur la façon de saboter l’infrastructure et de fabriquer des armes, y compris des explosifs.

Source : Breitbart

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.