Le professeur juif qui a appelé à la destruction de la race blanche est littéralement mort plein de merde

0
532

Paru dans Christians for Truth

Noel Ignatiev, un « érudit » juif qui a réussi à devenir professeur à Yale sans même avoir un diplôme de premier cycle, et qui s’est fait un devoir d’abolir la race blanche, est mort samedi au Banner-University Medical Center Tucson, d’une occlusion intestinale, une maladie qui met la vie en danger et qui vous rend littéralement « plein de votre propre m**e » :

« Le livre le plus connu d’Ignatiev, « How the Irish Became White », a été immédiatement influent et controversé lors de sa publication en 1995. Cela a déclenché une violente tempête de débats à l’époque lors de conférences universitaires et dans les pages des journaux. Avec le temps, son opinion selon laquelle la blancheur est une construction sociale et politique – et non un phénomène à base biologique – est devenue courante. La résurgence de la politique de l’identité blanche et du nationalisme blanc au cours des dernières années a rendu les arguments d’Ignatiev pertinents pour une nouvelle génération de lecteurs qui soutenaient que la race est plus une question de pouvoir et de privilège que d’ascendance, voire d’identité.
… L’argument d’Ignatiev a déclenché de féroces débats ; les critiques ont soutenu qu’il est allé trop loin en associant le privilège racial et le privilège de classe. Il a ensuite fondé et coédité un journal, connu sous le nom de Race Traitor, dont la devise était « La trahison à la blancheur est la loyauté envers l’humanité ». Ses idées semblaient extrêmes pour l’époque ; les critiques appelaient Ignatiev – qui était juif – un diviseur, voire un auto-haineux.
Lors d’une conférence tenue en 1997 à l’Université de Berkeley, sur le thème « The Making and Unmaking of Whiteness », Ignatiev a soutenu que « la blancheur n’est pas une culture mais un privilège et n’existe que pour la défendre ».
En 1997, un journaliste du New York Times a demandé à Ignatiev : « Tu es blanc ». « Tu détestes ta propre peau ? »
Ignatiev répondit : « Non, mais je veux abolir les privilèges de la peau blanche. La race blanche est comme un club privé basé sur une énorme supposition : que tous ceux qui ont l’air blanc sont, quelles que soient leurs plaintes ou leurs réserves, fondamentalement fidèles à la race. Nous voulons dissoudre le club, le faire exploser. »

Ce qui a tué Ignatiev, une occlusion intestinale, est une justice parfaite et prouve que Dieu a bien le sens de l’humour.

Mais Ignatiev, en tant que juif, était incapable de dire la vérité sur la « blancheur ».  Il prétendait que quiconque « a l’air blanc » est fondamentalement loyal à la race blanche, mais que les Juifs comme lui qui « ont l’air blanc » ne sont pas du tout fidèles à la race blanche et font tout leur possible pour la subvertir et la détruire.

Les Juifs comme Ignatiev ne veulent pas détruire la race blanche pour le bien de « l’humanité » ; ils veulent plutôt détruire la race blanche parce que c’est la seule véritable opposition que les juifs suprémacistes ont comme obstacle sérieux à leur programme hégémonique pour gouverner le monde eux-mêmes.  Et tant qu’il ne restera qu’une seule personne blanche sur la surface de la terre, Dieu ne laissera jamais cela arriver.

Et Ignatiev a passé sa carrière à blâmer les Blancs pour un privilège de classe dont il a joui, en tant que Juif, tout au long de sa vie, de ne pas avoir besoin d’un diplôme universitaire à avoir un poste de professeur titulaire à l’Université Yale, à s’engager ouvertement dans un discours de haine et à préconiser le génocide de la race blanche sans aucune rétribution, comme la perte de son emploi.

Son identité juive a fait de lui une partie de la véritable élite protégée de la classe en Amérique contre laquelle il prétendait s’insurger.  C’était un menteur, et oui, il était littéralement plein de m**e.

Voici juste un exemple représentatif de la haine vicérale et jalouse d’Ignatiev à l’égard de la race blanche : « Si vous êtes un homme blanc, vous ne méritez pas de vivre. Vous êtes un cancer, vous êtes une maladie, les hommes blancs n’ont jamais rien apporté de positif au monde ! Ils ne font que tuer, exploiter et opprimer les non-blancs ! Au moins une femme blanche peut avoir des rapports sexuels avec un homme noir et faire un bébé brun, mais que peut faire un homme blanc ? Il n’est bon à rien. L’esclavage, les génocides contre les peuples autochtones et la confiscation massive des terres, l’inquisition, l’holocauste, les hommes blancs sont tous responsables ! Vous maintenez votre privilège d’homme blanc en opprimant, en discriminant et en réduisant les autres en esclavage ! »

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !

Les infos en primeur avec la newsletter GrandFacho.com !