Le rythme de l’invasion en France dépasse officiellement celui de l’Allemagne en 2019

0
163

Je ne sais pas, peut-être que vivre en Afghanistan a des aspects positifs

Paru dans Démocratie Participative

C’est un exploit qui mérite d’être salué. Macron fait maintenant pire que Merkel en termes d’invasion.

Le Monde :

Pour la première fois depuis le début de la crise migratoire en 2015,la France a dépassé l’Allemagne pour devenir le « premier pays » pour les demandes d’asile en Europe. Certes, les deux pays « se tiennent dans un mouchoir de poche » mais le fait que la France dépasse l’Allemagne est « symbolique », estime la Place Beauvau.
« On constate que la France est devenue depuis le 20 octobre le premier pays de demandeurs d’asile d’Europe, alors même que les entrées en Europe continuent de baisser. Ce qui est donc une anomalie statistique, sur laquelle nous devons travailler », a déclaré le ministre de l’intérieur, Christophe Castaner, jeudi 21 novembre, après un entretien sur la coopération migratoire avec son homologue géorgien Vakhtang Gomelauri.
Au plus fort de la crise, nourrie des flux créés par le conflit syrien, la France enregistrait 80 075 demandes d’asile selon les chiffres de l’Ofpra, qui attribue le statut de réfugié en France, tandis que l’Allemagne recevait quelque 890 000 demandes, soit plus de dix fois plus.
Selon une source au ministère de l’intérieur, 120 900 demandes avaient été enregistrées en France au 17 novembre, contre 119 900 en Allemagne. L’an dernier, 184 000 personnes avaient demandé l’asile en Allemagne contre 123 000 en France.
Ce renversement drastique s’explique notamment par le fait que la France accueille « une demande de rebond », à savoir que les personnes migrantes ayant « échoué ailleurs viennent introduire une requête » dans l’Hexagone, souligne cette source. « C’est la raison pour laquelle nous sommes engagés au niveau européen pour une réforme de l’asile et de Schengen. »

Ces 120,000 clients ne sont que les pouilleux clandestins qui acceptent de se manifester auprès des autorités françaises. Tous ne le font pas et préfèrent rester terrés dans l’ombre, comme des rats.

Sans parler de ceux qui arrivent légalement avec l’aide du gouvernement français comme les faux étudiants, les candidats au regroupement familial, etc..

Donc, en seulement deux ans, nous avons récupéré l’équivalent de la ville de Bordeaux en migrants clandestins venus des coins les plus terrifiants de la planète, de l’Afghanistan au Congo en passant par les côtes somaliennes tenues par les pirates djihadistes à tête d’ampoule.

Ce qui, encore une fois, n’intègre pas l’immigration légale et la progéniture que les métèques s’empressent d’engendrer une fois régularisés.

C’est une apocalypse raciale et ce n’est que le début.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !