L’Église d’Angleterre blâme officiellement les chrétiens en général pour leur contribution à l’Holocauste

0
207

Paru dans Christians for Truth

L’Église d’Angleterre, dirigée par Justin Welby, archevêque juif de Cantorbéry, a admis jeudi que des siècles d’antisémitisme chrétien ont contribué à l’Holocauste :

« Dans un important rapport qui a été rédigé il y a trois ans, l’Église établie en Angleterre a cité » l’attribution de la culpabilité collective au peuple juif pour la mort du Christ et l’interprétation conséquente de sa souffrance en tant que punition collective envoyée par Dieu » comme étant parmi les idées qui « ont contribué à encourager l’approbation passive sinon positive de nombreux chrétiens dans les actions qui ont conduit à l’Holocauste ».
Le rapport, « La Parole infaillible de Dieu : Perspectives théologiques et pratiques sur les relations judéo-chrétiennes », a également exhorté les chrétiens à accepter l’importance du sionisme pour la plupart des juifs…
L’Église d’Angleterre est au centre de la Communion anglicane, un réseau mondial d’Églises. En Angleterre, c’est l’église d’État dirigée par la reine Elizabeth II.
Dans une postface à la « Parole infaillible de Dieu », le grand rabbin du Royaume-Uni reproche à l’Église de ne pas avoir rejeté catégoriquement l’œuvre des chrétiens évangéliques qui tentent de convertir les juifs.
Ephraim Mirvis fait l’éloge du rapport de 105 pages pour avoir été « sensible et sans équivoque dans l’appropriation de l’héritage du rôle du christianisme dans l’amère saga de la persécution juive ».
Mirvis continue cependant en exprimant sa « grande réticence » à condamner « les efforts de ces chrétiens, quel que soit leur nombre, qui, dans le cadre de leur fidèle mission, se consacrent à la conversion des juifs au christianisme, avec un but précis et précis ».
…Le document est inébranlable dans son acceptation du rôle historique du christianisme dans la perpétuation de l’antisémitisme. « La reconnaissance de la part de l’Église qu’elle porte une part considérable de responsabilité dans la propagation de l’antisémitisme exige une réponse de la part de l’Église », affirme-t-elle.
Le rapport poursuit en appelant à « l’attention sur la persécution et les préjugés subis par le peuple juif à travers l’histoire » et sur « la responsabilité des chrétiens à cet égard et sa persistance dans le contexte contemporain ». L’enseignement chrétien, admet-il, a fourni « un terreau fertile pour l’antisémitisme meurtrier de l’ère moderne ».
Citant[l’archevêque] Welby en 2016 que les enseignements théologiques de l’Église ont « aggravé la propagation du virus » de l’antisémitisme, le rapport dit que « l’attribution de la culpabilité collective au peuple juif pour la mort du Christ et l’interprétation qui en découle de leur souffrance comme punition collective envoyée par Dieu en est un exemple très clair ».
« De mémoire d’homme, de telles idées ont contribué à favoriser l’acquiescement passif, sinon positif, de nombreux chrétiens dans les actions qui ont conduit à l’Holocauste », ajoute-t-il….
« L’Angleterre a eu son propre rôle dans cette histoire, avec la prétention d’être le lieu de naissance de ce qui est devenu connu sous le nom de « diffamation du sang », où les juifs étaient faussement accusés d’avoir assassiné des enfants chrétiens pour faire matzot Pâque avec leur sang », dit-elle.
Deux cathédrales anglaises, Norwich et Lincoln, ont été associées au développement et à la diffusion de la diffamation du sang au Moyen Age.
La première fois qu’un garçon de 12 ans a été retrouvé assassiné à l’extérieur de la ville de Norwich, en Angola oriental, en 1144, a été enregistrée. Des membres de sa famille ont accusé les Juifs de Norwich de l’avoir tué.
Le rapport note que « cette allégation, provenant d’Angleterre, est devenue le catalyseur de l’assassinat de nombreux Juifs dans ce pays et à travers l’Europe, en particulier lors des pogroms de Pâques ».
En 1290, elle reconnaît également que l’Angleterre « devint le premier pays à ordonner à toute la communauté juive de partir, cherchant ainsi à être un territoire chrétien sans présence juive ». »

La nature même du vrai christianisme est antijuive, et aucune sonnerie des mains, aucune excuse ni aucun changement de doctrine ne changera cela.  Le Christ a rejeté les juifs et tout ce qu’ils défendaient, et en exigeant que les chrétiens d’aujourd’hui embrassent les juifs, c’est comme exiger que les chrétiens rejettent le Christ, ce que veulent exactement les juifs.

Et Justin Welby a en effet été nommé archevêque de Cantorbéry parce qu’il est racialement juif et qu’il serait donc beaucoup plus sympathique de jeter le christianisme sous le bus pour calmer les Juifs, qui ne pardonneront jamais au peuple anglais de les avoir chassés du pays en 1290 pour sacrifier rituellement des enfants chrétiens, pratique à laquelle ils se sont livrés longtemps après leur expulsion.

Permettre aux Juifs de revenir en Angleterre après 300 ans d’exil fut le début de la fin de l’Angleterre chrétienne.

Mais cette annonce fait partie d’un jeu juif plus vaste qui se prépare, qui consiste à tenir non seulement les Allemands responsables de ce que l’on appelle l’Holocauste, mais tout le peuple chrétien européen, ou chrétien.

Le plan est de remplacer la souffrance du Christ par la prétendue souffrance des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale.  L’Holocauste a remplacé le christianisme dans le cœur des Européens de l’Ouest athées, et leurs nouveaux seigneurs supérieurs sont des banquiers juifs impitoyables.

Ceux qui refusent d’être gouvernés par le Christ sont destinés à être gouvernés par les Juifs.  Demandez aux 60 millions de Russes morts ce que ce sera.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !

Les infos en primeur avec la newsletter GrandFacho.com !