Interview de l’aryaniste libanaise Abir Taha

0
177

 

L’interview suivante, faite durant l’hiver 2014/2015, est avec Abir Taha.
Cette interview est reproduite ici avec la permission de nos camarades de Black Sun Invictus

Pour commencer, s’il vous plait parlez aux lecteurs de vous-même et de votre philosophie de la vie en général.

Hello, merci de m’accueillir sur votre site web. Je vous souhaite un lectorat toujours plus grand d’esprits libres et éclairés. Nous avons un besoin urgent de réviser non seulement les faits historiques mais aussi les principes philosophiques, moraux et religieux, de réévaluer les valeurs considérées jusqu’à présent comme la seule « vérité ».

Je suis une diplomate libanaise, antérieurement basée à Paris et à Genève, et une Aryosophiste et l’auteure de plusieurs livres philosophiques/spirituels publiés aux Etats-Unis, à Paris et à Londres : Verses of Light ; Defining Terrorism: The End of Double Standards ; The Epic of Arya – In Search of the Sacred Light ; Nietzsche, Prophet of Nazism: the Cult of the Superman ; Nietzsche’s Coming God or the Redemption of the Divine.

Mon regard sur la vie est holiste et aristocratique-spirituel. Je crois en l’unité de l’Etre, en l’unité de Dieu et de la Nature, de Dieu et de l’Homme. Il y a une hiérarchie spirituelle infinie dans l’univers aussi bien que sur terre (« tout ce qui est en bas est comme ce qui est en haut »), et le sens et le but de la vie et donc de l’homme est la création perpétuelle et l’élévation éternelle sur cette échelle spirituelle infinie. La vocation de l’Homme Supérieur est l’accomplissement de sa nature divine, parvenir au Surhomme. C’est l’essence de la philosophie de Nietzsche et l’essence de l’Aryanisme.

Il y a des âmes supérieures et inférieures sur terre (ce que Nietzsche appelait « les Maîtres et les esclaves »), et seules les premières participent à cette grande danse de création cosmique, cette évolution créative. La mission de ces agents de l’évolution, que Hegel nommait les « agents de l’histoire mondiale », est de « diviniser » la terre et d’exprimer cette divinité en paroles et en actions. Des civilisations sont apparues chaque fois que ces Maîtres spirituels étaient au pouvoir (l’ancienne Egypte, la Grèce antique, l’Inde brahmanique, etc.) ou avaient une influence considérable sur les souverains. Quand les meilleurs régnaient, quand les meilleurs étaient les premiers, des civilisations s’épanouissaient. De fait, la monarchie et l’aristocratie ont donné au monde des chefs d’œuvres dans l’art, l’architecture, la musique, la littérature et la philosophie.

Mais aujourd’hui la populace règne, en haut et en bas (« la foule en haut, la foule en bas », écrivit Nietzsche), et donc le monde est caractérisé par la médiocrité, la dépravation et la décadence. Il faut donc « sauver Dieu en l’homme », comme je l’ai écrit dans Arya, c’est-à-dire une renaissance spirituelle par laquelle le Surhomme remplacera l’homme pygmée.

Quelles sont les inspirations et les influences qui vous ont guidée sur votre chemin ?

Friedrich Nietzsche fut et reste ma principale inspiration. Il est un paradigme à lui tout seul. A mon avis, il est le plus grand esprit et l’âme la plus riche. J’ai consacré ma vie à expliquer et à développer sa philosophie païenne-aristocratique et à révéler sa dimension spirituelle, d’inspiration hindoue et dionysiaque. Ce géant de l’esprit a influencé d’innombrables philosophes et maîtres spirituels ainsi que des écoles entières de pensée, en particulier l’existentialisme, bien que l’existentialisme nihiliste de Sartre était une déformation de l’existentialisme affirmateur-de-vie de Nietzsche.

Beaucoup de philosophes et de penseurs furent influencés par ce grand philosophe allemand, mais malheureusement peu d’entre eux reconnaissent son influence. Je ne fais pas partie d’eux. Je me proclame fièrement sa disciple. Nous sommes les enfants de Zarathoustra.

J’ai lu aussi les romantiques allemands (Hölderlin, Goethe …), les romantiques français (Victor Hugo, Lamartine…), Platon, Carl-Gustav Jung (dont j’adopte la psychologie aryaniste, par opposition à la psychologie maladive de Freud), les écrits aryanistes théosophiques d’Helena Petrovna Blavatsky (La Doctrine Secrète, Isis dévoilée), l’Anthroposophie de Rudolf Steiner, la Bhagavad-Gita et les Upanishads, et les enseignements du Bouddha, ainsi que le Prophète de Khalil Gibran, entre autres lectures. Et bien sûr, le Mein Kampf de Hitler.

Quand êtes-vous devenue consciente de la vérité concernant le but de la vie et la nature réelle des forces obscures dans ce monde qui cherchent à égarer les Aryens ?

J’ai commencé à écrire The Epic of Arya: In Search of the Sacred Light [L’épopée d’Arya : à la recherche de la Lumière sacrée] en 2004 et je l’ai terminée en 2007. Cette nouvelle allégorique et spirituelle fut mon grand éveil concernant le but de la vie et la vocation de ma vie. Avant cela, j’étais bien sûr consciente de la décadence caractérisant cet Age Sombre et de l’influence pernicieuse des ennemis de la culture et de la civilisation, mais c’est seulement en écrivant mon œuvre majeure que je suis devenue consciente de ma vocation d’Aryosophiste qui avait à cœur de préserver les valeurs et les vertus de la Tradition Aryenne, c’est-à-dire l’idéal néoclassique, annonçant ainsi la renaissance spirituelle et la mutation biologique de la Race de Lumière, la race des dieux humains.

Personne ne peut égarer les Aryens ; les vrais Aryens ou Aryas – les « Nobles guerriers » – doivent être au sommet, ou ils périssent. Ceux qui sont racialement et spirituellement conscients ne peuvent jamais être égarés. Ils peuvent être une minorité mais ils sont les Eveillés dans l’ère des « dormeurs sans rêve », comme j’ai appelé les hommes modernes dans L’Epopée d’Arya.

Je crois en la sélection naturelle par laquelle les mauvaises semences sont éliminées et les meilleures survivent pour produire l’espèce supérieure. Il n’y a pas de « peuple » aryen. Il y a seulement des individus aryens. Les aigles ne se forment pas en troupeaux. Le futur appartient aux « Seigneurs de la Terre » de Nietzsche, ces Libres Esprits solitaires dont sortira l’Übermensch. Nous sommes les semences de l’espèce supérieure à venir.

Vous êtes l’auteure de cinq livres. Deux d’entre eux viennent d’être publiés. Pourriez-vous s’il vous plaît en parler un peu aux lecteurs ?

En fait, il y a encore un autre livre – le sixième – en préparation… J’annoncerai sa publication en temps voulu ; cependant mes livres publiés sont les suivants :

Verses of Light (London, 2014) : ce livre est un recueil de mes aphorismes et dictons philosophiques, spirituels et inspirationnels sur la signification supérieure de la vie, les grandes questions et idéaux existentiels, à savoir l’Amour, la Beauté, la Vérité, la Vertu, la Noblesse, la Perfection… C’est ce que mon éditeur a appelé une « perle de sagesse » qui rappellera aux lecteurs les grands maîtres spirituels. Un must pour tous les chercheurs de vérité et amoureux de la sagesse.

Defining Terrorism: The End of Double Standards (London, 2014). C’est mon premier livre politique en tant que diplomate, alors que tous les autres sont philosophiques. Ce livre est très important parce que j’ai exposé ici les conditions et les critères pour une définition universelle, permanente, impartiale et complète du terrorisme pour mettre fin au double langage concernant la définition du terrorisme et le combat contre lui. Qui sont les vrais terroristes ? Les combattants de la liberté qui résistent à l’occupation, ou la puissance occupante qui pratique un terrorisme d’Etat contre des civils innocents ? Le terrorisme de l’Etat d’Israël est exposé dans ce livre comme la plus grande forme de terrorisme.

Nietzsche’s Coming God, or the Redemption of the Divine (l’édition française originelle a été publiée à Paris en 2005, l’édition anglaise a été publiée à Londres en 2013).

Alors que la plupart des spécialistes de Nietzsche ignorent la dimension spirituelle de la philosophie de Nietzsche, j’affirme que c’est là que se trouve l’essence de l’œuvre du grand philosophe allemand. Je me concentre donc sur la spiritualité et le paganisme aryen de Nietzsche, qui fut profondément inspiré par la philosophie grecque et le brahmanisme. Ainsi, dans Le dieu à venir de Nietzsche, je démontre que contrairement à la croyance populaire et à l’opinion de la plupart des spécialistes de Nietzsche, celui-ci n’était pas un athée et nihiliste absolu mais plutôt un penseur profondément spirituel qui prêchait et annonçait un « nouveau mode de divinité ». Nietzsche voyait que la mort du dieu du monothéisme ouvrait la voie à une nouvelle vision panthéiste et païenne du divin, annonçant ce que Hölderlin appela « le dieu à venir » au-delà du bien et du mal, un dieu qui affirme et bénit la vie : Dionysos re-né, ou la rédemption du divin. Ce livre rédime Nietzsche et le réhabilite en tant que penseur spirituel aryaniste, après des décennies de falsification par ses pseudo-spécialistes.

The Epic of Arya – In Search of the Sacred Light (USA, 2009). La phrase suivante résume ce livre, mon chef d’œuvre qui sera un jour parmi les classiques : « Je cherche la Lumière… pas la lumière faite par l’homme, mais la Lumière qui a fait l’homme ». L’Epopée d’Arya parle de l’éternelle quête de l’homme pour le divin. Elle décrit l’éternelle lutte intérieure de l’homme entre la lumière et l’obscurité, et lui enseigne la reconquête de sa divinité perdue en dévoilant le « dieu intérieur », la Lumière Intérieure. Surmontant la « mort de Dieu » déclarée par Nietzsche, l’Epopée d’Arya parle de la rédemption du divin et de sa renaissance dans l’homme. Rédimer Dieu dans les hommes : c’est la mission sacrée d’Arya.

Voyage intérieur de découverte de soi, cette nouvelle allégorique et inspirationnelle est la bible spirituelle : elle guérit, éveille, transforme. L’épopée d’Arya contient un message universel d’unité, d’espoir et de salut dans un monde déchiré par le choc des civilisations et des religions, offrant une alternative spirituelle aux deux fléaux accablant l’humanité aujourd’hui : le fléau du fondamentalisme religieux – l’idolâtrie de Dieu – et le fléau du matérialisme athée – la négation de Dieu –, car seul un éveil spirituel peut sauver l’homme de sa propre folie aveugle. Ainsi l’Epopée d’Arya est un renouveau de la Religion Aryenne.

Nietzsche, Prophet of Nazism: The Cult of the Superman (USA, 2005. L’édition portugaise a été publiée à Sao Paulo, Brésil, et distribuée en Amérique Latine). Dans ce livre, j’analyse en profondeur la puissante influence de Nietzsche sur le national-socialisme qui s’appropria la plupart de ses principaux concepts. Mais en faisant cela, je fais une claire distinction entre la Doctrine Nazie Secrète ou ce que j’appelle le « Nazisme Esotérique », qui était aristocratique, supranational et spirituel (ou plutôt méta-génétique), une doctrine le mieux incarnée dans la SS et limitée à l’élite nazie, et la doctrine exotérique nationaliste populiste illustrée par les SA et destinée aux masses. J’établis ensuite un clair lien entre le Nazisme Esotérique et la philosophie de Nietzsche, révélant le caractère occulte du premier ainsi que l’Aryanisme païen et l’antisémitisme spirituel du second.

Votre ouvrage le plus inspirant, à mon avis, est The Epic of Arya. Ce livre est l’un des ouvrages les plus éclairants spirituellement que j’ai lus. Je le mettrais au même niveau que Ainsi parlait Zarathoustra de Nietzsche et la Bhagavad-Gita. Que souhaitez-vous accomplir avec cette épopée aryenne ?

The Epic of Arya est, comme le titre l’indique, la Bible aryenne, l’odyssée de la race aryenne, la race des dieux, sur la terre. Elle parle de la montée et de la chute de cette glorieuse Race de Lumière et de sa renaissance et rédemption futures par une élévation de sa conscience et une mutation spirituelle. Ce livre est un futur classique et a été comparé par les recensions à Ainsi parlait Zarathoustra, et j’ai été qualifiée de « sœur de Zarathoustra » en quelque sorte.

Seul un retour aux racines spirituelles de cette race peut sauver l’humanité de la décadence et de la dégénérescence. La rédemption de la Race Aryenne ne sera accomplie qu’en ressaisissant l’esprit aryen et en faisant revivre la Religion Aryenne, la Chaîne d’Or allant d’Aryana à l’Hyperborée. Seule une renaissance spirituelle sauvera la race. Nous devons donc faire revivre nos dieux et nos anciennes religions aryennes : odinisme, zoroastrisme, orphisme, mithraïsme, bouddhisme, hindouisme, etc., mais bien sûr sous une forme spirituelle nouvelle et moderne. A mon avis, le renouveau aryen pourrait trouver sa source et son inspiration dans les œuvres de Nietzsche et de Jung. L’Epopée d’Arya est une synthèse entre ces deux grands esprits.

Friedrich Nietzsche est votre inspiration majeure pour votre vision-du-monde. On a dit beaucoup de mensonges sur lui et sur la vraie signification de ses écrits. Que pensez-vous de ceux qui tentent de corrompre ses enseignements ?

Nietzsche est probablement le philosophe le plus controversé et le plus incompris de tous les temps. C’est parce que ses ennemis en esprit ont tenté et tentent toujours de s’approprier et de déformer ses écrits. La plupart de ses soi-disant « spécialistes » ont totalement déformé et falsifié ses enseignements qui étaient païens et aristocratiques, d’inspiration gréco-hindoue, le transformant en un athée et un nihiliste absolu. Dans mes livres sur Nietzsche j’ai tenté de réhabiliter de grand philosophe, ce qui est une tâche très ardue – mais pas impossible – après des décennies de falsification par ses pseudo-spécialistes. J’ai tenté de souligner la dimension spirituelle aristocratique de ses écrits, car cette dimension a été presque totalement cachée par ses ennemis – nos ennemis. Nietzsche était un brahmane, un disciple de Zarathoustra et de Dionysos. Sa fameuse déclaration « Dieu est mort ! » était seulement la mort d’un dieu, le « Dieu » du monothéisme, alors qu’il croyait aux dieux aryens, qu’il tentait de faire revivre, en annonçant un « nouveau mode de divinité » au-delà du bien et du mal. J’ai consacré ma vie à réhabiliter ce grand philosophe allemand et je consacrerai le reste de ma vie à révéler le vrai Nietzsche. C’est ma mission, ma vocation en tant que sa disciple et en tant que fille de Zarathoustra.

Votre mari Doreid Audi est aussi un auteur publié. Pourriez-vous parler un peu de lui aux lecteurs, ainsi que des sujets de ses ouvrages ?

Dori partage totalement mes vues et mes croyances. Lui aussi est un Ariosophiste et un penseur et un auteur nietzschéen. Il a aussi publié plusieurs livres (son sixième est en cours de publication) et a lancé ce qu’il appelle l’école ou style d’écriture « néo-épique », tentant de faire revivre les dieux de l’Antiquité et le culte de l’homme-dieu – qui est une croyance typiquement aryenne – à l’époque moderne. Ses nouvelles spirituelles-philosophiques racontent l’histoire du retour des dieux sur terre et leur sacrifice ultime pour tenter de rédimer l’humanité des mensonges et de la philosophie négatrice-de-vie des religions monothéistes qui ont éloigné les hommes du vrai Dieu, le dieu immanent dans l’homme et dans la nature. Dori enseigne que l’homme-dieu, le dieu en cours de formation, est le seul dieu digne d’être vénéré et imité. Il a aussi publié une nouvelle (The Sons of Life) qui glorifie la résistance nationale libanaise, la résistance nationaliste laïque qui a vaincu et chassé les Israéliens du Liban.

Une autre nouvelle de lui (Blossoms’ Tears) traite de la guerre civile libanaise, ce qui nous rappelle le Guerre et Paix de Tolstoï. Dori a aussi publié un chef d’œuvre spirituel et philosophique (The Enlightened Visionary) qui a été considéré comme un prélude à une Nouvelle Religion : il prêche la Religion Unitaire, la Religion de la Sagesse, qui est aryenne dans son essence et son but.

Doreid et vous-même avez récemment visité New York. Quelle est votre impression sur ce que nous et beaucoup d’autres appelons la « vraie capitale juive » du monde ?

New York, comme toutes les autres villes cosmopolites ultramodernes, est un enfer urbain sans âme, où ce que j’ai appelé dans The Epic of Arya « le bruit insupportable de l’avidité » étouffe l’âme de l’homme et coupe son lien avec la Mère Nature. A la différence de grandes villes comme Paris, Vienne, Rome, etc., qui sont imprégnées de culture et d’histoire, New York représente tout ce qui est erroné dans la modernité, ce qui est opposé à la civilisation : le mélange racial, la décadence morale, la déviance, la dépravation, le capitalisme sauvage, l’égoïsme atomiste, l’aliénation spirituelle, « le règne de la foule en haut et en bas » comme l’a écrit Nietzsche… Dans The Epic of Arya, quand j’ai décrit l’enfer de la ville (« s’il y a un enfer sur cette terre, c’est dans la ville »), c’est New York que j’avais à l’esprit. Le fait de la visiter n’a fait que confirmer ma conviction la concernant. La modernité est l’enfer, et même pire que cela quand cette modernité est dirigée par le sionisme et son esprit sombre et arriéré.

Que pensez-vous de Vladimir Poutine ? Il y a beaucoup d’avis différents sur lui. Certains pensent qu’il est un instrument des Juifs alors que d’autres pensent qu’il est un vrai leader blanc qui s’oppose au Nouvel Ordre Mondial. Il fait beaucoup d’actions qui sont en opposition avec les Juifs et leurs plans. Et ensuite on a l’impression qu’il est en connivence avec eux. Se pourrait-il qu’il utilise la vieille stratégie du « Restez proche de vos amis et encore plus de vos ennemis » ? Qu’en pensez-vous ?

Vladimir Poutine est un nationaliste russe. Il a au cœur l’intérêt supérieur de la Russie. Il veut faire revivre la Russie impériale, la Russie des Tsars, une nation qui soutient les valeurs familiales, les vertus chrétiennes, et s’oppose au règne et à l’expansion de l’OTAN et de ZOG. Il combat pour empêcher les oligarques et les serviteurs de ZOG de prendre le contrôle de sa nation. Pour tout cela, je l’admire. A coté de Bachar al-Assad, Poutine est le seul leader mondial qui est digne de ce nom. Le Times l’a appelé Primus inter pares, « Premier parmi les égaux ». Ceci dit, cependant, Poutine fait parfois des choses que je désapprouve ou qui me contrarient, mais je suis convaincue qu’il agit pour le bien de sa nation et contre le sionisme international. Une autre raison très importante, et même majeure, pour laquelle je soutiens Poutine est son appui inébranlable au régime laïc de Bachar el-Assad dans sa guerre contre la peste du fondamentalisme islamique. Poutine mène aussi sa propre guerre contre la terreur islamique dans le Caucase, donc son intérêt est de soutenir toute nation qui combat vraiment le terrorisme, et qui combat le vrai terrorisme.

Quel est votre avis sur ISIS ? Il est évident qu’il s’agit d’un groupe terroriste secret qui est dirigé et financé par Israël et les Etats-Unis.

Je préfère appeler ces monstres et ces primitifs barbares ISIL, pas ISIS, car Isis est une belle déesse égyptienne ! ISIL est une création sioniste qui finira par se retourner contre ses maîtres, parce que toute son idéologie se résume au takfirisme, en d’autres mots, ils appellent « apostat » tous ceux qui ne partagent pas leur idéologie obscure et barbare. Mais pour l’instant, ISIL sert les intérêts sionistes en combattant et en tentant de renverser le seul régime nationaliste laïc restant dans la région. Cela fait partie d’une conspiration à l’échelle mondiale pour déposer tous les régimes nationalistes-socialistes laïcs (comme celui de Bachar) et les remplacer par des tribus théocratiques divisées entre elles.

Ce qui s’est passé en Irak ou en Lybie est un exemple typique de la conspiration dans cette région. En soutenant Assad dans sa guerre contre la terreur, nous soutenons la civilisation contre les ennemis de la vie, de l’humanité et de la culture. Si Assad gagne, ISIL sera vaincu. Si par malheur Assad perd, les fanatiques islamiques s’empareront du monde entier, incluant l’Occident qui subit une véritable agression et une invasion de la part des immigrants du Tiers-Monde.

C’est une bataille manichéenne typique entre la Lumière et l’obscurité. En restant fermement au pouvoir, Assad a stoppé cette conspiration, et la marée s’est retournée contre les islamistes en Egypte et en Tunisie. Les gens ont fait l’expérience du règne islamiste et ils savent maintenant que c’est un règne arriéré et satanique. Ce que je trouve complètement honteux et méprisable, c’est que l’Occident soi-disant laïc et « civilisé » arme, équipe, forme et finance ces mêmes djihadistes qui reviennent maintenant en Occident et attaquent leurs pays-hôtes… Ces terroristes qui ont perpétré le massacre de Charlie Hebdo sont les mêmes terroristes d’Al-Qaïda que les gouvernements occidentaux ont armés et financés pour faire la guerre au régime laïc, nationaliste et antisioniste de Bachar el-Assad. C’est ce qu’on appelle l’effet boomerang. Assad a averti l’Occident en 2013 qu’ils paieraient un « prix élevé » pour leur soutien à Al-Qaïda en Syrie. Le fondamentalisme islamique est une peste. Mais ce monstre a été nourri, financé, armé, formé et équipé par les sionistes et par l’Occident. Il est compréhensible qu’Israël soutienne ces fanatiques takfiris, car ils partagent la même idéologie obscurantiste arriérée de haine et d’exclusion. Mais honte à l’Occident soi-disant « laïc » et « civilisé » qui soutient l’incarnation de l’obscurité, de l’arriération, du fanatisme et de l’ignorance.

Les dirigeants du Troisième Reich étaient de grands défenseurs de la Philosophie orientée vers la Vie, pour préserver la Race, protéger la Nature et combattre la cruauté envers les animaux. Ces valeurs sont des valeurs aryennes. Votre avis ?

Pureté raciale, environnementalisme, droits des animaux… cela va toujours ensemble, et comme vous le dites si justement ce sont des valeurs aryennes « orientées vers la vie », qui sont une glorification et une vénération de la Nature. Vivre en accord avec les lois éternelles et aristocratiques de la nature est sain, noble et affirmateur de vie. L’amour de sa race, l’amour de la nature et la compassion pour toutes ses créatures sont les vraies valeurs aryennes qui affirment, glorifient et élèvent la vie. Une noble tentative fut faite pour faire revivre ces valeurs aryennes par le culte de la beauté et de la perfection dans le corps, l’esprit, l’art, l’architecture, la culture. Les Fils de la Lumière cherchaient, à travers ce qu’on pourrait appeler « la Renaissance allemande », à ramener l’idéal grec (C.G. Jung parla de la « tyrannie de la Grèce sur l’Allemagne ») et à construire une société idéale d’êtres parfaits, d’où sortirait le Surhomme ou homme-dieu de Nietzsche. Les ennemis de la Vie et les puissances d’obscurité et de décadence choisirent le « dernier homme » contre le « Surhomme »… et maintenant la modernité est le culte du laid, du décadent, du déviant, de la perversion et de la dépravation. Le signe ultime de la décadence est cet horrible travesti barbu remportant le concours de l’Eurovision l’année dernière… sous les applaudissements frénétiques d’un Occident tombé dans l’obscurité totale… les profondeurs les plus obscures du Kali Yuga.

Savitri Devi a-t-elle été une inspiration pour vous ? Je vois en vous la même passion qui l’animait.

En fait, j’ai « découvert » cette femme remarquable il y a seulement quelques années, et seulement après que de nombreuses personnes m’aient dit à quel point je la leur rappelais et m’aient conseillé de la lire. J’ai donc lu son grand livre The Lightning and the Sun et Souvenirs et réflexions d’une Aryenne ainsi que ses nombreux autres livres sur son combat pour faire revivre la religion de la nature dans un monde tombé dans la décadence totale. Cette vaillante guerrière de la Lumière fut une ardente avocate de l’Indo-Européanisme, ou Indo-Germanisme, de l’Hyperborée à l’Inde. Elle tenta de rétablir le lien entre l’Edda et le Véda. J’ai repris sa torche et son combat. La flamme ne doit jamais s’éteindre et ne s’éteindra jamais.

Merci pour votre temps, Abir. Quelques paroles finales à partager avec les lecteurs ?

Merci de m’avoir accueillie. Pour vos lecteurs, je dis : gardez la foi. A la fin, la Vérité l’emportera. Le Kali Yuga, l’Age Sombre, touche à sa fin. Nous assisterons bientôt à une renaissance, une renaissance spirituelle, un renouveau du véritable Aryanisme qui est avant tout spirituel, au-dessus des frontières et au-delà de la biologie. C’est dans les profondeurs les plus obscures que l’Aube Dorée est conçue, pour inaugurer le Grand Midi du Surhomme.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !