Citation de la farce de Nuremberg #3 : Qui a décidé de contrevenir à la Magna Carta et à la Déclaration des droits éteignant 700 ans de justice civilisée en un an ?

0
202

Par John Wear

Après la défaite de l’Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale, le procès de Nuremberg et les procès ultérieurs ont été organisés principalement à des fins politiques plutôt que pour rendre une justice impartiale. Wears War vous apporte des citations des nombreux hommes et femmes qui ont été ouvertement consternés par les épreuves. Toutes ces personnes étaient très respectées et très en vue dans leur domaine, du moins jusqu’à ce qu’elles se prononcent contre ces tribunaux.

 Le procureur George W. Armstrong :

Vingt-quatre dirigeants nazis et sept organisations nazies ont été inculpés, à savoir le Cabinet du Reich, le Corps de direction du parti nazi, la S.S., le S.D., la Gestapo, la S.A. et l’Etat-major général et haut commandement des forces armées allemandes. L’acte d’accusation qui dépassait 23 000 mots a été signé par Robert H. Jackson, et al…
Il s’agissait en fait d’un procès sioniste poursuivi par des avocats pro-sionistes devant un tribunal pro-sioniste contre les accusés, pour le délit d’opposition au sionisme et au communisme ?
Les juges ont fait la loi, prescrit la peine et l’ont appliquée. Si elle doit servir de précédent pour l’avenir, cela signifie que les officiers des vaincus à la guerre doivent être punis. Le droit a posteriori est interdit par la Magna Carta britannique ainsi que par notre Déclaration des droits. C’est contraire à la justice et à notre civilisation chrétienne. Le procès de masse était contraire à tous les principes de droit et de justice et à la civilisation chrétienne. Il n’y a pas de précédent à part les procès de purge russe[communiste].

Source: Armstrong, George W., The Zionists and Zionist Wall Street, Mountain City, TN.: Sacred Truth Publishing, 2017, p. 113.

Source : Wears War

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !