La déclaration de Paula Hitler en 1957

0
804

  LA DECLARATION DE PAULA HITLER EN 1957

Paula Hitler, la sœur d’Adolf Hitler, écrivit cette déclaration douze ans après la mort de son frère :

« Messieurs ! » – n’oubliez jamais ceci : vos noms seront oubliés bien avant que vos corps soient retournés en poussière. Mais le nom d’Adolf Hitler sera encore une lumière dans l’obscurité.

Vous ne pouvez pas le tuer en noyant son souvenir sous vos tombereaux de boue et vous ne pouvez pas l’étrangler avec vos sales doigts tachés d’encre. Son nom existe pour toujours dans des centaines de milliers d’âmes. Vous êtes bien trop insignifiants pour pouvoir le toucher !

Il aimait l’Allemagne, il s’inquiétait pour l’Allemagne. Lorsqu’il combattait pour l’honneur et la dignité, il combattait pour l’honneur allemand, pour la dignité de l’Allemagne, et quand tout fut consommé il donna sa vie pour l’Allemagne.

Qu’avez-vous donné jusqu’ici ? Lequel d’entre vous donnerait sa vie pour l’Allemagne ? Les seules choses qui vous intéressent sont les richesses, le pouvoir et toujours vivre dans le luxe. Quand vous pensez à l’Allemagne, vous pensez à satisfaire vos sens sans responsabilité, sans soucis ?

Vous pouvez m’en croire : le total désintéressement du Führer, en paroles et en actes, garantit à lui seul son immortalité. Le fait que le dur combat pour la grandeur de l’Allemagne ne fut pas couronné de succès, contrairement à celui de Cromwell en Grande-Bretagne, a beaucoup à voir avec la mentalité du peuple impliqué.

D’un coté le caractère de l’Anglais est essentiellement déloyal, gouverné par la jalousie, la suffisance, et un manque de considération. Mais il n’oublie jamais qu’il est un Anglais, loyal à son peuple et à sa couronne. De l’autre coté, l’Allemand avec son besoin d’être reconnu n’est jamais un Allemand avant tout.

Par conséquent cela ne compte pas, pour vous, êtres insignifiants, si vous détruisez la nation entière. La seule pensée qui vous guidera sera toujours : ‘moi en premier, moi en second, moi en troisième’.

Dans votre indignité vous ne penserez jamais au bien de la nation – et avec quelle pitoyable philosophie voulez-vous empêcher l’immortalité d’un géant ?

Ce que j’ai écrit immédiatement après la guerre s’est révélé être exact. Que mes convictions soient justes, cela est évident même en 1957.

Signé : Paula Hitler, Berchtesgaden, 1er mai 1957

[Après 1945, Paula Hitler (1896-1960) continua à vivre à Berchtesgaden sous le pseudonyme de « Mme Wolf ». Dans sa récente et passionnante biographie de Hitler (six volumes, éditions Dualpha), le Dr. Bernard Plouvier écrit : « Toute sa vie, son frère lui témoignera une grande affection, en la tenant toutefois à distance car Paula est modérément oligophrène (son quotient intellectuel est un peu faible, mais n’empêche pas une socialisation satisfaisante). En 1923, Carin Goering la jugera séduisante… AH l’installera en 1936 à Berchtesgaden où elle vivra jusqu’à sa mort… ».

Texte de la déclaration en allemand :

Ihr Herren – vergeßt nur eines nicht! Euer Name wird längst mir Eurem Leichnam zerfallen – vergessen und vermodert sein – während der Name Adolf Hitler immer noch leuchten und lodern wird! Ihr könnt ihn nicht umbringen mit Euren Jauchekübeln, ihn nicht erwürgen mit Euren tintenbeklecksten, schmierigen Fingern – seinen Namen nicht auslöschen aus hunderttausend Seelen – dazu seid Ihr selbst viel, aber auch schon viel zu klein!

Wo er geliebt hat… geschah es um Deutschland. Wo er gebangt hat… geschah es um Deutschland. Wo er gefehlt hat, geschah es auch um Deutschland und wenn er stritt für Ehre und Ansehen, war es deutsche Ehre und Ansehen – und als ihm auf dieser Welt nichts mehr geblieben war als das Leben – gab er es für Deutschland hin. Und was gabt Ihr bisher? Und wer von Euch wollte sein Leben für Deutschland geben? Ihr habt immer nur die Macht und den Reichtum, den Genuß, den Fraß und die Völlerei – ein herrliches Leben ohne Verantwortung vor Augen gehabt, wenn Ihr an Deutschland gedacht habt!

Verlaßt Euch darauf, meine Herren, – schon allein das reine selbstlose Denken und Handeln des Führers genügt für die Unsterblichkeit ! Daß seinem fanatischen Ringen um Deutschlands Größe nicht der Erfolg beschieden war, wie zum Beispiel einem Cromwell einstens in Britannien – auch das liegt vielleicht in der Mentalität begründet, weil der Brite bei allem Hang zur Eitelkeit, zu Neid und Mißgunst und zur Rücksichtslosigkeit – dennoch nicht vergißt, Engländer zu sein und die Treue zu seiner Krone liegt im Blut – während der Deutsche in seinem Geltungstrieb alles ist, nur nicht in erster Linie Deutscher.

So liegt Euch nichts daran, Ihr kleinen Seelen, wenn mit Euch zusammen die ganze Nation in Trümmern geht. Euer Leitstern wird nie heißen; Gemeinnutz geht vor Eigennutz, sondern immer umgekehrt. Und mit diesem Leitstern wollt Ihr die Unsterblichkeit eines Größeren verhindern?

Was ich in den ersten Nachkriegsjahren niederschrieb, hat seine Gültigkeit behalten auch im Jahre 1957 und bestätigt die Richtigkeit meiner Überzeugung.“

(Paula Hitler, Berchtesgaden, 1. Mai 1957)

[Une autre traduction de ce texte figure dans l’article : « Paula Hitler, la sœur inconnue », par Philippe Sabatier, dans Tabou, volume 13, éditions Akribeia, 2007. Une biographie de la sœur d’Hitler existe en langue allemande : Paula Hitler, Die unbekannte Schwester, par Alfred Läpple, Druffel Verlag, 2003.]

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !