Le bombardier nazi supersonique qui pouvait tout détruire

0
451
REPRODUCTION LIBRE : Nous sommes des partenaires et non des rivaux. Reproduisez nos articles pour attirer un grand nombre de lecteurs sur votre blog d’actualités.

Paru dans The Daily Archives

Il est bien connu que Wernher von Braun et son missile V2 ont été à la base du programme spatial américain, mais ce n’était pas la seule fusée que les Allemands développaient.

À partir de 1942, après que les États-Unis se soient joints à l’agression contre le Troisième Reich les Allemands ont pensé qu’il était temps de mettre au point des armes capables de riposter et de frapper les Américains chez eux. Le projet de « bombardier américain » a été lancé et se concentrait sur un bombardier à moteur à piston à longue portée qui pourrait traverser l’océan Atlantique. Ce projet a finalement abouti à la livraison de deux prototypes fonctionnels, le Messerschmitt Me 264 et le Junkers Ju 390, qui ont effectivement pris l’air mais n’ont jamais essayé de traverser l’Atlantique.

Un plan bien plus ambitieux a été lancé par Eugen Sänger et Irene Bredt, qui ont envisagé un bombardier-fusée piloté qui pourrait décoller d’une rampe semblable à celle d’un V-1 et ensuite presque se mettre en orbite avant de pouvoir bombarder n’importe quelle ville sur terre. Un très long vol plané le ramènerait à son site d’atterrissage, après quoi il pourrait être utilisé à nouveau.

Selon Popular Science, la clé du succès de sa conception était sa forme. De petites ailes, un avant pointu, des bords d’attaque minces et un fond plat en faisaient un véhicule capable de sauter les couches inférieures de l’atmosphère comme une pierre sautant sur un étang immobile. Le vol ne serait que partiellement motorisé ; la propulsion par fusée le lancerait sur une trajectoire en arc de cercle et, grâce à son fond plat, il sauterait et planerait sans moteur jusqu’à sa destination avec un pilote à la barre.

Les Allemands donnèrent à ce bombardier-fusée le nom de code « Slibervogel » ou Oiseau d’argent. Malheureusement, même les Allemands trouvaient ce plan trop ambitieux et seul un modèle réduit a été construit avant que ce plan n’entre définitivement dans le tiroir.

Sänger continua à travailler pour les gernabs et sa principale réalisation fut le développement du Škoda-Kauba Sk P.14 Ram Jet dans le cadre de l’effort de défense du Troisième Reich contre les raids de bombardement dévastateurs des alliés. A la fin du projet, seules des parties de l’avion avaient été construites car la guerre était terminée.

L’avion de chasse à réaction supersonique Škoda-Kauba Sk P.14.01

Nous sommes en mai 1945, l’Allemagne a été vaincue et les anciens alliés essaient maintenant de mettre la main sur le maximum de technologie développée par le national-socialisme.

Après la fin de la guerre, Eugen Sänger et Irene Bredt ont travaillé pour les Français et ont participé à la création de l’Agence spatiale française. Il a été assez intelligent pour voir que travailler pour Staline n’était pas son truc quand ils ont essayé de le kidnapper ou de le convaincre de venir travailler pour l’URSS. Il est mort en 1964 à Berlin, en Allemagne.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !