Une traînée blanche stupide héberge un nègre, découvrez comment ça s’est horriblement terminé

0
415
Que j’aime ces histoires pédagogiques

Paru dans Démocratie Participative

J’aime.

MSN :

Lorsque sa colocataire a soudainement déménagé au début de 2016, Danielle Cabo Jones a dû trouver quelqu’un pour l’aider à payer rapidement le loyer de son appartement du centre-ville de Miami. Elle a publié une annonce sur Craigslist et bientôt, Jones a interviewé Byron Mitchell. Le vétéran de l’Air Force et entraîneur personnel avec un casier judiciaire vierge lui a dit qu’il pouvait emménager pour un mois.
« Le loyer était presque dû », déclarait Mme Jones en juin, en se rappelant ce qu’elle pensait lorsqu’elle a accepté de laisser Byron Mitchell emménager dans son appartement. « Je vais perdre ma maison, je vais me faire expulser, ça va ruiner ma vie et il semblait être une personne sympathique« , disait-elle selon NBC Miami.
Une semaine seulement après avoir emménagé dans la maison de Jones, Mitchell l’a férocement attaquée le 14 février 2016, l’étranglant, la frappant et la poignardant, a rapporté le Miami Herald. L’agression a laissé Jones dans un coma de 24 jours, avec un crâne fendu et des dents cassées, le visage violet, ensanglanté et gonflé. Elle a subi des lésions cérébrales et lutte toujours avec les activités auxquelles elle excellait avant l’agression.

Avant la rencontre, en mode pétasse blanche, sûre d’elle-même et opposée « aux préjugés racistes des rageux ».

Le prince charmant appartenant à l’élite biologique africaine.

Après l’expérience multiculturelle et inclusive.

Correction par le réel reçue.

« Je ne me sens plus aussi jolie », a dit Jones, 26 ans, au tribunal, selon WSVN, « et j’ai abandonné mes rêves que j’avais depuis que j’étais petite. »
Lundi, près de quatre ans après que Jones ait failli être tuée par un colocataire de Craigslist, un juge a condamné Mitchell à la prison à vie. La sentence a été prononcée après qu’un jury ait reconnu l’homme de 39 ans coupable de tentative de meurtre et de séquestration en juin.
« Je ne m’attendais pas à avoir l’air normal parce que j’ai vu mes photos et j’ai pensé que j’aurais des cicatrices violettes sur tout le visage et que je serais en fauteuil roulant », a déclaré M. Jones à CBS Miami. « Je suis juste heureuse d’être en vie. »
Bien qu’il ait d’abord semblé être une « personne sympathique », a dit Mme Jones au jury, peu après que M. Mitchell ait emménagé, son opinion a commencé à changer. Il est devenu frustré lorsque Jones n’était pas d’accord avec lui. Il se plaignait fréquemment. Il lui envoyait sans cesse des textos, ce qui l’a mis sur les nerfs.
« Je ne suis pas ta petite amie », lui a-t-elle finalement dit pour tenter de faire cesser les messages.
Après l’attaque, Mitchell a téléphoné au 911 et a dit à un répartiteur que Jones s’était précipité sur lui avec un couteau dans la chambre, a rapporté le Herald. Lorsque la police s’est présentée, elle a trouvé Jones allongée, inconsciente à cause de l’impact que Mitchell lui avait fait subir en lui frappant la tête contre le sol. Un couteau gisait dans une flaque de son sang.
Mitchell avait enlevé ses vêtements et pris une douche avant l’arrivée de la police, mais ses mains étaient encore ensanglantées quand la police est arrivée. Les procureurs ont montré au jury des photos de sa chemise trempée de sang et de ses mains rouges.

Prendre une douche.

Oublier de se laver les mains.

Oui.

La natalité africaine va sauver la France.

Il a effacé le numéro de Jones et les SMS de son téléphone, et a jeté son téléphone portable dans l’eau. Malgré les efforts déployés pour couvrir sa piste numérique, les enquêteurs ont pu trouver des textos avec la sœur de Mitchell demandant des conseils sur la possibilité de sortir avec Jones. La police a découvert des recherches troublantes sur Google, notamment une chasse de sept heures à des photos de Jones nues qui n’existaient pas. Mitchell a cherché du rohypnol, une drogue courante contre le viol, et de la mélatonine, un somnifère en vente libre, que les policiers ont trouvé dans l’appartement, selon les preuves présentées par les procureurs.
Les procureurs ont soutenu que Mitchell avait le béguin pour Jones, et qu’il était de plus en plus obsédé par elle après avoir emménagé dans l’appartement. Ils ont dit qu’il s’est déchaîné après qu’elle ait rejeté ses avances.

Une semaine avec une Blanche et le nègre oublie son « Black is Beautiful » de mytho.

Putain de cafre.

« Lorsque cet accusé – Byron Mitchell – n’a pas eu sa Valentine, il a pris la décision consciente de tuer« , a déclaré le procureur Sara Imm lors des plaidoiries finales en juin, a rapporté le Herald.

Pour le coup, non.

Le niveau de conscience du nègre est durablement obscurci par son animalité.

L’inspecteur principal chargé de l’affaire a déclaré au juge Mitchell qu’il avait traqué d’autres femmes. L’accusé a donné une réponse décousue et a dit au juge que ses intérêts amoureux passés l’avaient mal compris.
« Je ne veux pas être hostile, ou être négatif, ou faire en sorte que les gens se sentent mal « , a déclaré M. Mitchell, a rapporté le Herald. « Je ne veux mettre personne dans un cercueil. »
L’équipe de défense de l’accusé a essayé de convaincre un jury que Jones et Mitchell sortaient ensemble et qu’elle l’a attaqué avec le couteau avant qu’il ne domine la femme beaucoup plus jeune. Le jury n’y a pas cru. Les avocats de Mitchell ont également demandé à un psychologue de présenter des preuves pour démontrer qu’il avait été brutalisé dans son enfance et qu’il souffrait de complications de santé mentale dues à un traumatisme crânien.
Le juge John Schlesinger, du circuit de Miami-Dade, a déclaré qu’il n’avait pas trouvé les arguments de M. Mitchell « particulièrement convaincants », a rapporté le Herald.
Lors de la sentence de cette semaine, Mitchell a présenté de faibles excuses à Jones.
« Danielle, j’ai entendu tout ce que tu as dit », a-t-il dit. « Tu as dit que tu avais des problèmes pour avancer dans la vie… ne laisse pas un seul incident te retenir. »

« Yo, wesh, bien ? Ok, bon, désolé pour la dernière fois, j’espère que ça l’fera. Allez, wesh, à plus ! »

Jones est sorti de la salle d’audience avant d’avoir fini.
Près de quatre ans après l’agression dévastatrice, les blessures visibles de Jones ont guéri, bien qu’elle vive avec une cicatrice sur le front.
Des blessures invisibles continuent d’empoisonner sa vie quotidienne. Elle ne se souvient toujours pas de l’agression elle-même, bien qu’elle ait dit qu’elle ne le voudrait pas. Elle a dit au Herald que son frère de 11 ans l’aidait maintenant en mathématiques, même si c’était sa meilleure matière à l’école. Elle a ajouté qu’autrefois elle pouvait très bien chanter et danser mais qu’elle a maintenant du mal à faire l’un ou l’autre.
« J’ai toujours l’espoir que chaque jour je m’améliorerai lentement, mais j’ai l’impression que ma vie a été détruite « , a-t-elle dit.

Et oui.

Être bienveillante une journée dans sa vie avec un gros nègre peut suffire à détruire la destinée d’une femme blanche.

DOMMAGE !

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !