Un Irakien tabassait depuis 8 ans sa petite amie Suédoise

0
452

Paru dans Blanche Europe

Pourquoi les gens font ça ? Regardez juste ces images et vous pourriez vous demander si cette personne est encore en vie.

Heureusement, elle a survécu pour nous raconter la vérité sur le monstre qui lui a fait ça.

Dans l’article mentionnant la façon dans “Josefin”, 25 ans, a été sauvagement battue par son partenaire, il n’est jamais mentionné qu’il vient d’Irak. Il a désormais été condamné à une peine de prison mais ne peut pas être expulsé car il a obtenu la nationalité Suédoise. Il est arrive en Suède en 2009 et en est devenu citoyen en 2015. Maintenant que ce point est connu, nous pouvons poursuivre le rapport.

Dagens Nyheter écrit : “Lorsque les images du corps déchiré de la victime ont été montrées au tribunal, il a été demandé si les blessures seraient couvertes [censurées]. Elle a dit que non. Le procureur a dit non. Ils étaient d’accord : c’est ce que tout le monde devait voir. C’est à ça que ça ressemble – la violence, la haine des femmes.

Le journal parle ensuite de la “haine de la société” – sans jamais mentionner que le partenaire de Josefin se nomme Omar et vient d’Irak.

Durant un interrogatoire face à la police, Omar a déclaré que Josefin s’est “fouettée elle-même”. C’est parce qu’elle “a été influencée par les pèlerins musulmans.”

Le culot, l’audace.

Josefin a raconté lors d’une déposition à la police qu’il l’a frappé avec une ceinture, des tubes d’aluminium, des cables, ses poings, l’a prise par les cheveux. A un moment, il l’a emmenée dans l’ascenseur et lui a dit qu’il allait la couvrir d’essence et lui mettre le feu.

La semaine dernière, Omar a été condamné par la cour du district de Nacka à huit ans de prison. Cependant, il ne peut pas être expulsé, car il est maintenant citoyen Suédois.


Les Suédoises qui veulent sortir avec un bougnoule sont donc au courant de ce qui les attend. La joie de la richesse culturelle.

Ne pas pouvoir expulser, ou éliminer, un tel parasite est odieux, insupportable.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !