Un « adolescent néo-nazi » britannique reconnu coupable d’avoir planifié un attentat terroriste

0
154

Paru dans The Daily Archives

Un adolescent britannique national-socialiste qui risque la prison pour avoir planifié une attaque a affirmé avoir été informé d’une descente de police par un membre de son réseau NS.

Le jeune homme de 17 ans, qui a contribué à la plateforme en ligne Patriotic Fascist Forge, a écrit dans son journal qu’un ami du groupe lui avait dit que des officiers allaient fouiller sa maison.

Il a ensuite commencé à supprimer des fichiers de ses appareils numériques un mois avant d’être arrêté dans le comté de Durham.

La police antiterroriste a déclaré que les enquêteurs avaient réussi à récupérer le matériel, et qu’ils n’avaient trouvé aucune autre preuve d’un tuyau.

L’adolescent, qui ne peut être identifié pour des raisons juridiques, a été reconnu coupable d’avoir « planifié un attentat terroriste » entre octobre 2017 et mars 2019 après un procès au tribunal de la Couronne de Manchester.

Il a également été reconnu coupable de « diffusion d’une publication terroriste », de « possession d’un article à des fins liées au terrorisme  » et de trois chefs d’accusation de « possession d’un document ou d’un dossier contenant des renseignements susceptibles d’être utiles à un terroriste ».

Le tribunal a entendu qu’« il a identifié des cibles à Durham, notamment des écoles, des pubs, des bâtiments municipaux et des bureaux de poste » dans son propre manifeste.

Il a écrit qu’il prévoyait de perpétrer des incendies criminels avec des cocktails Molotov sur des synagogues locales et a fait l’éloge d’Adolf Hitler dans un article de journal comme étant pour le moins courageux.

La police a saisi des documents manuscrits et de la littérature nationaliste dans sa chambre lors d’une perquisition le 13 mars, tandis que l’analyse de ses appareils informatiques et de son téléphone portable a révélé des recherches sur Internet concernant des armes à feu, des explosifs et des couteaux.

Lors de sa première comparution devant le tribunal de première instance de Westminster en avril dernier, le procureur Kristel Pous a déclaré « Entre le 10 et le 14 février, il a été informé par le réseau Fascist Forge que la descente de police était imminente, et il a procédé à la suppression de tous ses fichiers. La magistrate en chef Emma Arbuthnot a déclaré : « Je suis très inquiète qu’il ait été averti. Est-ce que la police enquête là-dessus ? »

Une porte-parole de la police antiterroriste du Nord-Est a dit que la demande avait été examinée mais qu’aucune autre preuve n’avait été trouvée.

« Dans son journal, il est mentionné qu’un ami l’a informé de son activité en ligne et qu’il va commencer à effacer des choses », a-t-elle dit.

« Tout cela a fait l’objet d’une enquête, y compris les relevés téléphoniques. Bien qu’il y ait des preuves qu’il a supprimé un certain nombre de fichiers vers le 14 février, il n’y a pas de preuves réelles pour appuyer le fait qu’il a été informé ou qu’il a impliqué une tierce partie. Tous les fichiers supprimés à ce moment-là ont été récupérés. »

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !