Le chant de guerre de Callinos

0
220

LE CHANT DE GUERRE DE CALLINOS

Callinos (en grec ancien Καλλῖνος / Kallĩnos) est un poète grec de la fin du VIIe siècle av. J.-C., considéré comme le père de la poésie élégiaque.

Noble et glorieux est celui qui combat

Pour son peuple et sa famille contre l’ennemi.

Puisque la mort vient au moment choisi par le Destin,

Mettant fin au fil de la vie,

Avancez en brandissant haut la lance

Et les boucliers protégeant les cœurs braves

Quand vient l’heure de la bataille.

On ne peut échapper à la mort,

Car c’est le destin de tous les mortels,

Même s’ils prétendent descendre des dieux.

Devant le sifflement des javelots de la bataille furieuse

Beaucoup se sont enfuis jusqu’à leur maison,

Mais même là, leur destin de mort les attend,

Et ils meurent sans être aimés ni pleurés par leur peuple,

Alors que le brave est pleuré par tous,

Qu’ils soient de haute ou de basse naissance.

Toute la communauté pleure les braves qui meurent,

Et s’ils vivent, ils sont salués comme des dieux,

Exaltés par ceux qui les voient.

Car les actions d’un grand nombre,

Ils les ont accomplies seuls.

(traduit du grec ancien par David Myatt)

———————————————————————————————–

Le lien tranché

Par Steven

Comme je méprise votre immense nécropole

Dépourvue de Sang et de Sol,

Décadente et pourrie

Comme les cœurs et les âmes de mon Peuple

Mourant, empoisonné…

Celui qui a coupé ses racines

Ne peut qu’attendre la chute

Comme un arbre mort.

Les hauteurs ne peuvent pas être atteintes

Par celui qui veut ramper,

Un but ne peut pas être trouvé

Tant qu’une base n’est pas posée,

Les fondations sur lesquelles

Une nation est construite :

Le Sang et le Sol.

(traduit par Volchok)

———————————————————————————————–

Le sang seul

Par Markku Siira

Le temps dira

De quel coté souffleront les vents

Tel est le cours de tous les êtres.

Cette bataille de tous les temps,

Le Sang contre l’Argent,

Une goutte de sagesse obscure

Est plus précieuse que la richesse.

A travers le sol de la Patrie

Des yeux fatigués nous regardent,

Le Père du combat nous promet ce Destin.

Gardez vivant notre rêve de jeunesse,

Le déclin est la porte vers des temps nouveaux,

L’étoile du soir dans nos yeux,

Nous ne faisons qu’un avec la vague,

Fermer nos yeux maintenant serait une lâcheté,

Savoir, c’est oser et c’est agir,

Le sang seul fait tourner la Roue.

(traduit par Volchok)

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !