Persécuté par le gouvernement juif français, l’opposant Alain Soral s’exile en Suisse

0
424

Paru dans Démocratie Participative

Je ne vois plus trop ce qui distingue la France juive de 2020 et l’Union Soviétique des années 70.

Quelques jours après la nouvelle condamnation d’Hervé Ryssen à 8 mois de prison ferme par les tribunaux rabbiniques, la presse suisse annonce qu’Alain Soral doit s’exiler en Suisse pour échapper aux persécutions hébraïques.

Le Tribune de Genève :

Alain Soral quitte Paris et la France avec armes et bagages. En novembre dernier, nous annoncions son déménagement à Lausanne. Il a désormais formellement déposé ses papiers dans la ville. «Pour répondre à votre question, M. Alain Bonnet (ndlr: nom d’usage du personnage) a procédé à son inscription définitive auprès du Contrôle des habitants. Dès lors, officiellement, il habite en résidence principale depuis le 15 janvier 2020 à Lausanne», confirme le municipal de la Sécurité, Pierre-Antoine Hildbrand. L’antisémite et négationniste français de 61 ans habite toujours dans le quartier de la synagogue, au centre-ville, dans un petit appartement.

Un appartement avec vue sur la synagogue.

Une mesure de sûreté des plus heureuses.

Il faut tenir ces sales juifs à l’oeil.

A la moindre faute d’inattention, votre eau est empoisonnée.

Le déménagement en Suisse est complet. Alain Soral habite dans la capitale vaudoise. Ses affaires sont à Genève. Le penseur est le président de l’association Égalité & Réconciliation (E & R), qui diffuse sur internet ses thèses politiques. Les amateurs peuvent, depuis 2018, lui verser de l’argent via l’association des Amis genevois de la tolérance qui est domiciliée à Genève, à l’adresse de l’étude de l’avocat Pascal Junod. Ce dernier défend l’humoriste sulfureux Dieudonné, un proche d’Alain Soral qui est accusé d’avoir tenu des propos négationnistes lors de spectacles en Suisse romande. Précisons enfin que Me Junod héberge aussi dans son étude son confrère français Damien Viguier qui s’occupe, lui, des intérêts du président de E & R en France.

Cette association est une excellente mesure.

Vous n’avez pas idée des manoeuvres auxquels recourent ces juifs perfides pour faire taire quiconque osent défier leur tyrannie.

Nous-mêmes, à Démocratie Participative, devons utiliser la cryptomonnaie Monero pour financer nos activités.

Nous les privons de sommeil. Littéralement.

Les juifs derrière ces méthodes de gangsters sont ceux de « Stop Hate Money », une organisation du crime organisé israélien gérée par Tristan Mendès, descendant de trafiquants d’esclaves de Bordeaux.

Bonjour,@KeyyoCom@bouyguestelecom, Alain Soral (plusieurs fois condamné par la justice française) utilise vos numéros spéciaux pour financer son discours de haine.
Le saviez-vous ? Est-ce en accord avec les valeurs que vous portez ?#stophatemoneyhttps://t.co/ZNS7wskhv3
— Stop Hate Money (@stophatemoney) January 10, 2020

C’est ce qui se passe quand ces juifs tiennent totalement un pays entre leurs mains : ils persécutent toute forme d’opposition.

Vous devenez un étranger sur la terre de vos ancêtres.

L’inscription définitive à Lausanne a été effectuée sept jours avant une échéance juridique importante. La prison pend au nez d’Alain Soral. La 13e chambre du Tribunal de grande instance de Paris l’a en effet condamné à 1 an ferme le 15 avril 2019 pour négationnisme. L’homme n’était pas présent dans la salle. Un mandat d’arrêt a alors été prononcé, puis suspendu à cause d’un recours. La Cour d’appel devait justement se déterminer le mercredi 22 janvier. «Un coup de théâtre», selon «Le Point», a reporté l’issue des débats à ce printemps.
«Il échappe encore une fois à la prison. Mais les condamnations s’amoncellent, se suivent les unes après les autres. Il va bientôt se retrouver derrière les barreaux», explique Marc Knobel. L’historien français est le président de J’accuse!. L’association qui lutte contre l’antisémitisme sur le Net est une des parties civiles contre Alain Soral. «Il a changé d’attitude. Avant, il s’affichait avec ses sympathisants dans les audiences qu’il exploitait comme une tribune politique. Depuis peu, il ne vient plus. Mercredi, il était absent. Personne ne savait où il était. Son avocat n’a pas confirmé à la Cour s’il résidait toujours en France.»

Marc Knobel, cette bouche menteuse.

Il est également ventriloque et fait parler les nègres pour le compte des youtres.

Cette race arrogante parade tant qu’elle tient les juges entre ses mains.

Mais l’histoire parle plus fort que qu’un million de ces petits youtrons fanatiques.

Tôt ou tard, ils tombent de leur piédestal.

La nouvelle de la domiciliation définitive dans la capitale vaudoise n’étonne pas Marc Knobel. «Il fuit la justice française. C’est aujourd’hui un exilé.» Selon lui, Alain Soral veut poursuivre ses activités «scélérates» au bord du lac Léman. «Il a simplement déplacé son quartier général de Saint-Denis à Lausanne.» L’historien ajoute: «Nous ne lâcherons rien en France. Et en Suisse, des associations l’attendent de pied ferme. Qu’il sache qu’elles prendront le relais.»

Ha ! « Des associations ».

La branche suisse de l’internationale terroriste juive.

Regardez comme ces sales juifs arrogants usent de la menace.

Les mêmes qui passent leur temps à geindre pour circonvenir le goy en se faisant passer pour des victimes.

Ces criminels vont jusqu’à se poser en arbitre de la morale universelle.

Quelle ignoble race de rats.

Johanne Gurfinkiel est le secrétaire général de la Coordination intercommunautaire contre l’antisémitisme et la diffamation (CICAD) à Genève. Le responsable avait déjà indiqué dans ces colonnes suivre de près les activités helvétiques d’Alain Soral. «Nous suivons avec intérêt ses déclarations. Installé désormais en Suisse, il va devoir se conformer à la loi. L’article 261 bis de notre Code pénal qui punit les propos discriminatoires et négationnistes décrit précisément les limites à ne pas franchir. Et soyez assuré que nous resterons vigilants face à ce prédicateur de haine.» La CICAD poursuit déjà Dieudonné en justice.

Un yid prend aussitôt le relais dans le pays voisin : la cinquième colonne youtre dans toute sa gloire.

Visez le faciès de la conspiration juive en Suisse.

Le président de E & R se dit Franco-Suisse. Cette double nationalité est évoquée comme une des explications possibles de ce déménagement. L’avocat de la CICAD Philippe Grumbach explique que la Suisse, comme tous les États de droit, n’extrade pas ses ressortissants. La Confédération ne pourrait ainsi pas répondre positivement à une demande en ce sens formulée par la France. «À teneur de la Convention européenne d’extradition, Alain Soral pourrait, en revanche, être jugé à nouveau pour les mêmes faits mais non pas amené à purger une peine française en Suisse», poursuit le spécialiste du droit. Contactés, Alain Soral et Pascal Junod n’ont pas voulu faire de commentaire.

Le climat en Suisse est différent de celui de la France en dépit des menaces que profèrent ces hyènes écumantes de rage.

Les juifs ne pourront pas persécuter avec autant d’aisance Soral en territoire helvétique. Et certainement pas sans faire exploser l’antisémitisme dans ce pays.

Ces singes sont d’une profonde stupidité. Leur arrogance signe toujours leur perte, à toutes les époques. Ils ne peuvent pas tolérer qu’on les défie et s’empressent de secouer ciel et terre pour faire taire celui qui se moque ouvertement d’eux.

Plus ils se déchaînent, plus l’opinion apprend à les haïr et prend fait et cause pour le rebelle.

Sur le fond en tout cas, l’exil de Soral est particulièrement pédagogique. Les Français ne peuvent ne pas y voir la réduction spectaculaire de la liberté d’expression depuis que le pays est totalement sous la coupe des juifs. La loi Avia, un projet du CRIF, rencontre par exemple une très forte opposition dans l’opinion.

Les juifs parviendront à la faire passer mais au prix d’une explosion de la haine antijuive.

Soral, comme tout opposant, est toujours plus utile en liberté, fût-ce dans un état étranger, que dans une taule d’IDF. Une fois à l’intérieur, les juifs auraient monté des dossiers pour s’assurer qu’il y reste 5 ans ou plus.

D’ailleurs, tous les opposants passent toujours par l’exil. Il suffit de connaître l’histoire sur cette question.

Adolf Hitler n’a pu revenir dans son Autriche natale que 25 ans après l’avoir quittée.

Imaginez cela : 25 ans sans pouvoir déposer un simple bouquet de fleurs sur la tombe de ses parents en raison  de la haine farouche déployée par les juifs pour vous empêcher de rentrer dans votre pays.

Si pour un de ces nomades de Judée, c’est chose normale, pour le combattant aryen, c’est un sort cruel.

Adolf Hitler, persécuté par les juifs, se recueille sur la tombe de sa mère

Mais le plus important est de lutter encore et toujours pour libérer son pays de l’étreinte démoniaque des forces qui veulent sa perte.

Le juif est la tête de ces forces.

Ce qui compte, c’est que tous les opposants à la tyrannie juive échappent à ses griffes pour continuer de frapper l’hydre partout où c’est possible.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !

Les infos en primeur avec la newsletter GrandFacho.com !