L’écrivaillon Antoine Buéno se réjouit de la baisse démographique en France

0
304

Paru dans Blanche Europe

Encore une histoire de “réchauffement climatique”.

Pourtant, je n’entends personne demander aux nègres de limiter leurs naissances. Intéressant.

Le Point :

Les derniers chiffres de l’Insee viennent de tomber : il y a eu 6 000 naissances de moins en France en 2019 qu’en 2018. De même qu’il y en a eu 12 000 de moins en 2018 qu’en 2017, 14 000 de moins en 2017 qu’en 2016, 15 000 de moins en 2016 qu’en 2015 et 20 000 de moins en 2015 qu’en 2014. Depuis cinq ans, le nombre de naissances françaises ne cesse de chuter. Et c’est une excellente nouvelle pour la planète !

Des fous, nous sommes entourés de fous. La main droite des juifs nous vend de l’immigré pour compenser notre faible démographie et la main gauche se réjouit de cette faible démographie car cela arrangerait la planète.

En clair : les Blancs disparaissent et c’est génial.

Sous nos latitudes, nous avons en effet tendance à penser que seule la démographie des pays du Sud doit être maîtrisée. C’est mal comprendre l’impact de la démographie humaine sur l’environnement.

Je pense que je ne vis pas dans la même latitude que cette enflure. Lui, est totalement à l’Ouest, le derrière à l’Est, en direction de La Mecque.

En même temps, un nègre ne rejette pas beaucoup de CO² ! Pas vrai Mamadou ?

Tchiiiiiip !

Vouloir contrôler la démographie : pourquoi pas ? Mais à un moment, il faudrait brancher son cerveau. Même avec un point de vue biaisé, un Blanc éduqué avec un QI a trois chiffres, qui recycle et contribue intellectuellement à l’avancée de la Science vaudra mille fois mieux qu’un déchet afrobougne, addict aux KFC et au shit, qui ne fera jamais rien d’autre que de brûler des poubelles et des voitures pour se divertir.

Sauf que ce n’est pas le (((plan))).

Toute naissance exerce une pression supplémentaire sur notre écosystème, qu’elle ait lieu au nord ou au sud. Mais une pression de nature différente. Dans les pays pauvres, les êtres humains émettent peu de gaz à effet de serre par individu. En revanche, ils peuvent être obligés de saccager leur environnement immédiat pour survivre (défrichage, déforestation, braconnage, chauffage au petit bois). Et l’impact écologique des habitants du Sud est de plus une bombe à retardement dans la mesure où l’accession au développement est susceptible de le faire exploser dans les décennies à venir.

J’ai hâte de lire la suite, parce que jusqu’à présent, vous nous donnez d’excellents arguments pour génocider la race nègre dans l’instant.

Dans les pays développés, les émissions de gaz à effet de serre par individu sont aujourd’hui même bien plus importantes que dans les pays en développement. Ce qui fait que le poids écologique actuel d’un habitant du Nord est bien plus grand que celui d’un habitant du Sud. Du point de vue du réchauffement climatique, la naissance d’un seul Français est aujourd’hui une bien plus mauvaise nouvelle pour la planète que celle de dix Nigérians !

Dois-je ajouter que demain, 10 Nigérians brûleront leurs forêts pour chasser des animaux, pendant qu’un Français suivra des études pour faire progresser la médecine, la science ou l’écologie ?

Ce bourricot stupide nous parle d’avenir, en se basant sur le présent, uniquement le présent. Et ne parlons même pas de son argument sur la production de CO², cette arnaque juive ne devrait pas pouvoir être un argument. Un nègre qui pollue chaque cm² où il se trouve ne sera jamais meilleur pour l’écologie qu’un Blanc à haut QI.

On veut sauver la planète ! Il faut tuer les wacistes Blancs !

Heureusement, l’écrivaillon nous attendait au coin de la rue avec des arguments en béton !

Pour des raisons écologiques, c’est donc toute la démographie humaine qui doit être maîtrisée, et peut-être à court terme plus encore celle du Nord que celle du Sud. Mais dire cela provoque en général l’indignation. Une indignation parfois épidermique, de nature purement identitaire (pour ne pas dire raciste) : « C’est du suicide ! Vous voulez moins de Français alors que les Africains se multiplient comme des lapins ! » C’est le spectre de la submersion et du « grand remplacement » qui surgit. Un discours qui n’a évidemment pas de sens puisque, comme nous l’avons vu, c’est la démographie de toute l’humanité qui doit être maîtrisée. Si l’on ne peut que saluer la baisse du nombre de naissances françaises, c’est en militant concomitamment pour une baisse la plus rapide et la plus franche possible du taux de fécondité africain.

Pour contrer l’argument, totalement infondé, de Grand Remplacement, l’excuse est : oui, mais en fait il faut juste réduire pour tout le monde.

Ah bien entendu ! Donc on réduit à 0 enfants pour les Blancs et seulement 3 pour les nègres ? Tout le monde est d’accord ?

La stérilisation de masse de tout individu non-Blancs serait une bien meilleure idée. Et chaque Européen pourrait décider du nombre d’enfants qu’il souhaite. Pas bête ?

Par-delà les réactions identitaires, des raisons économiques objectives conduisent à concevoir la dénatalité comme un fléau dans les pays du Nord. Moins d’enfants, c’est moins de jeunes. La population vieillit. Ce qui menace le pacte social. En particulier celui qui conditionne le financement des retraites par répartition. Mais le problème du vieillissement dépasse de loin la seule question des retraites. Il remet en cause jusqu’au dynamisme économique et à l’orientation politique des pays concernés. Le vieillissement de la population est un vrai problème. Pas question ici de le nier. Mais comparé à celui de la crise environnementale, il ne peut que passer au second plan. La crise environnementale pourrait menacer jusqu’à notre survie, pas celle des retraites. La crise environnementale est existentielle, celle du vieillissement est sociale. Si nous ne sommes pas capables de réagir à la première, nous pourrions même ne pas avoir à nous poser la question de la seconde.

La disparition d’une population n’est qu’un problème secondaire ! La Nature sera protégée si seuls les Africains font des enfants.

Et il nous parle des retraites, comme si nous en avions quelque chose à faire.

De plus, le vieillissement de la population est un phénomène à l’impact complexe. Il peut avoir des effets positifs. Une population active plus restreinte implique un rééquilibrage du rapport de force entre travailleurs et employeurs. Le vieillissement est aussi générateur d’activité. C’est ce que l’on appelle la « silver économie ». Quant à ses effets négatifs, il est possible d’y remédier sans poursuivre la surenchère démographique en améliorant le taux d’emploi, en passant à un système de retraite par capitalisation et bien sûr en recourant à l’immigration. À ce stade du raisonnement, les plus fins de mes contradicteurs me font alors remarquer que remplacer des naissances françaises par des migrants nigérians est un jeu écologique à somme nulle… En apparence, c’est imparable.

Suivez bien le plan. On fais moins d’enfants, c’est mieux parce qu’on va pouvoir s’occuper des retraités. Et comme il n’y aura pas assez de jeunes : on fait venir des migrants qui, eux, auront fait des enfants !

N’est-ce pas prendre les gens pour des mougeons ?

C’est pourtant ne pas voir le tableau dans sa totalité. Parce que, bien sûr, dans le même temps, il faut continuer de décarboner notre économie. Évidemment, pour faire face à la crise environnementale, la démographie ne suffit pas. C’est notre mode de production qu’il faut réformer. Mais compte tenu de la gravité de la situation écologique et du temps que prendra la transition verte, si tant est que nous parvenions à la mettre vraiment en œuvre, nous ne pouvons pas non plus nous priver d’agir sur le levier essentiel du nombre d’êtres humains. Autrement dit, la mobilisation environnementale de l’humanité doit marcher sur ses deux jambes : celle de l’économie et celle de la démographie !

Conclusion

Il faut abattre le plus d’allogènes pour réduire le bilan carbone de la planète. Pensez aussi à graver le nom d’Antoine Buéno sur une balle, il l’aura bien méritée.

Faites des enfants Blancs. N’écoutez pas les agents du (((Système))) qui ne comprennent rien à l’écologie et font semblant d’en être les portes-paroles.

Seuls les Blancs Nationaux-Socialistes se soucient de leur environnement.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !

Les infos en primeur avec la newsletter GrandFacho.com !