Grâce aux plaintes juives continuelles, le carnaval d’Alost, en Belgique, sera encore plus « antisémite » cette année

0
428

Paru dans Christians for Truth

En raison du kvetching et du tordage de mains juifs incessants lors du défilé de l’année dernière, le carnaval annuel d’Alost, en Belgique, devrait se dérouler comme prévu le dimanche, avec encore plus d’éléments antisémites que les années précédentes :

Les organisateurs d’Alost ont vendu des centaines de « kits de rabbin » aux fêtards du carnaval, qui participent activement à son défilé, pour qu’ils se déguisent en hassids, qui comprennent des nez surdimensionnés, des payots et des chapeaux noirs. Cela s’ajoute au projet de ramener des chars similaires à celui de 2019, avec des poupées juives surdimensionnées, avec des rats sur les épaules, tenant de l’argent.
Le ministre des affaires étrangères, Yisrael Katz, a déclaré jeudi que « la Belgique, en tant que démocratie occidentale, devrait avoir honte d’autoriser un tel étalage antisémite vitriolique. Je demande aux autorités de condamner et d’interdire ce défilé haineux à Alost ».
L’ambassadeur en Belgique, Emmanuel Nahshon, s’est prononcé ouvertement contre le défilé et a déclaré au Jerusalem Post que « il est très dommage qu’un tel carnaval antisémite soit autorisé. Alost est la seule ville en Europe où un tel carnaval est autorisé ».
« Nous appelons les autorités belges, y compris les autorités de la ville d’Alost, à changer d’avis », a déclaré M. Nahshon. « Nous avons encore [du temps] avant le carnaval et nous espérons que la raison prévaudra et que les chars antisémites seront enlevés ».
Si le défilé se déroule comme prévu, « ce sera une tache morale sur la Belgique », a-t-il ajouté.
« La lutte contre l’antisémitisme est aussi un combat israélien. Israël doit être très clair sur la question », a déclaré M. Nahshon.
Le carnaval d’Alost a perdu sa place sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO à la fin de 2019, après que le maire de la ville belge ait refusé de retirer l’imagerie antisémite du défilé.
Le défilé de cette année devrait cibler spécifiquement les Juifs pour les moqueries en raison de la controverse et de la perte de leur statut à l’UNESCO.
Le carnaval a longtemps été un lieu de manifestations fanatiques en général – y compris des participants au blackface et des spectacles se moquant des musulmans – et généralement d’images spécifiquement antisémites. En 2013, selon la JTA, les fêtards du carnaval en uniforme nazi tenaient des boîtes de conserve étiquetées « Zyklon B » tout en marchant avec d’autres participants habillés comme des prisonniers de camp de concentration.
Si plusieurs responsables belges se sont élevés contre le défilé, aucune mesure gouvernementale n’a été prise à son encontre. L’une des raisons en est la montée du Vlaams Belang, un parti populiste d’extrême droite aux racines néo-nazies, et la crainte que l’interdiction des chars antisémites fasse le jeu…
Bien que la Belgique compte une importante communauté juive, elle ne prévoit pas de manifestations organisées contre le carnaval, une source affirmant qu’ils craignent d’attirer une attention négative sur eux et de provoquer éventuellement la violence en allant contre la culture dominante.
En outre, une lutte juridique contre le défilé serait un défi, car selon la loi belge, on ne peut être inculpé pour incitation raciale que si l’on a ciblé et blessé une personne spécifique.
Au début de cette semaine, trois professeurs belges experts en antisémitisme, Vivian Liska, Didier Pollefeyt et Klaas Smelik, ont demandé dans un éditorial abondamment cité dans De Morgen que les médias n’affichent pas les images antisémites de la parade dans les médias.
« Nous ne voulons pas commettre de censure, mais nous voulons souligner le danger de diffuser ce type de caricature anti-juive », a déclaré Smelik sur la radio belge Radio 1. « Dans le passé, on a pu constater l’influence qu’elles peuvent avoir sur l’opinion des gens ordinaires ».
…En décembre, le maire d’Alost, Christoph D’Haese, du parti nationaliste flamand N-VA, a soutenu que le défilé se moquait de nombreux groupes différents et ne devait pas être censuré.
« Nous ne sommes ni antisémites ni racistes, et quiconque dit cela est de mauvaise foi », a-t-il déclaré.

Nous ne devons pas oublier que les Juifs sont les seuls arbitres dans nos sociétés de ce qui est drôle et de ce qui ne l’est pas, ce qui les rend absolument sourds à l’humour des autres.

En fait, si les Juifs n’aiment vraiment pas votre sens de l’humour, ils vous feront jeter en prison juste pour faire de vous un exemple.

Cela dit, il serait difficile de trouver un pays moins « antisémite » que la Belgique, y compris Israël, et il n’y a absolument aucune mauvaise intention derrière ce défilé.

Les Polonais, qui connaissent les Juifs mieux que tout autre peuple européen, se moquent d’eux de la même manière enjouée.

Et les Juifs réagissent à cet humour en courant comme des poules mouillées, prétendant que les Belges sont sur le point de ramasser des fourches et des torches, de rassembler tous les Juifs innocents et de les jeter dans des « chambres à gaz » déguisées en douches.

La réponse des Juifs à tout ce qu’ils n’aiment pas ou n’approuvent pas est une censure draconienne, et si cela ne marche pas, des procès interminables et coûteux – et souvent frivoles.

C’est précisément ce genre d’intolérance spontanée de la part des Juifs eux-mêmes qui crée l' »antisémitisme », qui donne à leurs antagonistes des « munitions » sans fin à utiliser contre eux.

Mais parce qu’ils refusent de bouger d’un pouce et d’accepter la moindre responsabilité pour les mauvais sentiments que les gens ont à leur égard, ce cycle sans fin de reproches et de récriminations va probablement se poursuivre pendant encore 2 000 ans, ou jusqu’à ce que les Juifs aient amassé suffisamment de pouvoir pour simplement envoyer leurs troupes de choc de la Tcheka et nous réduire au silence avec des battes de baseball :

« Si [les Juifs] avaient le pouvoir de nous faire ce que nous sommes capables de leur faire, aucun d’entre nous ne vivrait une heure. Mais comme ils n’ont pas le pouvoir de le faire publiquement, ils restent nos meurtriers quotidiens et des ennemis sanguinaires dans leur cœur ».
 – Martin Luther (1483-1546) : « Sur les Juifs et leurs mensonges »

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !