L’effondrement du mensonge de la propagande des 4 millions d’Auschwitz et les conséquences (6)

0
325

Mensonges de propagande oubliés

par Carlo Mattogno

Ce texte correspond à la sixième partie de l’article A U S C H W I T Z 27 JANUARY 1945 – 27 JANUARY 2005: SIXTY YEARS OF PROPAGANDA, Origins, development and decline of the “gas chamber” propaganda lie [2005 text, revised, corrected and updated] paru sur Janv27.org.


 

Avec l’effondrement du système soviétique, les laquais soviétiques du musée d’Auschwitz, qui s’étaient toujours prosternés dans une vénération obséquieuse devant le chiffre fatidique des 4 millions jusqu’à la veille même – car ledit chiffre a toujours été considéré comme ridicule dans l’Ouest non communiste 133 – ont décidé que le moment était venu de procéder à une bruyante révision à la baisse de leur version du nombre total de morts, qui a donc d’abord été réduit à 1 500 000 (aujourd’hui inscrit sur les célèbres dalles de pierre de Birkenau), puis à 1 100 000. Les révisions officielles ultérieures, jusqu’à un total provisoire de 510 000 victimes (Fritjof Meyer), ne sont que la conséquence inévitable d’aperçus fugaces – évidemment hétérodoxes – de l’imposture scientifique qui imprègne toute l’histoire officielle de l’Holocauste.

Cet effondrement a eu un effet désastreux sur l’histoire de la propagande de l’Holocauste. Comme nous l’avons déjà dit, les témoignages et le chiffre de propagande des 4 millions de morts étaient étroitement liés dès le début, de sorte que l’invalidation des témoignages impliquait l’invalidation du chiffre total des morts, alors que l’invalidation du chiffre total des morts aurait impliqué l’invalidation des témoignages et, par conséquent, l’invalidation de la théorie de l’extermination de masse !

En d’autres termes, si les témoignages étaient vrais, alors le chiffre de 4 millions de morts devrait l’être aussi. Si ce chiffre est faux, alors les témoignages doivent l’être aussi. Et si les témoignages sont faux quant à l’élimination du corps du délit [c’est-à-dire des cadavres ou des preuves], pourquoi seraient-ils vrais quant à l’aspect essentiel de la prétendue extermination elle-même ? 134.

Avec la renonciation au chiffre de propagande des 4 millions de morts, l’historiographie officielle elle-même a en fait déclenché ce processus irréversible d’invalidation historiographique.

Quelques « survivants », en revanche, contribuent à cette invalidation pour leur propre compte. Dans une interview publiée dans un journal français le 20 janvier 2005, un témoin italien du « Sonderkommando », Shlomo Venezia, a déclaré

« Il y a cinq fours avec trois ouvertures dans chaque four. Ils ont jeté les corps dedans, deux à la fois. Les fours fonctionnaient sans jamais s’arrêter. Il y avait deux escouades qui travaillaient par tranches de douze heures. Il fallait trois jours pour brûler 1 500 corps » 135.

Cela signifie que les crématoires II et III, équipés chacun de 5 fours à trois moufles, avaient respectivement une capacité de 500 crémations par jour. Mais dans son interrogatoire rendu devant les Soviétiques les 27 et 28 février 1945, le « témoin oculaire » par excellence, Henryk Tauber, a déclaré que la capacité moyenne de crémation de chacune des installations ci-dessus était de 4 320 corps par jour 136. Venezia se révèle donc inopinément être un « négationniste » ! 137

Références :

133 “…the figure of four million is ridiculous”: G. Reitlinger. La soluzione finale. Il tentativo di sterminio degli Ebrei d’Europa 1939-1945. Il Saggiatore, Milan, 1965, p. 559.

134 See my study, Il numero dei morti di Auschwitz. Vecchie e nuove imposture, in: Heft von Auschwitz, Effepi, Genoa 2004.

135 Le Point, 20 January 2005, p. 15-16.

136 Record of interrogation of Henryk Tauber dated 27-28 February 1945. GARF, 7021-108-13, p. 1-12. The figure is deduced from the data provided by Tauber.

137 Still in 2002, Venezia stated that the above mentioned crematory capacity was 550-600 bodies per day. See my analysis of his testimony in Olocausto: dilettanti a convegno. Effepi, Genoa 2002, p. 156.


De AUSCHWITZ – 27 JANUARY 1945 TO 27 JANUARY 2005: SIXTY YEARS OF PROPAGANDA par Carlo Mattogno, traduit en anglais à partir de l’original italien pour jan27.org par Carlos Porter. Le livre est entièrement archivé sur ce site : ICI.


Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !

Mensonge d’Auschwiz : Les historiens se précipitent pour soutenir la propagande officielle (7)