Le secret de l’anti-gravité

0
481

LE SECRET DE L’ANTI-GRAVITE

« Une grande partie de l’expertise (étasunienne) en matière d’anti-gravité, remontait à des décennies et plus particulièrement à l’Allemagne national-socialiste. La plupart des projets d’ingénierie du cabinet Skunk Works (de Lockheed) sont issus à la base de la technologie et de l’expertise allemandes pillées par les Alliés à la fin de la Seconde Guerre mondiale. L’Allemagne était un trésor de technologies attractives, allant de l’armement à l’électronique, en passant par les textiles et la médecine. »

(Nick Cook, consultant en aérospatiale pour le journal Jane’s Defence Weekly, écrivant dans le Daily Mail, 19 août 2001)

« A la fin de la Seconde Guerre mondiale, Américains et Soviétiques s’emparèrent des savants du IIIe Reich et s’approprièrent ainsi tous leurs travaux, recherches… et découvertes ! Parmi ces prises de guerre figurent les recherches sur la gravité, effectuées par le colonel SS Kammler (…).

les nationaux-socialistes eurent une approche de la science et de l’ingénierie totalement différente de celle des autres, car leur idéologie était également basée sur une vision du monde différente. (…)

…Le Polonais continua : ‘Les Allemands ont ignoré Einstein, et développé une approche de la gravité basée sur la théorie des quanta. Il ne faut pas oublier que pour les nazis, la théorie de la relativité avec sa vision de l’univers représentait la science juive. L’Allemagne était le berceau de la mécanique quantique. Aussi les Allemands ont-ils considéré la gravité d’un point de vue différent des autres. Cela a pu leur donner la réponse à des questions que les partisans de la relativité ne pouvaient résoudre.’ »

(extrait de Louis-Christian Gautier, Le secret de l’anti-gravité, 2008)

L’auteur se base sur le livre (en anglais) de Nick Cook, The Hunt for Zero Point, Londres 2001 ; il s’intéresse notamment à l’« avion furtif » américain, qu’il considère comme « la percée technologique la plus importante depuis la bombe atomique » (comme on le sait, « l’aile volante » est un concept allemand, les Américains ayant repris le projet du Horten dont un prototype fut testé par les Allemands à la fin de 1944).

A noter aussi ce passage de la petite uchronie de G. Faye, à la fin de son livre majeur :

« – Oh ! Qu’est-ce que c’est ?

(…) Au-dessus du faîte des sapins, derrière un escarpement, elle avait repéré un engin bizarre, éclairé par le soleil.

– C’est une ‘Barge’ des F.A.F., les Forces Armées Fédérales.

Un gros parallélépipède de forme oblongue, légèrement recourbé aux extrémités, d’une vingtaine de mètres de long. Ressemblant vaguement à une barge fluviale à fond plat, l’engin flottait en tournoyant sur lui-même, survolant les arbres. (…)

Le principe : la barge est construite dans un nouveau matériau ultraléger, le keflon, qui pèse moins lourd que le coton, mais qui est aussi résistant que l’acier. Elle flotte dans l’air, parce que dans le centre de l’appareil on a fait le vide atmosphérique. Elle est pilotée depuis le sol et se meut grâce à des mini-réacteurs à neutrons. (…) Elle peut voler à 10 mètres du sol comme à 15.000 mètres, sans bruit, peu repérable. La firme Typhoone a déclaré récemment qu’elle mettait au point une nouvelle génération de Barges concurrentes beaucoup plus performantes, car fonctionnant à l’anti-gravitation… »

(Guillaume Faye, L’archéofuturisme, 1998)

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !

NS Girls album