Des centaines de juifs américains ont commencé à toucher jusqu’à 400,000 dollars par tête du contribuable français pour avoir survécu aux trains génocidaires de la SNCF

0
337

Paru dans Démocratie Participative

Saviez-vous que les juifs d’Amérique étaient en train de se goinfrer sur votre dos grâce à François Hollande et Manuel Valls ?

NPR :

Environ trois quarts de siècle après la fin de l’Holocauste et l’extermination de 6 millions de Juifs, certains survivants, ainsi que les familles et les successions des victimes, reçoivent des réparations de la France, en reconnaissance du rôle du gouvernement dans leur déportation vers les camps de la mort nazis par les trains français.
Quarante-neuf personnes qui sont sorties vivantes de l’Holocauste reçoivent environ 400 000 dollars chacune, selon l’ancien ambassadeur Stuart Eizenstat, conseiller expert du département d’État sur les questions relatives à l’Holocauste, qui a aidé à négocier l’accord.

Sans oublier les pensions de reversion des retraités de l’Holocauste :

Il a indiqué que 32 conjoints de déportés décédés recevront jusqu’à 100 000 dollars, en fonction de la durée de vie de leur conjoint. Les héritiers et les successions des déportés ou de leurs conjoints seront également payés.
Cet argent est la deuxième et dernière tranche de 60 millions de dollars que la France a versés à la suite d’un accord de 2014 en échange de la renonciation des bénéficiaires à leur droit de poursuivre en justice.

Une douloureuse présentée par Valls, éternellement lié à Israël.

 

Une escroquerie rendue possible par le Département d’Etat US (ministère des Affaires Étrangères) contrôlé par les juifs et transformé en organisation de recouvrement des dettes imaginaires.

Le programme de traitement des demandes d’indemnisation pour les déportations liées à l’Holocauste du département d’État a été chargé de traiter les demandes et de répartir les fonds spécifiquement pour les victimes non françaises expulsées de France via le réseau ferroviaire public S.N.C.F. Ce groupe n’avait pas droit à une indemnisation au titre d’accords et de règlements antérieurs.
« Ces personnes ont été largement ignorées », a déclaré M. Eizenstat.
Leo Bretholz, qui en 1942 s’est échappé d’un train français à destination d’Auschwitz, a contribué à changer cela. Après s’être installé dans le Maryland, il s’est battu pour empêcher la S.N.C.F. de faire une offre sur un système ferroviaire local et a également exhorté la France à payer des réparations.
L’homme né à Vienne est mort en 2014 à l’âge de 93 ans. Mais Eizenstat a déclaré que ses héritiers recevaient environ 400 000 dollars dans le cadre de l’accord.
Au total, Eizenstat a indiqué qu’environ 900 personnes ont été approuvées.
« Il s’agit de justice, de reconnaissance et de sentiment de reconnaissance », a déclaré à NPR Greg Schneider, vice-président exécutif de la Conférence sur les revendications matérielles des Juifs contre l’Allemagne.

Oui, goy.

There is no business like the shoah business

« Un sentiment de reconnaissance »

Et pour certains, les fonds constituent également une bouée de sauvetage financière.
Des études montrent que de nombreux survivants de l’Holocauste vivent au niveau ou en dessous du seuil de pauvreté pour de multiples raisons.

Après avoir survécu à l’Indicible, les juifs dorment sous les ponts depuis 75 ans.

Vous n’avez pas honte ?

« Il n’y a pas de richesse héritée », a déclaré M. Schneider à propos des survivants dont les biens familiaux ont pu être volés pendant l’Holocauste. « Ils peuvent avoir été privés de possibilités d’éducation. Quand d’autres étaient au lycée, ils étaient à Auschwitz, donc ils n’ont pas pu se construire une carrière ».

Même pas un lycée professionnel pour apprendre un boulot manuel aux survivants des chambres à gaz auxquelles personne ne survit.

Du coup, les juifs ont bien dû se recycler dans l’activité lucrative du Devoir de Mémoire.

Les survivants âgés peuvent également ne pas pouvoir compter sur leur famille – anéantie par l’Holocauste – pour les aider lorsqu’ils deviennent infirmes.
« Ils ont l’impression que cette aide est transformatrice », a déclaré Eizenstat à propos des bénéficiaires, « donc dans leurs années de déclin, comme ils ont besoin de soins médicaux, cela peut les aider ».

Sans l’argent des goyim français, ces pauvres millionnaires juifs de New York n’auraient pas de retraite.

Ils ne pourraient plus survivre aux chambres à gaz.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !