Le nombre de bébés avortés ayant une fente labiale et palatine a doublé au cours des 10 dernières années au Royaume-Uni

0
365

Paru dans Christians for Truth

Les avortements pratiqués sur des bébés à naître présentant une fente labiale et palatine ont considérablement augmenté en Angleterre et au Pays de Galles depuis 2011. Les données publiées récemment montrent les derniers chiffres avec une augmentation de 150 % :

Le nombre d’avortements est passé de 10 en 2011 à 25 en 2018, mais les interruptions de grossesse ne sont pas toujours signalées et ces chiffres sont susceptibles d’être plus élevés.
Eurocat suit les irrégularités congénitales dans 23 pays et a découvert que 157 bébés à naître présentant une fente labiale et palatine ont été avortés en Angleterre et au Pays de Galles entre 2006 et 2010, selon Right to Life UK.
Dans un rapport de 2014, le ministère de la santé a enregistré 14 avortements pendant cette période – puis a admis que certaines interruptions de grossesse pour cause de handicap avaient été enregistrées de manière incorrecte.
La coordinatrice nationale d’Eurocat, Joan Morris, a déterminé que le nombre de bébés avortés en 2010 atteints du syndrome de Down a doublé, passant de 482 à 886.
Morris a déclaré : « Les bébés sont avortés pour la trisomie 21 et ils ne le mentionnent toujours pas sur le formulaire d’avortement, donc s’ils ne peuvent pas le faire pour la trisomie 21, pourquoi mettrait-on une fente labiale ?
Les femmes peuvent avorter jusqu’à la naissance en Angleterre, au Pays de Galles et en Écosse si le bébé est handicapé. Cela inclut le syndrome de Down, la fente labiale et le pied bot.
Les mères d’enfants nés avec une fente labiale et palatine se disent choquées par les mesures extrêmes d’avortement que le gouvernement envisage en Irlande du Nord et qui permettront aux bébés atteints de ces affections d’être interrompus jusqu’à la naissance.
Terri Thomas a déclaré à Right To Life UK que « lire que certaines personnes en Irlande du Nord peuvent maintenant envisager une interruption de grossesse simplement à cause d’une fente labiale ou palatine est tellement bouleversant ».
Le « Comité des droits des personnes handicapées » des Nations unies du Royaume-Uni, de la Grande-Bretagne et de l’Irlande du Nord a suggéré un amendement à la loi sur l’avortement concernant le « handicap » afin qu’elle ne sépare pas les bébés handicapés.
La Commission pour l’égalité et les droits de l’homme a déclaré que cet élément de la loi sur l’avortement « est offensant pour de nombreuses personnes ; il renforce les stéréotypes négatifs sur le handicap et est incompatible avec une valorisation égale du handicap et du non-handicap ».

La science médicale a fait de grands progrès avec de nouvelles techniques chirurgicales révolutionnaires pour réparer les fentes labiales et palatines défigurantes, mais vous ne lirez que rarement les nouvelles sur ces progrès.

Malgré cela, cette condition est toujours considérée comme une justification légale de l’avortement en vertu de la loi britannique.

Et l’idée que les fentes labiales et palatines soient considérées comme des handicaps égaux en vertu des lois sur l’avortement est manifestement absurde.  Les fentes labiales peuvent maintenant être réparées à un point tel que vous ne sauriez jamais que l’enfant en a eu une.

Mais les partisans de l’avortement savent que les femmes motivées par la peur prendront toujours la « bonne » mauvaise décision.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.