La « tolérance », une arme psychologique pour détruire les Blancs

0
597

La « tolérance », une arme psychologique

pour détruire les Blancs

« La tolérance et l’apathie sont les ultimes ‘vertus’ d’une société moribonde. »

(Aristote)

« (…) notre religion [chrétienne] glorifie plutôt les humbles voués à la vie contemplative que les hommes d’action. Notre religion place le bonheur suprême dans l’humilité, l’abjection, le mépris des choses humaines ; et l’autre [= le paganisme gréco-romain], au contraire, le faisait consister dans la grandeur d’âme, la force du corps et dans toutes les qualités qui rendent les hommes redoutables. Il me paraît donc que ces principes [chrétiens], en rendant les peuples plus débiles, les ont disposés à être plus facilement la proie des méchants. »

(Machiavel, Discours sur la première décade de Tite-Live)

« La seule chose nécessaire pour le triomphe du mal est que les honnêtes gens ne fassent rien. »

(Edmund Burke)

« Je réclame la tolérance au nom de vos principes et je vous la refuse au nom des miens. »

(Louis Veuillot)

[Une formule cynique qui a été parfaitement comprise par les envahisseurs moyen-orientaux et africains !]

« Il se laissait contaminer par ce fléau moderne : la tolérance. Il lui fallait tout tolérer, même ce qui le révoltait. »

(D.H. Lawrence, Le serpent à plumes, 1926)

« La tolérance est la vertu des hommes sans convictions. »

(G. K. Chesterton)

« …la tolérance… n’est, en dernier ressort, qu’une coquetterie d’agonisants. »

(Cioran)

« Mot fétiche de notre époque, la tolérance traduit soit une indifférence soit un état de faiblesse ou de renoncement que le faible adopte par tactique face à une situation qui lui échappe. Elle est un aveu d’impuissance individuelle ou collective qui conduit à la mort. On peut douter que les sociétés païennes antiques, sociétés généralement viriles et dotées de valeurs fortes, aient adopté un tel comportement mortifère. Le fort n’est jamais tolérant, mais magnanime. »

(Bernard Marillier, contribution dans Les nouveaux païens, 2005)

[L’auteur cité remarque au passage que « de nombreuses langues indo-européennes ignorent ce mot, ce qui est significatif ».]

« Le concept de tolérance a été créé pour détruire l’identité européenne. »

(Daria Dugina, vidéo sur Youtube, en français)

[Daria Dugina est la fille d’Alexandre Dugin.]

« On n’est pas obligé de respecter quelque chose simplement parce qu’elle existe. »

(Constantin von Hoffmeister)

« Notons qu’un peuple trop accueillant peut être chassé de chez lui. On l’a vu au Kosovo serbe. On le verra peut-être, pour commencer, dans certaines provinces de France. »

(Guillaume Faye, La colonisation de l’Europe, 2000)

« La tolérance, c’est l’histoire du jardinier qui ne veut pas enlever les mauvaises herbes parce que c’est interdit par les ‘droits de l’homme’… »

(« Arjuna »)

« Vous pouvez être remplis de gentillesse et d’amour, mais vous ne pouvez pas dormir à coté d’un chien fou. Si vous êtes faibles, votre pays deviendra musulman. »

(le moine bouddhiste birman Ashin Wirathu)

« Si vous êtes faibles et bons, quelqu’un de fort et de mauvais le remarquera, viendra, et prendra vos meilleures femmes, et réduira vos hommes en esclavage – c’est aussi simple que ça. »

(John de Nugent, sur son site web)

—————————————————————————————————————–

PACIFISME

« Faire la paix est source de grandeur, vouloir la paix est source de lâcheté. »

(Charles Péguy)

« Avoir la paix, le grand mot de toutes les lâchetés civiques et intellectuelles. »

(Charles Péguy)

« Vouloir tout le temps rechercher la paix est une maladie de peuples vieillissants. Intéressant paradoxe : ce sont les pacifistes qui provoquent les guerres d’agression contre leurs propres peuples, par leur refus de résister quand il en est temps. Nous aurons une guerre civile ethnique en Europe contre l’islamisme et certains colons du tiers monde parce que nous avons refusé, par pacifisme et humanitarisme, de leur fermer nos portes. »

(Guillaume Faye, Avant-guerre, 2002)

« La Paix est un idéal onirique de compensation et de consolation parce que la Guerre est une réalité indépassable. (…) Seule des civilisations profondément décadentes peuvent rechercher la Paix comme ultime objectif. Car, ce faire, c’est contrer la nature humaine et rechercher la paix ultime, le ‘paradis’ sur Terre, qui ne serait autre que la mort. »

(Guillaume Faye, op. cit.)

« Le pacifisme ignore le mal et repose sur la naïveté avec le grand renfort de la lâcheté. Il ne prône pas le combat contre le mal (qui accompagne toute véritable charité) mais prône la désertion, qui est toujours un crime. »

(Ivan Blot, La Russie de Poutine, 2016)

« Qui veut la paix au point de refuser le combat attire la guerre sur lui. »

(Ivan Blot)

« Pacifiques mais pas pacifistes. »

(dicton suisse)

« Pacifiste. – Personne n’ayant encore pas lu le Coran. »

(site web « Coranix »)

—————————————————————————————————————–

NON-VIOLENCE

« N’utiliser que la force de l’âme, sans jamais détruire par la guerre, ni même par aucune utilisation défensive de violence physique ? D’accord, mais en attendant que la force de l’âme soit efficace, la force asourique [= démoniaque] chez les hommes et les nations écrasera, brisera, massacrera, brûlera, polluera, comme elle le fait déjà aujourd’hui, mais elle le fera alors à son aise et sans rencontrer d’obstacles, et vous aurez peut-être autant détruit de vies par votre abstention que d’autres par le recours à la violence. »

(Sri Aurobindo, Essais sur la Gita)

« L’amour qui supprime la haine est une qualité divine dont à peine un homme sur un million est habité. Les saints possèdent cette qualité. Mais la masse de l’humanité ne peut s’élever à ces hauteurs. Et la politique s’occupe des masses, non des individus. Demander aux masses de se comporter comme des saints, d’atteindre les hauteurs de l’amour divin et de mettre cet amour en pratique avec leurs oppresseurs, c’est ignorer la nature humaine, c’est encourager l’injustice en paralysant la main libératrice qui s’apprête à frapper (…). L’hindouisme tient compte de la nature humaine. Il fixe un idéal pour le saint, et un autre pour le guerrier. Prescrire le même idéal pour tous, c’est la confusion des devoirs. La politique étant l’idéal du guerrier, nos actions politiques doivent être dirigées d’après la morale du guerrier. Imposer en politique les devoirs brahmaniques de sainte tolérance, c’est prêcher la confusion (…). Pour parvenir à la justice, l’épée du guerrier est aussi indispensable que la pureté du saint. »

(Sri Aurobindo, The morality of boycott)

« Pousser la non-violence jusqu’à son extrême [et] logique conséquence, c’est pour un individu, se laisser tuer sans se défendre, et pour une nation, accepter d’être annihilée sans résister. Seuls des sages ou des saints sont capables de demeurer strictement fidèles à cet idéal. Et si l’on peut rencontrer des sages ou des saints isolés, il n’a jamais existé de nation entièrement composée des uns ou des autres. »

(Alexandra David-Neel, L’Inde où j’ai vécu, 1950)

« Le concept de non-violence est un faux idéal. Il présuppose l’existence d’une certaine compassion et d’un certain sens de la justice de la part de l’adversaire, mais lorsque cet adversaire a tout à perdre et rien à gagner en faisant preuve de justice et de compassion, sa réaction ne peut être que négative. »

(George Jackson, militant noir américain)

« Dans cette guerre raciale qui fait rage, la non-violence est l’arme des multitudes. La violence, celle des minorités attaquées. Nous nous défendrons. Nous serons violents. »

(Jean Raspail, Le Camp des Saints, 1973)

« La non-violence ne profite qu’aux violents. »

(Roger Garaudy)

« Gandhi (…) avait-il compris… que la non-violence fait quelquefois plus de mal que la violence elle-même ? (…) la politique de non-violence pratiquée par Gandhi, son insistance à toujours céder à la minorité musulmane dans l’espoir qu’elle finirait par voir la lumière, firent un mal incalculable à l’Inde et encouragèrent Jinnah, le père du Pakistan, à durcir ses demandes. »

(François Gautier, Un autre regard sur l’Inde, 2000)

« …le credo de non-violence [du bouddhisme], aussi noble soit-il, introduisit [en Inde] un dangereux élément dans la vie d’un peuple, car il lui interdit de se défendre, même quand il en allait de sa survie la plus essentielle. Le Tibet et le Sri Lanka en savent quelque chose, eux qui ont payé ce prix-là. »

(François Gautier, Un autre regard sur l’Inde, 2000)

« La non-violence marche seulement quand vous avez la police pour vous protéger. En l’absence de la protection de la police, la non-violence est pratiquement l’équivalent du suicide. »

(Theodore Kaczynski, « Unabomber »)

« La vraie non-violence [ahimsa] n’est pas la non-résistance ou l’apaisement, mais la neutralisation des forces du mal ou de la violence [himsa] par l’effort ou la force selon les circonstances. »

(David Frawley, sur Twitter)

—————————————————————————————————————–

VIOLENCE

« La violence ne peut sauver une idée mourante, mais elle peut apporter une aide incommensurable à une idée montante. »

(Nikolaï Vassilievitch Ustryalov)

« Il y a une violence qui vient du chaos et qui y mène et il y a une violence dont l’essence est de former le cosmos. »

(Edouard Dujardin)

« Quand vous êtes confronté à une bête fauve, vous devez la traiter comme une bête fauve. »

(Harry Truman)

« Je ne suis pas naturellement un homme de violence, mais il y a une chose devant laquelle je recule plus que devant la violence ou ses conséquences, et c’est la pensée que les gens de notre peuple pourraient ne pas se lever pour rejeter la mort qui s’est accrochée à eux. »

(William Gayley Simpson, Which Way Western Man?)

« J’ai été un pacifiste toute ma vie. J’ai été un non-violent toute ma vie. Mais malheureusement, je ne crois plus au pacifisme, je crois à la violence. En face les puissants n’ont peur que de ça, n’ont peur que de la violence. Il n’y a que ça qui leur fait peur. »

(Xavier Mathieu, leader syndical des Conti)

—————————————————————————————————————–

AFFIRMEZ VOTRE DROIT A EXISTER !

« Etre signifie être quelque chose – quelque chose de défini. La volonté de n’être rien de défini est simplement la volonté de ne pas être. C’est l’effrayant telos de la civilisation occidentale moderne. Notre quête d’une fausse liberté est à la racine une volonté de nous effacer nous-mêmes du monde ; un désir de mort. La vie est identité, détermination, forme, ordre, hiérarchie, et limites. Ceux qui veulent affirmer la vie doivent affirmer toutes ces choses. Nous devons dire un grand Oui à tout ce qui dit un Non encore plus grand à notre hybris, une voix à laquelle nous modernes sommes devenus pratiquement sourds. »

(Collin Cleary, essai « Are We Free? »)

[Le mot « hybris » est un peu excessif ; « fierté » ou « affirmation de soi » semblent plus indiqués.]

« Affirmez votre droit à exister ! »

(Kai Murros)

—————————————————————————————————————–

MURS ET SEPARATIONS

« …toute forme implique des limites ; elle implique l’exclusion volontaire de ce qui n’entre pas en elle ou de ce qu’elle ne réussit pas à se subordonner. »

(Hermann von Keyserling, La Révolution mondiale et la responsabilité de l’Esprit, 1933)

« Le premier homme qui bâtit un mur fonda la civilisation. »

(Renaud Camus)

« La civilisation, c’est ce qui sépare. La culture, c’est ce qui distingue. La pensée, c’est ce qui discrimine. L’université, c’est ce qui sélectionne. »

(Renaud Camus)

« Empêcher toute discrimination, c’est revenir au néant ! »

(Thibault Mercier)

« A Athènes, seuls les natifs de la ville pouvaient participer aux affaires de la cité. Beaucoup de travailleurs étrangers étaient acceptés, mais ils restaient étrangers. Pourquoi ce choix ? Les Athéniens étaient loin d’être idiots. Ils avaient tout pensé 3000 ans avant nous. »

(tweet de Peter Columns, 19 septembre 2019)

« Les bonnes clôtures font les bons voisins. »

(dicton populaire)

[L’Europe, c’est le territoire des Blancs, des Européens de souche – le territoire exclusif, sans le partager avec quiconque ! Les Arabes et les Africains (et quelques autres) n’ont rien à faire en Europe ! Les Etats européens sont là pour défendre les ethnies européennes, pas pour défendre les « droits de l’homme » ou le « libre marché » ! La Hongrie l’a inclus dans sa Constitution (et la Russie s’apprête à faire de même) : l’Etat doit défendre l’identité ethnique du peuple (incluant l’identité raciale : les Européens sont des Blancs). On peut accepter un petit nombre de non-Européens comme résidents, mais on ne leur donnera jamais la nationalité ; les non-Européens n’ont rien à faire en Europe ! Ils ont déjà des Etats à eux, qu’ils y restent !]

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !