Dix principes de la pensée national-socialiste

0
240

Paru dans Der Angriff

I. SOIS HONNÊTE. Un national-socialiste fait face à un fait, qu’il l’aime ou non. La malhonnêteté est la marque de l’ennemi. Le national-socialisme représente avant tout la vérité vivante dans sa forme la plus pure.

II. CROIS EN DIEU ET EN TOI-MÊME. Le Dieu de la Destinée ne soumet que ses mortels les plus forts à d’énormes tâches qui écraseraient des hommes de moindre envergure. Dieu ne veut que ce qu’il y a de mieux pour accomplir la tâche la plus haute de la vie : perfectionner l’humanité. Donnez-vous entièrement au Destin, et Dieu vous protégera dans votre combat. Dieu n’aide que ceux qui s’aident eux-mêmes. Nous ne perdrons que si nous déposons les armes à cause de notre faiblesse et de notre lâcheté. Il n’y a qu’une seule véritable honte : la soumission aux ennemis de notre race.

II. SOIS FIDÈLE À TA RACE. Personne ne doit être autorisé à gâcher ce que la nature a créé au cours des siècles d’évolution raciale. Votre but le plus élevé dans la vie est de poursuivre cette évolution vers une humanité plus forte, meilleure et plus belle. La pureté et le renforcement de la race aryenne est la condition de base de toute évolution supérieure future.

IV. SE BATTRE POUR TA RACE. Luttez pour les idéaux sacrés du national-socialisme, le cœur de votre grande race. Ce n’est que dans cette lutte que vous pourrez prouver votre vraie valeur en tant qu’homme ou femme. Ce n’est qu’ainsi que vous pourrez réaliser votre potentiel de courage, de dévouement et d’abnégation. La lutte de la vie pour la survie de l’homme a amené l’hominidé du passé lointain à l’apogée de la culture aryenne et l’accomplissement. La lutte du Parti produira l’élite révolutionnaire qui mènera l’idéal national-socialiste à la victoire.

V. VOUS ÊTES UN INDIVIDU SUPÉRIEUR. Vous serez en surnombre dans cette lutte, car les meilleurs sont toujours une minorité. Les décisions historiques n’ont jamais été prises par des masses sans forme, mais toujours par des minorités actives et dévouées. Vous êtes à la fois le serviteur et le porte-parole de votre race. Assurez-vous de donner un exemple digne d’être suivi dans votre personne et dans votre vie.

VI. AIMEZ VOS FRÈRES ET SŒURS. Vous devez votre existence à votre famille raciale ; que votre amour pour eux soit votre principale passion dans la vie. Ne craignez pas les Untermensch, les inférieurs raciaux, et ne les persécutez pas. Vous leur êtes supérieur, mais vous n’êtes pas leur propriétaire. Quand vient le temps de les combattre, ne perdez pas vos sens par une haine contre-productive. Détachez-vous, videz votre esprit et détruisez-les complètement, méthodiquement, cliniquement, comme s’il s’agissait d’une opération chirurgicale. Rien n’est plus inutile que de perdre son temps à haïr les gens de la boue ; cela nuit à l’amour positif de soi-même.

VII. AMÉLIORER VOS FRÈRES ET SŒURS. Tous les hommes et les femmes aryens sont vos frères et sœurs, bien que tous ne soient pas aussi intelligents et courageux. C’est à vous de les informer, de les encourager et de leur insuffler du courage dans le cœur. Certains de vos proches ont été trompés et rendus laids par le mal judaïque qui corrompt notre âme raciale. Vous ne devez pas les haïr pour cette raison, mais plutôt vous efforcer de les ramener dans leur famille raciale.

VIII. REJETER LA DÉCADENCE. La décadence est tout ce qui nuit physiquement ou spirituellement à la santé et au développement ascendant de notre race aryenne. Vous devez tenir votre pureté raciale et spirituelle au-dessus de votre vie même, et ne pas vous associer à quelque chose qui est décadent ou qui donne à votre vie l’apparence de la décadence. Chaque aspect de la vie doit être jugé en fonction de la survie et de l’amélioration de votre race ; tout ce qui entrave ces réalisations doit être impitoyablement éradiqué et détruit.

IX. LE MEILLEUR DOIT RÉGNER. Toutes les grandes réalisations sur terre sont le produit d’un grand leadership, politique, scientifique ou artistique. La communauté raciale ne peut gagner en force qu’en appliquant le principe du leadership et en plaçant devant les hommes et les femmes qui ont fait preuve d’une capacité, d’un dévouement et d’une ténacité supérieurs dans la lutte raciale. La démocratie est une maladie qui conduit inévitablement au chaos, à la corruption et à l’effondrement de la société ; de la démocratie sortent les plus cruels des tyrans.

X. RIEN N’EST IMPOSSIBLE. Là où il y a une volonté, il y a un moyen. Tout tombe devant l’homme de volonté indomptable. La souffrance et le sacrifice sont nécessaires ; nous nous endurcissons pour la lutte la plus décisive de toute l’histoire de l’humanité. La victoire ne tombera que sur les plus vrais, les plus fanatiques, les plus forts, les plus courageux et les meilleurs. Sois comme ça.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !