Grèce : Israël finance tous les centres d’infiltration d’envahisseurs musulmans en route vers l’Europe

0
601

Bonjour Mohamed, je suis Schlomo, tu aimerais violer des Allemandes ?

Paru dans Démocratie Participative

Israël, avant-garde de l’Occident contre l’islam, est aussi, pour des raisons très difficiles à expliquer aux goyim, le premier pourvoyeur d’envahisseurs musulmans vers l’Europe.

Le journal israélien Ynet nous en dit plus.

Ynet :

Les centres d’aide aux réfugiés de Grèce sont principalement administrés par des israéliens, à Lesbos il y a une école israélienne pour les réfugiés syriens, iraniens, irakiens et afghans et cela fait partie d’un plan visant à révolutionner le concept de « Tikkoun Olam » ainsi que le volontariat juif dans le monde.

Ce fameux concept de Tikkoun Olam – « réparation du monde » –  est le principe cardinal du messianisme juif, lequel consiste donc à « réparer » votre pays, sans vous demander votre opinion.

Cette réparation se fait bien sûr selon les normes et désirs des juifs et non selon ceux de votre groupe racial ou religieux.

Les gens naïfs aiment à dire que, contrairement à l’islam ou au christianisme, le judaïsme n’est pas prosélyte et ne cherche donc pas à convertir les non-juifs.

Rien n’est plus éloigné de la vérité.

Les juifs consacrent toute leur vie à la sémitisation des nations non-juives, à ce détail crucial près que les goyim finalement sémitisés ne seront jamais admis au sein de la caste dirigeante juive nouvellement établie sur une nation conquise. Ils ne peuvent au mieux qu’être des esclaves consentants qui bénéficient en retour d’une certaine magnanimité de la part de leurs nouveaux maîtres.

C’est précisément parce que votre société aryenne/européenne était stable et fonctionnelle que les juifs la trouvent instable et dysfonctionnelle selon les standards juifs.

C’est à ce moment-là qu’ils interviennent. Pour votre plus grand malheur.

C’est ce principe qui est au coeur de l’eschatologie proposée par le marxisme révolutionnaire du petit-fils de rabbin Karl Marx, mais également de toutes les théories politiques d’inspiration juive comme la démocratie sémitique et ses tables de la loi pour goyim que sont les « droits de l’homme ».

Le concept de travailler à l’édification d’un monde meilleur est maintenant adopté par une organisation juive majeure en concertation avec l’Etat d’Israël.
L’Agence Juive travaille maintenant avec l’organisation Mosaïc United sur un projet commun qui doit augmenter massivement le nombre de jeunes juifs impliqués dans la restitution de ce qu’ils ont reçu à leur communauté locale. Ce concept juif devient un élément central au sein de la quatrième génération de migrants juifs américains.
Le programme devrait faire croître énormément le nombre de jeunes juifs engagés dans des activités sociales afin de redéfinir le terme « Tikkoun Olam » à travers le travail en faveur des populations désavantagées. Les projets seront menés partout dans le monde, de Porto Rico à la Grèce et au Népal, au Mexique, en Inde et en Ethipie à travers des organisations telles que IsraAid, Projet TEN, Tevel B’Tzedek et d’autres encore.
« Pour la plupart d’entre eux, la seule chose qui fassent réfléchir les étudiants juifs au sujet de leur identité juive, c’est quand il y a des manifestations BDS (en faveur du boycott d’Israël) sur le campus ou des événements antisémites quelque part dans le monde » indique le rabbin Benji Levy, directeur de Mosaic United. « De tels incidents les distancient de leur désir d’être juif ou associé avec Israël. »
Levy déclare que le projet a été adopté par le gouvernement israélien il y a plusieurs années sous la direction du Ministère des Affaires de la Diaspora. « Le gouvernement va investir 66 millions de dollars, soit un tiers de son budget » dit-il.

Notez ceci : les juifs impliqués dans de pseudo initiatives à caractère « philanthropique » sont les pires d’entre eux.

« Je me méfie des juifs, même quand ils font des cadeaux ».

Ne l’oubliez pas, vous gagnerez du temps.

Lorsque vous voyez un juif consacrer des ressources pour « aider » des goyim, c’est qu’il prépare une opération particulièrement hostile.

Les juifs ne « donnent » jamais rien : ils investissent.

Et c’est ce qu’explique sans rougir ce rabbin au centre de ce nouveau dispositif : la juiverie internationale va être mobilisée pour fournir des volontaires, non pas pour aider quelque nation que ce soit, mais pour mener une contre-offensive médiatique dans le cadre de la guerre contre-insurrectionnelle globale que mènent les juifs.

Pour « gagner le coeur et les esprits », les juifs vont redoubler d’efforts pour sémitiser les esprits des goyim ciblés.

L’article détaille ensuite le genre d’initiatives que mènent les juifs et leur quartier général de Palestine pour y parvenir.

Cela intéresse particulièrement les Blancs d’Europe dans la mesure où les juifs entendent les éradiquer racialement tout en capitalisant, durant le processus, grâce à la triangulation des conflits civils qu’ils suscitent de toutes pièces.

Nous retournons donc sur l’île grecque de Lesbos, au milieu des migrants clandestins :

« Ma vie entière, durant mon enfance dans les écoles syriennes, on m’a enseigné que les israéliens étaient l’ennemi et la première chose que j’ai vu quand j’ai approché la côte grecque était une étoile de David sur les chemises des israéliens qui nous ont rejoint et amené à terre. »

Pensez-y, les juifs étaient sur chacune de ces plages grecques pour s’assurer que ces scènes deviennent réalité :

Ce n’est pas une invention de complotistes antisémites mais ce que déclare la presse israélienne la plus autorisée.

Celui qui parle est H., 20 ans, d’Alep dans le nord ouest de la Syrie. H. vit dans le camp de réfugiés de Lesbos et, selon les Nations-Unies, est l’un des 60,000 réfugiés syriens de Grèce dont 14,000 d’entre eux vivent sur les îles grecques.
H. est l’un de ceux qui est resté. Nous le rencontrons à l’école gérée par IsraAid et les volontaires de Hashomer Hatzair, un mouvement de jeunesse socialiste et sioniste juif. Il est employé comme professeur à l’école où il enseigne l’arabe à sa classe de 25 élèves âgés de 6 à 9 ans.

Le « socialisme sioniste » est une vieille farce juive qui existe depuis le 19ème siècle. Elle consiste à prêcher, là aussi, la « réparation du monde goy » au nom du socialisme international tout en s’emparant avec avidité des terres de Palestine que les juifs convoitent au nom de la suprématie de la race juive.

Chez les juifs, le socialisme internationaliste s’arrête là où commence l’antique racisme juif.

IsraAid n’est pas une ONG quelconque : c’est un des bras armés de la colonie juive de Palestine pour mener des opérations de renseignement et de subversion sous couvert de charité rabbinique.

Mais comme je le disais plus haut, les juifs ne donnent pas : ils investissent.

IsraAid, qui est donc une agence gouvernementale israélienne étroitement pilotée par Tel Aviv, coordonne l’invasion islamique et djihadiste de l’Europe par la Grèce – tous les djihadistes du Bataclan sont passés par cette route – tout en s’assurant que la race juive soit protégée par d’énormes murs sur le territoire qu’elle occupe.

De deux choses l’une : soit les migrants musulmans sont un don de Dieu et il faut les accueillir, soit ils sont une menace et il faut les repousser.

Les juifs estiment, selon leur « Tikkoun Olam », qu’ils sont un don de Dieu lorsqu’ils envahissent les pays blancs d’Europe mais une menace lorsqu’ils tentent d’envahir Israël.

De leur propre aveu, les juifs considèrent donc que ce qui menace l’Europe blanche est bon pour eux et s’assurent que cette menace inflige un maximum de dommages aux Européens.

« Réparer le monde » selon les juifs consiste à détruire le vôtre. Y compris en recourant à des proxys que sont les sous-hommes du monde islamique.

Cette différence d’attitude de la part des juifs signifie qu’ils font passer une menace – l’invasion islamique de l’Europe – pour une nécessité morale tout en pensant exactement l’inverse pour ce qui les concerne.

Ce que l’on appelle mentir.

Mais ici, les juifs mentent et conspirent tout en se mettant en scène comme étant l’incarnation même de la morale universelle.

C’est le trait le plus marquant de la perfidie juive : tromper les goyim pour les affaiblir ne leur suffit pas, ils veulent également être loués par eux pour l’avoir fait. Car pour les juifs commettre le mal contre les goyim est la définition même du bien. Conformément à leur nature sadique, leurs victimes doivent les vénérer pour les souffrances que les juifs leur ont fait subir.

C’est la définition réelle du « peuple élu » : la divinisation de leur race par leurs victimes réduites en esclavage.

Le juif est son propre culte, sa propre religion. Yahwé n’est rien d’autre que le juif lui-même.

« J’étais le plus vieil élève de l’école et ils avaient besoin d’une aide éducative en arabe donc je suis devenu un professeur » dit-il. « Bientôt je partirai pour Athènes, maintenant j’ai une autorisation officielle. L’école et les enfants vont me beaucoup me manquer. »
Plusieurs milliers de réfugiés vivent à Lesbos. Tous attendent le même titre de séjour que celui qu’a reçu H. qui leur permet de quitter l’île pour le continent, Athènes en particulier.
Dans le même temps, IsraAid et Hashomer Hatzair essaient d’aider les réfugiés qui sont en attente. Ils sont arrivés sur l’île avec la plus grande vague de réfugiés en 2015 quand des milliers arrivaient tous les jours.
Aujourd’hui, les israéliens sont le dernier organisme à fournir de l’aide humanitaire sur l’île avec une centre communautaire isolé financé par l’Union Européenne et les autorités grecques.
A Lesbos, les bénévoles israéliens ont créé « l’Ecole de la Paix » qui a 4 classes en différentes langues : arabe, dari, kurde et français pour les réfugiés du Ghana.

Les fameux réfugiés syriens du Ghana, avant-garde de la Paix universelle, « Shalom ».

La Pax Judaica dont la Russie bolchevisée a été le laboratoire.

Tous les professeurs de l’école sont des réfugiés de la communauté et il y a également un coordinateur grec qui assure la liaison avec le système éducatif grec et enseigne les langues. La plupart des enfants devraient quitter la Grèce pour d’autres pays européens comme l’Allemagne, l’Autriche, la Suède qui ont des systèmes d’absorption des réfugiés plus efficaces, ils apprennent donc l’anglais.

Envahir de musulmans l’Allemagne, l’Autriche, la Suède – toutes des nations germaniques – mais pas Israël, voilà un curieux sens de la charité de la part des juifs.

A moins que cet activisme humanitaire ne cache d’autres intentions, moins bienveillantes celles-là.

Le « projet » mis en place par les juifs et leur quartier général israélien contre l’Europe suit son cours.

Les israéliens de l’école comptent des élèves d’Iran et d’Afghanistan, de Syrie et d’Irak et l’état juif, longtemps diabolisé, a une nouvelle image ici. « Comment puis-je dire que vous êtes l’ennemi ? » dit H..
« Je n’ai eu de contact avec les israéliens que par la télévision, ils nous disaient qu’Israël était l’ennemi, mais la réalité a révélé une vérité différente » déclare N., un coordinateur de l’école et réfugié d’Irak. « C’est comme dans le coran : nous sommes cousins ».

Entre cousins sémites, on se comprend.

« Musulmans, nous sommes vos frères sémites, nous allons vous aider à envahir ces sales Blancs »

« Blancs, nous sommes vos frères judéo-chrétiens, nous allons vous aider à lutter contre le fascislamisme »

Les juifs, par le métissage racial qu’ils ont connu en Europe, sont parvenus à dominer les accès de rage incontrôlés de l’âme sadique du sémite éternel. Mais sa nature profonde n’a pas varié depuis le fond des âges.

L’âme hébraïque est, contrairement aux apparences, beaucoup plus destructrice que celle, primitive, de ses frères de race orientaux en raison même de sa domestication rendue nécessaire au contact des Aryens.

Les juifs peuvent mimer les Aryens et prétendre partager leurs valeurs. Mais dans le secret de leurs convents, ils ne cessent de haïr et maudire l’homme du nord dont ils ont juré la perte.

C’est d’ailleurs ce qui rend le juif si sensible aux attaques frontales contre sa race : tous ses efforts de dissimulation et de mensonges deviennent vains car il n’a qu’un but, se rendre invisible aux yeux des goyim au sein desquels il s’infiltre.

S’il est désigné comme juif aux yeux des goyim par un héros patriotique, le sémite que l’on croyait définitivement enfoui sous les circonvolutions et les manières se réveille, rugissant comme au premier jour, prenant l’aspect d’un Caïphe fanatique.

Les juifs veulent vous détruire. Ils veulent détruire tout ce que vos ancêtres ont édifié pour vous priver de passé mais aussi et surtout détruire vos enfants pour vous priver de futur.

C’est cela, la « Tikkoun Olam », leur « réparation du monde ».

Lorsqu’ils organisent l’invasion de l’Europe par l’islam, leur âme sémite jouit à la seule idée de voir vos enfants aux prises avec leurs frères de race, fils d’Ismaël.

Mais n’oubliez pas : les juifs sont des victimes que vous devez plaindre, surtout quand ils mobilisent toutes leurs ressources pour vous anéantir.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !