La publicité dans le Troisième Reich et au-delà

0
617

Par J. Belenger dans Renegade Tribune

L’une des premières choses qui vient à l’esprit de beaucoup de gens à la tête brûlée lorsqu’ils parlent de publicité pendant le Troisième Reich est que “le mercantilisme et la publicité privée ont été remplacés par une propagande d’Etat qui s’immisçait dans tous les aspects de la vie sous l’Allemagne nazie”. La vérité est que l’Allemagne nationale-socialiste était beaucoup plus “tolérante” envers les marques privées que tout cela, même si certains veulent la peindre dans une lumière beaucoup plus sombre pour le bien de leurs propres intérêts. Il y a beaucoup de discours négatifs sur “l’aryanisation de la publicité allemande” et beaucoup d’hypocrisie flagrante de la part des mêmes entités que celles mentionnées ci-dessus. Mais regardons de plus près, d’accord ?

Si nous vérifions ces vieilles annonces Nivea des années 1940, par exemple, nous verrons qu’elles ne diffèrent pas beaucoup de ce que l’on pourrait s’attendre à trouver dans les publicités contemporaines de la même marque de nos jours. Après tout, Nivea est un produit qui s’adresse aux personnes à peau très blanche (ou hypersensibles au soleil), c’est-à-dire surtout aux blondes. Alors pourquoi en serait-il autrement maintenant ? Mais bien sûr ! ces blondes qui figuraient dans ces vieilles publicités Nivea étaient des archétypes “nazis”. Je suppose que c’est ce qui fait la “différence”. C’est drôle, de nos jours, la marque ne peut même plus utiliser le mot « blanc » dans ses publicités, comme ce fut le cas récemment, sans que les colporteurs libéraux de la « tolérance » et de la « diversité » lui fassent subir un contrecoup monumental.

Une autre chose est le concept de publicité parrainée par l’État : Grâce au programme Kraft durch Freude (La force par la joie), le Troisième Reich a pu envoyer des travailleurs communs en croisière autour de la Méditerranée, ce qui est une chose que les Britanniques et les Américains n’ont pas pu égaler puisque leurs économies (en pleine dépression colossale) étaient sous le joug de l’International Jewish Banking Cartel. Bien sûr, les Allemands ont dû faire connaître leurs réalisations, qui ne l’aurait pas fait à leur place ? Pour ce que je sais, Winston Churchill ne voulait pas que les navires de croisière allemands accostent dans les ports britanniques parce qu’il ne voulait pas que les Britanniques voient comment les Allemands moyens se débrouillaient pendant le Troisième Reich. Apparemment, les Britanniques pensaient que ces travailleurs allemands ordinaires en croisière de vacances étaient des millionnaires à la place !

Oui, en effet, on pouvait voir la promotion du parrainage par l’Etat dans des publicités telles que l’affiche KDF Wagen de 1938 et l’affiche du Festival La force par la joie (deux exemples donnés au hasard). Mais maintenant, remplacez ces drapeaux et emblèmes allemands par des drapeaux américains et dites-moi ce que vous obtenez en résultat. Quelqu’un voit ce que je veux dire ? Les Allemands étaient-ils différents des autres pays sur ce point particulier ?

Je ne peux qu’imaginer quelle aurait été la réaction des grands écrivains si cette propagande avait été créée par les Américains. Mais non, puisque ce sont les “méchants nazis” qui ont créé ce miracle économique et que toute cette propagande doit être considérée comme “répressive et répressive” et “mauvaise”. Peu importe si les Allemands devenaient la nation la plus prospère de la Terre – qui s’en soucie. Quelqu’un se souvient-il de la citation de Churchill sur la raison pour laquelle “Adolf Hitler a dû être arrêté dans la réalité” ? Lâche-moi un peu, bordel.

Bonne propagande vs propagande débridée

En ce qui concerne la propagande dans la publicité, qu’en est-il de la quantité de non-blancs sur-représentés dans la publicité de nos jours dans tout le monde occidental ? On se demande vraiment à qui s’adressent ces publicités. Je suppose que ce n’est pas “parrainé par l’État”, n’est-ce pas ? Non, il n’y a pas une main cachée qui essaie de changer les perceptions par la publicité de masse pour nous faire accepter notre remplacement démographique dans nos pays. Vous êtes un “théoricien de la conspiration du chapeau en papier d’aluminium qui a besoin d’aide” ou quelque chose de “pire encore” si vous osez penser autrement. L’hypocrisie est si forte qu’on pourrait la couper avec un couteau.

Oui, la publicité est un outil de propagande -point – mais ce qui fait vraiment la différence, c’est qui est derrière tout cela. La propagande que nous avons aujourd’hui dans la publicité est la véritable propagande génocidaire maléfique. Pour en revenir à la publicité à l’époque du IIIe Reich, où les soi-disant “experts” ne voient “le contrôle de l’Etat que par la publicité dans tous les aspects de la vie et la propagande politique de la société nazie”, je vois plutôt un peuple tourné vers l’avenir, un peuple qui s’était libéré des griffes du cartel bancaire mondial juif qui les avait asservis pendant la tristement célèbre République de Weimar. Cette “République de Weimar” est très proche de la situation que nous vivons actuellement dans la plupart des pays occidentaux, un paradigme qui ne promet que l’esclavage, la pauvreté et la mort.

Quoi qu’il en soit, pour plus d’informations, il y a ce livre de Pamela E. Swett intitulé Selling under the Swastika: Advertising and Commercial Culture in Nazi Germany que, je dois l’admettre, je n’ai même pas pris la peine de regarder. Rien qu’en lisant la critique générique, j’ai un aperçu de ce que pourrait être le contenu de ce livre. Avoir à faire une recherche en utilisant uniquement des sources grand public est vraiment éprouvant (je ne sais pas si mon estomac peut encore le supporter de nos jours) bien que j’ai l’impression que cet auteur prend une position plutôt “tiède” sur les événements. Il y a une interview de l’auteur sur ce site web, si quelqu’un est curieux de le savoir.

Sur les galeries d’images : J’ai essayé de me concentrer sur les loisirs et d’autres images purement apolitiques. Le matériel le plus “parrainé par l’Etat” devra attendre un autre article. Aussi, ajouter tout ce que j’ai rassemblé jusqu’à présent m’aurait pris au moins trois articles de plus, donc je ne fais que poster les choses les plus accrocheuses que j’ai trouvées. Comme je l’ai dit dans mon article précédent, si quelqu’un est intéressé par des images plus similaires de l’époque, je recommande fortement de consulter mes articles sur Ottomar Anton et Ludwig Hohlwein.

Références
– Nivea forced to retract ‘racially insensitive’ ‘white is purity’ ad by Lindsay Bennett (6 April 2017) Adnews
– Strength Through Joy by Spartacus Educational (September 1997 – updated July 2018)
– Selling under the Swastika Advertising and Commercial Culture in Nazi Germany by Pamela E. Swett (book’s reference)
– Eink Volk, Ein Reich, Ein Guiness by Martyn Cornell’s Zythophile (Dec 19, 2013)

Industrie automobile

Publicité voyages

‘Alpensonderzüge, Allemagne’ par Otto Ottler (1936) pour le système ferroviaire allemand.

 

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !