La sensualité légère du classicisme académique de Léon François Comerre

0
233
La belle liseuse.

Paru dans Renegade Tribune

Léon François Comerre (1850-1916) était un peintre académique français surtout connu pour ses portraits de femmes attirantes. Ses peintures ont été exposées dans les salons, aux États-Unis, en Grande-Bretagne à la Royal Academy, et ailleurs en Europe, remportant de nombreux prix.

De History of Painters:

La peinture de Comerre était faite de sensualité et de légèreté. Ses tableaux à couper le souffle, peints dans un style lucide et lumineux, avaient une façon extraordinaire de révéler un air de frivolité associé à un érotisme délibéré. Il avait une affinité avec la nature, en particulier ses aspects dramatiques et éthérés. L’intensité primitive, l’élégance joyeuse et l’atmosphère éthérée caractérisent son style de peinture opulent.
Le classicisme académique a tenté de fusionner les deux techniques pour créer le style parfait. Elle se caractérise par le respect d’une manière stricte de peindre, en suivant des règles de composition étroites et la délicatesse de la couleur. Les effets atmosphériques sont somptueusement luminescents. Selon l’historien de l’art, Walter Pater “Pour produire de tels effets, il faut toutes les ressources de la peinture, avec son pouvoir d’expression indirecte, de détail subordonné mais significatif, son atmosphère, ses avant-plans et ses fonds.
La cycliste
Portrait de Suzanne Hudelo
La captivité des Juifs de Babylone
Une beauté orientale
Gloires matinales
La favorite
L’Annonciation
La jolie servante
Danaë et la Douche d’Or
La mort de Timophane
La poupée de Cosette
Femme et chien

Fillette en costume
Famille paysanne
Femme endormie avec un paon
Une beauté classique
Autre beauté orientale
Fille avec bougie
Fille avec bougie 2
Lune
La vendeuse de fleurs
Masculinité académique
Femme orientale
Le bain
Après le bain
Odalisque
Le triomphe du cygne
La Belle Liseuse

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !